Mémoire du risque : il y a 10 ans le Rhône noyait la Camargue et une partie du Gard rhodanien

Les 3 et 4 décembre 2003, suite à un épisode pluvieux très important en étendue et en quantité ayant affecté l’ensemble du bassin versant de Lyon à la mer, le Rhône sortait de son lit, noyant la Camargue et une partie du Gard rhodanien. Les dégâts furent considérables, plus d’un milliard d’euros de dommages et près de 12000 personnes affectées. La crue du Rhône de 2003 se situe parmi les inondations les plus dommageables en France.

rhône sort de son lit

Cliché Service Environnement.Mairie de Tarascon

Au début du mois de décembre 2003, après une semaine de pluie, le Rhône submerge ses digues et inonde toute la partie avale de son lit entre Donzère et la Camargue. Des jours durant, plusieurs communes du Gard, du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône sont noyées sous les eaux.

Rhone_crue2003Le cumul des apports au Rhône est très élevé, très brutal et relativement simultané, ce qui explique la rapide montée des eaux du Rhône à Valence et les débits exceptionnels du Rhône à partir de Viviers. La réaction forte de l’Ardèche (maxi de 2 500m3/s à Vallon Pont d’Arc) a fortement contribué aux très hauts niveaux constatés à Avignon.

De plus, en fin d’événement la vidange lente des champs d’expansion des crues fortement sollicités lors de cet épisode ainsi que la réaction tardive de la Durance ont largement contribué aux débits exceptionnels constatés à Beaucaire.

Rhone_crue2003_comparaison

Témoignages sur le vécu des inondations du Rhône de décembre 2003

Elus locaux, habitants, pompiers, bénévoles de la Croix-Rouge, témoignent de la façon dont ils ont vécu l’évènement. A l’inconscience du danger, au début de la crue, succèdent l’inquiétude, la difficulté à s’organiser et à hiérarchiser les tâches, parfois la panique. Beaucoup mettent en avant les sensations visuelles et sonores, les sentiments provoqués par la catastrophe. L’expérience et le pragmatisme des uns contrastent avec l’attentisme, l’improvisation des autres. Elus et techniciens rendent compte de la solitude ressentie quand il s’agit de prendre des décisions qui engagent les populations. L’ensemble des témoignages montrent la nécessité de conserver la mémoire de l’inondation.

Mémoire des inondations, pourquoi la conserver et comment la transmettre?

Pour ne pas oublier ce risque, une association  a été créée en janvier 2008 avec pour mission de récupérer tout documents et photos afin de préserver la mémoire individuelle et collective. En effet, il n’y a rien de plus fort que l’image pour éveiller les consciences et veiller à ce que la mémoire ne disparaisse.

La photo d’un lieu inondé, un témoignage ont plus d’impact sur les gens que tous les textes et information sur la prévention du risque. Aussi, en octobre 2013, une soirée était organisée sur de l’île de la Barthelasse, lieu régulièrement sous les eaux, au cours de laquelle le film  » Inondation Rhône 2003 » fut projeté à un large public. Cette projection fut suivie d’un débat et d’un échange avec les spectateurs sur la place de la mémoire dans la construction d’une véritable culture du risque.

Contact: Association Mémoire, 20 Impasse Mixte – 84000 Avignon. 06 75 26 45 42 assosmemoire@gmail.com

Le Rhône en 100 questions : tout savoir sur Les crues et inondations du Rhône

2 thoughts on “Mémoire du risque : il y a 10 ans le Rhône noyait la Camargue et une partie du Gard rhodanien

Laisser un commentaire