De la bonne exploitation du questionnaire du Pavillon Orange

Par le Général (2s) Vernoux

Certes, le questionnaire d’auto-évaluation sert pour l’attribution du label, mais c’est avant tout une aide que même les communes détentrices de la 4ème étoile ne négligent pas.

Le nouveau questionnaire 2016 par capacités est long à remplir car les bonnes pratiques pour une sauvegarde efficiente de la population sont multiples. Comme le soulignait le Maire du Beausset (83), Georges Ferrero, il ne s’agit pas de grands investissements mais plutôt d’une volonté politique et de l »agrégation de bonnes volontés locales. Les quelques 300 questions proposent autant de pistes pour mettre en œuvre un dispositif opérationnel. Tout y est abordé : la planification (PCS, fiches réflexes, fiches d’actions…), le DICRIM et l’information préventive, la sensibilisation des élus, des agents et de la population, la prévention et la protection, l’organisation du PCC (cellules, main courante, tableaux de bord), l’organisation des points de regroupement et du centre d’accueil, la réserve communale, les citoyens ressources, l’intégration des renforts et des bonnes volontés, la formation et l’entrainement des intervenants, les exercices, la vigilance, l’alerte, la coordination avec les secours et le COD, le post-urgence, la communication de crise, l’emploi des réseaux sociaux, le retex…

Chacune des questions est explicitée dans le guide Conduire les opérations communales de sauvegarde (Territorial Éditions)  du général (2s) François Vernoux, fondateur du Pavillon Orange. Le HCFDC a offert ce guide aux municipalités à jour de leur label et l’offre aux nouvelles lauréates. 

Plusieurs maires ont témoigné de leur satisfaction à recevoir une analyse de leurs réponses. Récemment, l’un d’entre eux a même engagé le dialogue en annotant cette analyse. C’est pour nous un encouragement pour pérenniser cette innovation.

Deux municipalités lauréates viennent de changer de responsable « sauvegarde » ce mois de mars. Pour faciliter la passation des consignes, leurs DGS ont choisi de faire remplir aux concernés le questionnaire.

Cette évaluation est pour d’autres communes le support de la réunion du bilan annuel entre l’adjoint en charge de la sauvegarde et le service ad hoc. C’est alors l’établissement d’une planification des améliorations à réaliser dans l’année à venir. En effet, l’auto-évaluation annuelle incite à étudier dans son ensemble et dans le détail la sauvegarde communale. Les risques, les enjeux ont peut-être évolués. Le dispositif a reçu des compléments. Le retex des exercices et surtout des événements réels sont à prendre en compte.

D’autres municipalités, en montée en puissance d’un dispositif opérationnel, prennent le questionnaire comme fil guide. Il y a même des associations ou des consultants qui se servent de ce fil guide et conseillent à leur « client » de s’auto-évaluer à l’issue de la première année de mise en œuvre.

Au passage, nous transmettons toutes nos félicitations à l’équipe de la commune du Beausset pour son engagement durable !

Source : Var Matin, 16 mars 2017
Source : Le Beausset, Var Matin, 16 mars 2017
Share Button

Bonne pratique du mois : Le sac à dos du réserviste

Doter sa commune d’une Réserve Communale de Sécurité Civile, c’est donner à son dispositif de sauvegarde une force d’action complémentaire à celle des services municipaux.

Une fois les missions confiées à votre RCSC et les recrutements effectués, il vous faut lui donner les moyens d’agir avec efficacité et surtout en toute sécurité. Sur le terrain, chaque réserviste doit être facilement identifiable. Certaines municipalités ont proposé des uniformes, d’autres des casquettes… Le port d’une chasuble étant indispensable pour assurer la sécurité des intervenants, il peut également permettre leur identification grâce à l’ajout du logo de la commune et de leur fonction respective.

La bonne pratique de ce mois nous vient ainsi de Neauphle-le-Château (91), proposée par M. Schaefer. La municipalité a doté chacun de ses réservistes d’un sac à dos. On y trouve les équipements de sécurité : casque, gants, masque filtrant, lunettes…et des outils adaptés aux missions des réservistes (un recueil de numéros de téléphone à appeler en cas de besoin, une procédure d’intervention, un talkie-walkie pour le chef de groupe, etc.). La bouteille d’eau et les coupe-faim n’ont pas été oubliés. Il est proposé de personnaliser chaque sac à dos aux couleurs de la commune et grâce à des accroches « velcro » d’identifier le détenteur et sa fonction « terrain ».

Cette mesure nécessité un investissement limité. Elle témoigne de l’intérêt porté par les élus aux réservistes et surtout, elle améliore leur capacité opérationnelle.

sac_dos_reserviste
Source : Commune de Neauphle-le-Château

Pour en savoir plus, reportez-vous au guide Conduire les opérations communales de sauvegarde.

