Comment réagissez-vous en cas d’urgence ?

Le Centre de Crise belge a engagé, sur la période 2016-2019, une série d’actions innovantes visant à développer une culture citoyenne de l’urgence. Le 3 avril dernier, une mini-campagne a été lancée. Intitulée « Comment réagissez-vous en cas d’urgence ? », elle incite le citoyen à adopter les bons comportements face à l’information.

Source : Crisis Center Belgium
Source : Crisis Center Belgium, 2017

Depuis 2009, le Gouvernement fédéral belge porte une attention particulière à l’information des citoyens sur les risques. Ainsi, une campagne a été menée, en décembre 2016 sur le risque chimique lié aux sites Seveso. À cette occasion, des capsules vidéos, déclinées par Province, ont été diffusées sur Facebook et Youtube. Une équipe a par ailleurs sillonné les villes situées à proximité de sites Seveso afin de rencontrer les habitants et d’évoquer avec eux leur perception des risques.

Une enquête réalisée auprès de la population, a révélé l’intérêt des citoyens pour ces démarches : 75% des personnes interrogées souhaitent connaître les risques qui les entourent au quotidien.

L’initiative « Comment réagissez-vous en cas d’urgence » prend quant à elle la forme d’un quizz en ligne. Comportant 10 questions, il s’adresse à tous avec un ton léger et aborde les usages des médias et les sources d’informations en cas d’urgence. À l’issue du questionnaire, chacun se voie attribuée une appréciation, de novice à expert en passant par « sur la bonne voie ». L’objectif est ainsi d’encourager le citoyen à s’informer davantage. Il peut également partager ses résultats sur les réseaux sociaux et inciter son entourage à faire le test. Pour amener le plus de citoyens possible à se tenir informés des initiatives du Centre de Crise belge, ils sont invités à renseigner leurs coordonnées et peuvent ainsi recevoir un petit cadeau à l’effigie du projet.

Le Centre de Crise belge a par ailleurs publié une liste des émetteurs d’informations officiels à suivre en cas d’urgence en Belgique. Elle rassemble les sites internet, ainsi que les comptes Facebook et Twitter des Gouverneurs des 11 provinces belges.

L’année 2017 sera par ailleurs celle du lancement d’un nouveau système Be-Alert, dont nous vous avions déjà parlé sur ce blog. Nous ne manquerons pas de revenir sur cette démarche lors de sa mise en œuvre.

Pour 2018 et 2019, les grands axes sont déjà définis : un calendrier mensuel des risques que les autorités locales pourront décliner en actions de sensibilisation et une série d’activités pédagogiques pour à destination des collectivités et des écoles.

Un grand merci à l’équipe du Centre de Crise belge pour sa participation à la réalisation de cet article.

PS : Toute l’équipe du Pavillon Orange attend avec fébrilité son gadget sympa…

Share Button

Niort cherche des volontaires motivés en cas de crise

La Ville de Niort a initié, en décembre dernier, une initiative visant à impliquer ses agents dans la gestion d’une éventuelle crise. Ainsi, chaque agent est invité, par le biais du journal local Apartés, à se porter volontaire. Le Pavillon Orange s’est penché sur la mise en oeuvre de cette démarche.

Mathieu Imberdis, en charge de la prévention des risques au sein de la Ville de Niort, est à la manoeuvre d’un appel à volontaires un peu particulier, destinés aux agents municipaux. En effet, l’objectif de cet appel est de réunir le personnel de la collectivité autour d’une problématique fédératrice : la gestion d’une potentielle crise.

En quatre mois, un peu plus de 60 agents ont manifesté leur intérêt pour participer à cette initiative. Ainsi, ces agents, en fonction de leurs compétences, pourront remplir plusieurs types de missions : barrièrage, permanence téléphonique, armement d’un centre d’hébergement, aide dans les démarches administratives des sinistrés, alerte via le porte-à-porte…

La seconde étape consistera à convier ces agents à une réunion d’information pour détailler ce qui les attend. Il s’agira notamment de préciser les modalités pratiques de leurs actions, leur indemnisation, la responsabilité de la mairie et des agents, les équipements (EPI) et les sessions de formation et de sensibilisation à venir. Cette réunion aura lieu le 12 mai.

La troisième étape sera une mise en situation. En lien avec l’Association Départementale pour la Protection Civile, les agents disponibles seront formés à l’armement d’un centre d’hébergement d’urgence (zonages, montage du matériel, organisation, etc.). Ce temps de formation est prévu à l’automne prochain.

Enfin, un dernier temps fort interviendra en 2017 puisque tous les agents répertoriés volontaires seront mobilisés pour un réel exercice de sécurité civile (novembre). Cette sollicitation permettra de jauger le nombre d’agents pouvant être mobilisé.


En bref
  • Les agents territoriaux au coeur du dispositif de sauvegarde : un outil de sensibilisation par l’action
  • Un cadre défini dès l’appel à volontaires (missions, cadre juridique, indemnisation, etc.)
  • Des formations adaptées aux actions des volontaires et une mise en pratique des savoir-faire acquis
  • Une communication qui met en avant les agents à l’origine de la démarche : une interview de Mathieu Imberdis dans le journal local a permis de présenter le dispositif aux agents… et aux citoyens !

