La synthèse de 15 ans de données sur les catastrophes naturelles

Cartographie des catastrophes naturelles recensées en France métropolitaine depuis 2001. Source : catnat.net
Cartographie des catastrophes naturelles recensées en France métropolitaine depuis 2001. Source : catnat.net

Pour célébrer ses 15 ans d’existence, Ubyrisk publie une étude sur les catastrophes naturelles recensées en France et dans les DOM depuis 2001. Sur la période, 47% des évènements ayant causé des dommages sont d’origine météorologique.

Le rapport évoque la multiplication d’évènements de faible intensité occasionnant des dégâts limités. Cela est notamment lié à la croissance démographique et à l’évolution de l’organisation spatiale des territoires. Les populations se concentrent de plus en plus dans les zones urbaines, notamment à proximité des côtes, statistiquement plus exposées aux risques.

S’il est noté que le coût global des dommages assurés est en baisse par rapport à la période précédente, le rapport souligne que les coûts unitaires, eux, sont en hausse. Cette hausse est attribuée à l’augmentation de la valeur des infrastructures et des technologies irriguant le territoire. Les tempêtes restent les évènements les plus coûteux, suivis par les inondations et les canicules.

Enfin, le nombre de victimes est considéré comme élevé, car il englobe notamment les décès liés à la canicule de 2003. Les avalanches et les inondations figurent ensuite parmi les catégories les plus meurtrières.

Ce rapport, fondé sur les données de la BD CatNat, offre une synthèse éclairante. L’un de nos regrets est cependant le manque de mise en perspective avec l’évolution du contexte règlementaire suite à certains évènements (mise en place du Plan National Canicule à partir de 2004, par exemple).

 > Lire le rapport complet

Share Button

Nancy reçoit sa 4ème étoile !

Pavillon Orange depuis 2011, Nancy a reçu le Général François Vernoux, fondateur du label, jeudi 28 janvier, pour son audit de progrès.

Nancy fait face principalement au risque inondation par une architecture de prévention notable dont l’ouvrage majeur est le Bras Vert qui a été retenu pour être une bonne pratique du mois, à lire prochainement sur cette même page. Les autres risques majeurs sont pris en compte. La volonté politique est réelle et surtout bien affichée : l’un des 40 engagements de la campagne municipale du candidat élu concerne la sauvegarde des populations tandis que l’appel à rejoindre la réserve s’affiche dès l’ouverture du site officiel de la Mairie.

La sauvegarde est orchestrée par François Seyberlich, un expert passionné et attentif, et Sylvain Ajas, conseiller municipal dont l’implication est incontestable. Bien que la ville ait un dispositif global de bonne qualité, la municipalité veut devenir plus performante pour assurer une encore meilleure protection de ses habitants et touristes. La place Stanislas, de réputation mondiale, et les musées liés aux activités culturelles et industrielles locales en font une ville touristique reconnue. Les fêtes rassemblent de très nombreux participants et Nancy est une cité étudiante dynamique.

L’audit a permis de consolider le projet de rénovation et d’adaptation en cours. De nombreuses pistes de progrès ont été proposées.

Le HCFDC est heureux de cette 4ème étoile qui valorise un travail dynamique. L’équipe du Pavillon Orange reste à disposition, en appui pour les travaux à venir.

Place Stanislas, Nancy. Source : fotocommunity.fr / jane B
Place Stanislas, Nancy. Source : fotocommunity.fr / jane B
Share Button

Une démarche innovante : préserver le trait de côte et lutter contre les risques littoraux

De nombreuses villes côtières voient leurs plages grignotées par la mer au gré des marées. Certaines d’entre elles ont fait le choix de lutter contre ce phénomène, et par la même occasion contre les risques de submersion marine lors d’évènements exceptionnels.

Des communes telles que Les Sables d’Olonne ou Merlimont ont adopté une solution de drainage visant à réduire l’érosion. Cette technologie, exploitée par la société ECOPLAGE basée en Loire-Atlantique, requière l’installation de drains enfouis sous la plage. L’eau recueillie par le drainage peut être utilisée et valorisée de différentes manières, et notamment comme source d’énergie grâce à la Thalassothermie®.

La Ville de La Baule, en partenariat avec la Communauté d’Agglomération Cap Atlantique, a ainsi le projet d’installer un système d’alimentation en eau pour sa nouvelle piscine, couplé à une pompe à chaleur reliée à ses bâtiments.

Cette initiative mêle ainsi étroitement préservation du paysage littoral et prévention des risques littoraux, dans le sillage des Plans de Prévention des Risques Littoraux (PPRL).

Voir l’article de Ouest France à propos du projet de La Baule.

Grande plage des Sables d'Olonne. Source : lessables.mobi
Grande plage des Sables d’Olonne. Source : lessables.mobi

 

 

Share Button

Un exercice de confinement sur le thème de la menace terroriste dans un lycée de Metz

Source : Lycée Robert Schuman Metz
Source : Lycée Robert Schuman Metz

Suite aux attentats de Paris en novembre dernier, les établissements scolaires ont réactivé leur Plan particulier de mise en sûreté (PPMS). Ceux-ci détaillent, en cas de crise liée à un risque naturel, technologique ou autre, les référents ainsi que les comportements et les lieux de confinement à privilégier. Selon la circulaire du 25 novembre 2015, de tels exercices doivent être organisés annuellement dans chaque établissement.

Au lycée Schuman, l’exercice a mobilisé tant les élèves (1600 jeunes) que le personnel pendant une demi-heure. Respectant les consignes de sécurité prescrites en cas de menace de type terroriste ou intrusive, les participants se sont barricadés tout en tentant de maintenir le calme.

Engageant plusieurs acteurs, cette initiative a permis de souligner la complexité de la coordination entre acteurs d’une même structure. Les élèves, quant à eux, ont pu acquérir certains réflexes et approfondir leur réflexion sur les risques majeurs.

Lire l’article du Républicain Lorrain 

 

Share Button