Share Button

Hyères lance sa propre app sur les risques majeurs

Le Ville de Hyères (83) a récemment mis en œuvre une application d’information et d’alerte sur les risques auxquels son territoire est soumis. À cette occasion, le Pavillon Orange a interrogé M. Jean-Brice Cortez, qui fait partie de l’équipe à l’origine du projet.

Hyères-les-Palmiers dispose au sein de son équipe municipale, d’un pôle « Infrastructures et outils numériques », qui s’emploie à développer des dispositifs variés. De l’application pour aider l’automobiliste à localiser en temps réel les places de parking disponibles, à celle permettant de signaler les dégradations matérielles, la ville a mis en ligne pas moins de sept applications mobiles.

L’une d’entre elles, baptisée Hyères Risques, permet au citoyen d’être informé en temps réel, via une cartographie de la ville, des aléas sur le territoire, ainsi que des voies interdites à la circulation en cas d’événement. Elle propose également aux utilisateurs de suivre en direct la hauteur du Gapeau via Vigicrue, ainsi que les vigilances de Météo-France en cours dans le département. L’application permet d’accéder rapidement aux numéros de téléphone d’urgence et aux flux Twitter à suivre en cas de crise. De même, elle comporte des conseils de comportements en cas de crise et un lien vers le formulaire d’inscription au système d’alerte de la population mis en place par la mairie.

Pour mettre en place cette app, la mairie a fait le pari de la rendre accessible au plus grand nombre. Ainsi, le citoyen n’a pas besoin de disposer d’un compte spécifique ou d’un mot de passe pour accéder à l’application. De même, il peut, s’il le souhaite, désactiver sa géolocalisation.

Au vu de son succès (près de 300 téléchargements durant les trois premiers jours de sa publication), l’équipe municipale réfléchit à la manière de l’étendre au niveau de l’Agglomération de Toulon Provence Métropole. Elle souhaite aussi en faire un outil pédagogique à destination des publics scolaires, qui joueront ainsi les ambassadeurs auprès de leur famille.

Enfin, soulignons l’efficacité de l’équipe municipale dans le déploiement de cet app : deux ingénieurs informatiques et deux concepteurs ont permis, par leur savoir-faire et leur implication, de mettre en place ce service en seulement deux mois.

Bravo pour cette initiative. Nous espérons qu’elle sera pérenne et éveillera la curiosité d’un grand nombre de citoyens.

Source : Ville de Hyères
Source : Ville de Hyères
Share Button

Bonne(s) pratique(s) du mois, par la Ville d’Anglet

Pour clore cette année 2016, voici deux idées qui nous viennent de la commune d’Anglet. Comme d’habitude, ces bonnes pratiques ne sont pas onéreuses mais peuvent rapporter gros en termes opérationnels et donc assurer une meilleure sauvegarde de la population.

Anglet
source : experg.com

UNE CELLULE « RÉSEAUX » AU SEIN DU PCC

L’organisation d’un PCC est décrite au chapitre II de la partie 3 de Conduire les opérations communales de sauvegarde : initiation opérationnelle chez Territorial Editions. En sus des 5 cellules de base dites par fonctions (renseignement, anticipation, logistique, action et communication) le RAC gagne à se doter d’une cellule transverse dite « population sinistrée ». La municipalité d’ANGLET a mesuré l’importance opérationnelle des réseaux (électricité, eau et internet…), elle s’est donc dotée d’une cellule RÉSEAU. Cette cellule transverse fait du renseignement en collectant les remontées d’informations « terrain » et les prévisions des opérateurs, elle participe pour son domaine à l’anticipation, gère l’action de son secteur et informe les cellules logistique et communication.

L’importance des réseaux a été soulignée lors de très nombreux RETEX comme ceux consécutifs aux inondations de mai-juin 2016. Voilà une excellente solution!

RÉDACTION DES PPMS PAR LES ÉCOLIERS 

Maintes fois dans ces lignes, il vous a été suggéré de faire rédiger un DICRIM Jeune en projet scolaire par les élèves de CM2. Un bon vecteur pour former le citoyen de demain et sensibiliser les familles.

La Ville d’Anglet a adapté ce conseil à la rédaction des PPMS. Sans remettre naturellement en cause le bien fondé du PPMS officiel qui assure, au delà de l’organisation interne de l’établissement face à un danger, la coordination avec les services régaliens du secours et le dispositif municipal de sauvegarde. La rédaction du PPMS par les élèves est une excellente méthode d’appropriation des gestes et comportements qu’ils devront adopter. C’est aussi un bon anti-stress : nous allons jouer ce que l’on a écrit !

Maman, papa, ne vient pas me chercher à l’école! J’y suis en sécurité, ne te mets pas en danger, je t’en prie!

N’est-ce pas plus percutant que le conseil du Maire : N’allez pas chercher vos enfants à l’école, nous assurons leur sécurité ?

L’équipe du Pavillon Orange vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’années sereines et joyeuses.   

Share Button