Un grand merci à M. Imberdis pour sa participation à la rédaction de cet article

Source : Journal Apartés, Ville de Niort, décembre 2016
Source : Journal Apartés, Ville de Niort, décembre 2016
Share Button

De la bonne exploitation du questionnaire du Pavillon Orange

Par le Général (2s) Vernoux

Certes, le questionnaire d’auto-évaluation sert pour l’attribution du label, mais c’est avant tout une aide que même les communes détentrices de la 4ème étoile ne négligent pas.

Le nouveau questionnaire 2016 par capacités est long à remplir car les bonnes pratiques pour une sauvegarde efficiente de la population sont multiples. Comme le soulignait le Maire du Beausset (83), Georges Ferrero, il ne s’agit pas de grands investissements mais plutôt d’une volonté politique et de l »agrégation de bonnes volontés locales. Les quelques 300 questions proposent autant de pistes pour mettre en œuvre un dispositif opérationnel. Tout y est abordé : la planification (PCS, fiches réflexes, fiches d’actions…), le DICRIM et l’information préventive, la sensibilisation des élus, des agents et de la population, la prévention et la protection, l’organisation du PCC (cellules, main courante, tableaux de bord), l’organisation des points de regroupement et du centre d’accueil, la réserve communale, les citoyens ressources, l’intégration des renforts et des bonnes volontés, la formation et l’entrainement des intervenants, les exercices, la vigilance, l’alerte, la coordination avec les secours et le COD, le post-urgence, la communication de crise, l’emploi des réseaux sociaux, le retex…

Chacune des questions est explicitée dans le guide Conduire les opérations communales de sauvegarde (Territorial Éditions)  du général (2s) François Vernoux, fondateur du Pavillon Orange. Le HCFDC a offert ce guide aux municipalités à jour de leur label et l’offre aux nouvelles lauréates. 

Plusieurs maires ont témoigné de leur satisfaction à recevoir une analyse de leurs réponses. Récemment, l’un d’entre eux a même engagé le dialogue en annotant cette analyse. C’est pour nous un encouragement pour pérenniser cette innovation.

Deux municipalités lauréates viennent de changer de responsable « sauvegarde » ce mois de mars. Pour faciliter la passation des consignes, leurs DGS ont choisi de faire remplir aux concernés le questionnaire.

Cette évaluation est pour d’autres communes le support de la réunion du bilan annuel entre l’adjoint en charge de la sauvegarde et le service ad hoc. C’est alors l’établissement d’une planification des améliorations à réaliser dans l’année à venir. En effet, l’auto-évaluation annuelle incite à étudier dans son ensemble et dans le détail la sauvegarde communale. Les risques, les enjeux ont peut-être évolués. Le dispositif a reçu des compléments. Le retex des exercices et surtout des événements réels sont à prendre en compte.

D’autres municipalités, en montée en puissance d’un dispositif opérationnel, prennent le questionnaire comme fil guide. Il y a même des associations ou des consultants qui se servent de ce fil guide et conseillent à leur « client » de s’auto-évaluer à l’issue de la première année de mise en œuvre.

Au passage, nous transmettons toutes nos félicitations à l’équipe de la commune du Beausset pour son engagement durable !

Source : Var Matin, 16 mars 2017
Source : Le Beausset, Var Matin, 16 mars 2017
Share Button

Bonne pratique du mois : Le sac à dos du réserviste

Doter sa commune d’une Réserve Communale de Sécurité Civile, c’est donner à son dispositif de sauvegarde une force d’action complémentaire à celle des services municipaux.

Une fois les missions confiées à votre RCSC et les recrutements effectués, il vous faut lui donner les moyens d’agir avec efficacité et surtout en toute sécurité. Sur le terrain, chaque réserviste doit être facilement identifiable. Certaines municipalités ont proposé des uniformes, d’autres des casquettes… Le port d’une chasuble étant indispensable pour assurer la sécurité des intervenants, il peut également permettre leur identification grâce à l’ajout du logo de la commune et de leur fonction respective.

La bonne pratique de ce mois nous vient ainsi de Neauphle-le-Château (91), proposée par M. Schaefer. La municipalité a doté chacun de ses réservistes d’un sac à dos. On y trouve les équipements de sécurité : casque, gants, masque filtrant, lunettes…et des outils adaptés aux missions des réservistes (un recueil de numéros de téléphone à appeler en cas de besoin, une procédure d’intervention, un talkie-walkie pour le chef de groupe, etc.). La bouteille d’eau et les coupe-faim n’ont pas été oubliés. Il est proposé de personnaliser chaque sac à dos aux couleurs de la commune et grâce à des accroches « velcro » d’identifier le détenteur et sa fonction « terrain ».

Cette mesure nécessité un investissement limité. Elle témoigne de l’intérêt porté par les élus aux réservistes et surtout, elle améliore leur capacité opérationnelle.

sac_dos_reserviste
Source : Commune de Neauphle-le-Château

Pour en savoir plus, reportez-vous au guide Conduire les opérations communales de sauvegarde.

Share Button