La ministre de l’écologie propose un plan de mobilisation pour la prévention des risques technologiques

Suite à l’incident survenu le 21 janvier 2013 à l’usine Lubrizol de Rouen, le ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie propose un plan de mobilisation pour la prévention des risques technologiques.

Le texte s’articule autour de trois points :

  1. la création d’une force d’intervention rapide en cas d’accident,
  2. l’accélération des plans de préventions des risques technologiques (PPRT),
  3. la poursuite du développement économique des grandes plates-formes industrielles soumises à PPRT.

En effet, près de 10 ans après le dispositif construit autour des plans de prévention des risques technologiques (PPRT), instaurés par la loi Bachelot du 30 juillet 2003, seulement 228 PPRT ont été approuvés sur 407 à réaliser en France soit 56%. Cette contrainte de prescription d’un PPRT concerne au total 825 communes.

Les raisons du  retard dans le déploiement du dispositif destiné à protéger les riverains des zones à hauts risques sont multiples. D’un côté, les industriels déplorent une difficulté pour réduire les risques à la source, à laquelle on peut ajouter le coût de réalisation.  De l’autre, les services instructeurs de l’Etat sont accaparés à d’autres missions plus prioritaires. De plus, les négociations entre les services de l’Etat et l’industriel pour déterminer la dangerosité et les parades possibles sont complexes, les processus peuvent s’étaler sur 5 ans.

Par ailleurs, les riverains doivent  sécuriser leurs habitations. En l’état actuel des prescriptions, près de 100.000 personnes sont concernées par des travaux d’aménagement. Aujourd’hui, les aides de l’Etat se résument à des crédits d’impôt, qui s’élèvent à 40% du montant des travaux (plafonnés à 20.000 euros), ce qui s’avère peu incitatif pour les ménages les plus modestes. 

Quant aux acteurs économiques situés dans une zone PPRT, les travaux de sécurisation restent entièrement à leur charge, situation très difficile pour les petites entreprises (TPE) dans le contexte économique actuel.

Share Button

Publié par

Patrice-Louis Laya

Avec plus de 35 ans d'expérience dont 10 ans dans le Groupe BASF, 20 ans dans la sphère IBM (Business Partner, Agent, Architecte solution sécurité), et la création en 2005 d'un Pôle dédié à l'infomédiation sur les problématiques du risque majeur et l'architecture des TIC appliquées aux risques majeurs, Patrice-Louis LAYA a été appelé par le HCFDC pour créer et animer ce blog sur la Résilience et la Sauvegarde des territoires au travers de sa structure dédiée au community management et à la communication digitale e-relation Territoriale. Depuis janvier 2012, Patrice LAYA est auditeur de la Session Nationale Résilience et Sécurité Sociétales. Il a par ailleurs, une formation initiale en agronomie, complétée par une maîtrise d'informatique appliquée à la gestion et un DESS en ingénierie de l'innovation. Dialoguer sur Twitter : @iTerritorial - sur Facebook : http://www.facebook.com/Plan.Communal.Sauvegarde Par mail : espace.territorial@online.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*