Agglo Havraise: après la découverte d’une marnière, 7 logements frappés d’interdiction d’habiter

PCS Resilience MarniereA Sanvic, commune de l’agglomération Havraise, une marnière découverte en juillet dernier, contraint la municipalité à frapper d’interdiction d’habiter 7 logements avec les conséquences de relogement des familles qui en découlent. Le territoire français est largement exposé aux risques liés à la présence de cavités souterraines d’origine naturelle (vides de dissolution) ou issues de l’activité humaine. Cette dernière concerne aussi bien l’extraction de matériaux (carrières souterraines, marnières) que le creusement de refuges (souterrains moyenâgeux, habitats troglodytiques, sapes de guerre…).

Toute cavité souterraine, présente dans le sous-sol, entraîne irrémédiablement une altération des propriétés du massif rocheux. Sans entretien ou confortement, ces cavités, notamment lorsqu’il s’agit d’anciennes carrières souvent exploitées plus que de raison, subissent des dégradations liées à l’effet conjugué de paramètres environnementaux (temps, hygrométrie, surcharge…).   Ces dégradations peuvent conduire, à terme, à la rupture des cavités et au développement d’effondrements brutaux de la surface du sol difficilement prévisibles, à la fois potentiellement dangereux pour les personnes et les biens situés dans leur emprise.

Même si, heureusement, ces évènements ponctuels n’ont entraîné, au cours des dernières décennies, qu’un nombre limité de victimes (environ une victime et une centaine de bâtiments sérieusement impactés par an en France), des effondrements généralisés ne sont pas à exclure, comme celui de Clamart qui fit 21 morts en 1961.

Certaines de ces instabilités sont susceptibles de survenir au coeur de zones urbanisées ou potentiellement urbanisables. Les désordres résultant de cavités souterraines concernent ainsi de nombreux centres urbains historiques (Laon, Pontoise, Senlis, St-Emilion…) ainsi que des faubourgs de grandes agglomérations (Paris, Lille, Marseille…). Dans de tels environnements, la présence de vastes réseaux de cavités souterraines anciennes en sous-sol et le développement d’instabilités associées au bâti imposent, aux autorités locales, de fortes contraintes en termes d’aménagement de la surface.

Si l’ensemble des régions françaises est concerné par ce risque, certains territoires s’avèrent tout particulièrement impactés. C’est notamment le cas  en Seine Maritime, où  près de 660 communes sont affectés par la présence de cavité souterraine.

A Sanvic, commune de l’agglomération Havraise, une marnière découverte en juillet dernier, contraint la municipalité à frapper d’interdiction d’habiter 7 logements avec les conséquences de relogement des familles qui en découlent.

PCS Resilience marniere_CODAH

La prise en compte de ces risques dans les réflexions d’aménagement suppose la connaissance préalable des aléas. En effet, une fois la cavité clairement identifiée, il est tout à fait possible de sécuriser les terrains sus-jacents, moyennant des travaux de consolidation. Cependant, la mise en sécurité se heurte à des coûts de réhabilitation très élevés, souvent estimés à plusieurs centaines de milliers d’euros à l’hectare, difficilement supportables par une seule collectivité territoriale ou un maître d’ouvrage.

Face à ces enjeux majeurs pour la sécurité des Seinomarins, le Conseil Général et la Préfecture ont réalisé un guide à l’usage des maires des communes de Seine-Maritime pour mieux comprendre le risque lié à la présence de cavités souterraines.
Plus qu’un document de sensibilisation, ce guide poursuit les objectifs prioritaires initiaux suivants :
– nourrir et enrichir toutes les actions d’information sur la responsabilité des maires face aux risques liés à l’existence de cavités souterraines,
– servir de document de référence sur les démarches à mettre en œuvre lorsqu’un désordre provoqué par leur présence apparaît.

Accéder au guide « GESTION ET PRÉVENTION DES RISQUES LIÉS À LA PRÉSENCE DE CAVITÉS SOUTERRAINES EN SEINE-MARITIME« 

Share Button

Publié par

Patrice-Louis Laya

Avec plus de 35 ans d'expérience dont 10 ans dans le Groupe BASF, 20 ans dans la sphère IBM (Business Partner, Agent, Architecte solution sécurité), et la création en 2005 d'un Pôle dédié à l'infomédiation sur les problématiques du risque majeur et l'architecture des TIC appliquées aux risques majeurs, Patrice-Louis LAYA a été appelé par le HCFDC pour créer et animer ce blog sur la Résilience et la Sauvegarde des territoires au travers de sa structure dédiée au community management et à la communication digitale e-relation Territoriale. Depuis janvier 2012, Patrice LAYA est auditeur de la Session Nationale Résilience et Sécurité Sociétales. Il a par ailleurs, une formation initiale en agronomie, complétée par une maîtrise d'informatique appliquée à la gestion et un DESS en ingénierie de l'innovation. Dialoguer sur Twitter : @iTerritorial - sur Facebook : http://www.facebook.com/Plan.Communal.Sauvegarde Par mail : espace.territorial@online.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*