Bonne pratique de mai : le DICRIM jeune

La loi de 2004, dite de modernisation de la sécurité civile, affirme que :

LE CITOYEN EST LE PREMIER ACTEUR DE SA SECURITE

Les Maires se sont vus confier la mise en place d’un dispositif communal reposant certes sur un PCS plan communal de sauvegarde mais surtout sur la participation active de la population. Participation au sein d’une réserve communale, comme citoyen ressource, ou simplement comme citoyen responsable.

Citoyen responsable, sachant interpréter la vigilance et les alertes, connaissant les bonnes pratiques afin de ne pas agrandir le nombre des victimes. En début d’année, nous vous avions conseillé le PFMS (plan familial de mise en sureté) qui s’inscrit dans cette démarche collective de sauvegarde.

Soyez-en convaincu, une commune qui a l’esprit de sauvegarde sera une commune moins sensible aux conséquences d’une catastrophe naturelle ou technologique, fortuite ou provoquée. De plus le comportement collectif adapté à la situation permettra aux secours d’opérer avec la meilleure efficacité.

Or, pour obtenir cette connaissance et ce comportement collectif, le Maire se doit de déployer une énergie non négligeable, dont il se félicitera en cas de besoin. Afin de créer un bon terreau pour diffuser ses messages utilement, il doit en premier lieu développer chez ses concitoyens la perception des risques et l’esprit de sauvegarde. Avertir le citoyen par le DICRIM et de nombreuses manifestations municipales comme des rappels de comportement à l’approche d’une saison à risques, la mise en place de repères de crues ou de monuments souvenir, anniversaires de catastrophe afin de maintenir la mémoire locale…

Cette prise de conscience est longue, c’est pourquoi, nous proposons ce mois-ci la réalisation d’un :

DICRIM JEUNE.

Non pas un DICRIM pour les jeunes, mais un DICRIM par les jeunes.

En faisant rédiger par les jeunes de la commune, un DICRIM, vous allez atteindre simultanément deux buts :

Le premier, vous allez sensibiliser les auteurs et les former par la méthode active, celle dont on se souvient le plus. Vous investissez ainsi sur le citoyen de DEMAIN.

Le second, vous allez sensibiliser les familles d’aujourd’hui. Ce DICRIM sera moins performant que celui de la municipalité, mais il sera plus lu ! L’œuvre de l’enfant est toujours admiré.

Dicrim_jeune_POLa rédaction du DICRIM JEUNE peut être un projet pédagogique soutenu par la municipalité. Le faible financement aura un excellent rendement. A l’heure où les municipalités recherchent des économies, voilà une dépense qui se révèlera être une économie.

Avant la fin de l’année scolaire, vous pouvez programmer ce projet pour 2015-2016.

N’hésitez pas à envoyer au HCFDC votre DICRIM JEUNE ainsi réalisé. L’équipe PAVILLON ORANGE peut vous apporter de l’aide…

 

Share Button

Publié par

Patrice-Louis Laya

Avec plus de 35 ans d'expérience dont 10 ans dans le Groupe BASF, 20 ans dans la sphère IBM (Business Partner, Agent, Architecte solution sécurité), et la création en 2005 d'un Pôle dédié à l'infomédiation sur les problématiques du risque majeur et l'architecture des TIC appliquées aux risques majeurs, Patrice-Louis LAYA a été appelé par le HCFDC pour créer et animer ce blog sur la Résilience et la Sauvegarde des territoires au travers de sa structure dédiée au community management et à la communication digitale e-relation Territoriale. Depuis janvier 2012, Patrice LAYA est auditeur de la Session Nationale Résilience et Sécurité Sociétales. Il a par ailleurs, une formation initiale en agronomie, complétée par une maîtrise d'informatique appliquée à la gestion et un DESS en ingénierie de l'innovation. Dialoguer sur Twitter : @iTerritorial - sur Facebook : http://www.facebook.com/Plan.Communal.Sauvegarde Par mail : espace.territorial@online.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*