La crue comme ressource pour l’aménagement

Frédéric Bonnet, Jean-François Morel et Jenny Reuillard avancent, dans leur ouvrage paru récemment, quatre axes stratégiques liant gestion du risque inondation et aménagement : le retrait du territoire avec une restitution au milieu naturel, la sanctuarisation, la construction d’ouvrages de protection ou bien de quartiers résilients. La réflexion sur la résilience ne se situe alors plus seulement à l’échelle d’un bâtiment ou d’un îlot, mais plutôt à celle du quartier, voire au-delà.

Issu des réflexions menées lors de l’Atelier National « Territoires en mutation exposés aux risques », cet ouvrage propose de croiser les stratégies de projet à différentes échelles de territoire avec les enjeux de la prise en compte du risque inondation. Les auteurs constatent ainsi que « l’approche réglementaire dans la gestion des risques s’appuie encore aujourd’hui presque uniquement sur le principe de précaution, principalement parce que la réglementation s’est mise en place non pas en anticipation mais en réaction face aux situations catastrophiques rencontrées ».

Selon eux, cette approche ne permet pas l’innovation, en privilégiant le statu quo, en laissant de côté certains enjeux tels que les réseaux, et en se focalisant sur les moyens plutôt que sur les résultats. Pourtant, l’innovation en matière de résilience peut prendre différentes formes : architecturale, fonctionnelle, organisationnelle, et même à l’échelle de la ville par des mesures d’atténuation d’ensemble.

L’enjeu est ainsi d’intégrer l’aléa dans la stratégie de développement local, en pensant en amont le rôle (et la vulnérabilité) de chaque enjeu en amont de la crise. Il s’agit, par exemple, de garder en mémoire que les constructions sur pilotis ne sont adaptées que sur un territoire où l’accessibilité peut être maintenue pour permettre une éventuelle évacuation.

Ces séances ont ainsi été l’occasion de montrer que les problématiques de développement urbain, de mobilité, de préservation du paysage et de résilience face aux risques peuvent se rejoindre. Les services de l’Etat et les collectivités ont ainsi pu partager leurs expertises respectives, pour démontrer que la résilience n’implique pas systématiquement une contrepartie. Au contraire, elle peut encourager des démarches novatrices. Le projet de parc agricole de la Vallée de l’Argens (83) permet ainsi de revaloriser les zones agricoles et de sanctuariser les zones inondables, tout en aménageant des pistes et des cheminements pour les riverains.

Pour en savoir plus : Atout risques, Des territoires exposés se réinventent, sous la direction de Frédéric Bonnet, avec Jean-François Morel et Jenny Reuillard, Editions Parenthèses, 2016

Lire un extrait

Le projet de parc agricole de la vallée de l’Argens (83)
Share Button

Une démarche innovante : préserver le trait de côte et lutter contre les risques littoraux

De nombreuses villes côtières voient leurs plages grignotées par la mer au gré des marées. Certaines d’entre elles ont fait le choix de lutter contre ce phénomène, et par la même occasion contre les risques de submersion marine lors d’évènements exceptionnels.

Des communes telles que Les Sables d’Olonne ou Merlimont ont adopté une solution de drainage visant à réduire l’érosion. Cette technologie, exploitée par la société ECOPLAGE basée en Loire-Atlantique, requière l’installation de drains enfouis sous la plage. L’eau recueillie par le drainage peut être utilisée et valorisée de différentes manières, et notamment comme source d’énergie grâce à la Thalassothermie®.

La Ville de La Baule, en partenariat avec la Communauté d’Agglomération Cap Atlantique, a ainsi le projet d’installer un système d’alimentation en eau pour sa nouvelle piscine, couplé à une pompe à chaleur reliée à ses bâtiments.

Cette initiative mêle ainsi étroitement préservation du paysage littoral et prévention des risques littoraux, dans le sillage des Plans de Prévention des Risques Littoraux (PPRL).

Voir l’article de Ouest France à propos du projet de La Baule.

Grande plage des Sables d'Olonne. Source : lessables.mobi
Grande plage des Sables d’Olonne. Source : lessables.mobi

 

 

Share Button