Amiens (80) : une réunion publique sur les risques majeurs

La ville d’Amiens, Emilie Thérouin adjointe à la sécurité et les agents territoriaux en charge de la prévention des risques urbains, ainsi que l’Union des comités de quartier ont proposé dernièrement une réunion publique sur les risques majeurs à Amiens. Quinzième et dernière d’une série commencée en 2010, cette réunion n’a pas attiré la grande foule, et pourtant !


Émilie Thérouin était accompagnée de Caroline Merle et Bruno Lejard, respectivement technicienne et ingénieur gestion des risques à la ville d’Amiens.

Pourtant Amiens est bel est bien une ville à risques. Inondations,cavités souterraines, passage de produits dangereux quasi quotidiens, installations industrielles classées « Seveso seuil haut » au nombre de six sur la ZI Nord ou encore tout simplement phénomènes météorologiques, sans oublier la proximité de centrales nucléaires, autant de raisons pour que les Amiénois se sentent concernés et soient informés des mesures à prendre en cas de crise. « Si les citoyens ne sont pas informés, on a tout raté » explique le plus simplement du monde la jeune élue amiénoise. C’est pourquoi, la ville d’Amiens tient à faire savoir que tout est mis en œuvre pour que le citoyen sache se comporter, le cas échéant, sans céder à la panique.

Un Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM) a été édité, réactualisé et distribué dans les foyers amiénois afin d’informer, puisque c’est son nom, sur les risques encourus et la marche à suivre en cas de nécessité. Ce document synthèse qui ne se veut pas alarmiste mais qui ne cherche pas non plus à cacher la vérité sur les risques encourus par la population est également consultable en vidéo sur le site de la ville d’Amiens. Il permet de rappeler aussi le principe des sirènes d’alerte qui sont testées chaque premier mercredi du mois. Un système obsolète et insuffisant sur une partie du territoire qui va être prochainement réhabilité et complété. Autant d’informations qui, espère Emilie Thérouin, devraient faire prendre conscience aux Amiénois de la nécessité à connaître les risques qui les entourent « Mais la culture du risque est dure à déclencher, parler de sécurité c’est difficile quand on n’est pas confronté aux problèmes, quand on n’est pas sur le coup de l’émotion », avoue-t-elle rappelant au passage que « la mémoire des catastrophes ne dure que sept ans et que les inondations datent de 2001, ça fait loin. » Ne reste plus qu’à attendre la prochaine catastrophe pour que les gens prennent de nouveau conscience qu’il peut leur arriver quelque chose.

Source : courrier Picard

Ps : la ville d’Amiens fait partie des 52 villes labellisées « Pavillon Orange » au 21 novembre 2014 : présentation de la politique de gestion des risques d’Amiens

Share Button

Publié par

Patrice-Louis Laya

Avec plus de 35 ans d'expérience dont 10 ans dans le Groupe BASF, 20 ans dans la sphère IBM (Business Partner, Agent, Architecte solution sécurité), et la création en 2005 d'un Pôle dédié à l'infomédiation sur les problématiques du risque majeur et l'architecture des TIC appliquées aux risques majeurs, Patrice-Louis LAYA a été appelé par le HCFDC pour créer et animer ce blog sur la Résilience et la Sauvegarde des territoires au travers de sa structure dédiée au community management et à la communication digitale e-relation Territoriale. Depuis janvier 2012, Patrice LAYA est auditeur de la Session Nationale Résilience et Sécurité Sociétales. Il a par ailleurs, une formation initiale en agronomie, complétée par une maîtrise d'informatique appliquée à la gestion et un DESS en ingénierie de l'innovation. Dialoguer sur Twitter : @iTerritorial - sur Facebook : http://www.facebook.com/Plan.Communal.Sauvegarde Par mail : espace.territorial@online.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*