Le Pavillon Orange plaide pour l’information des populations lors de Secours Expo

Vendredi 5 février, les tables rondes portaient sur les inondations (lentes et à cinétique rapide) puis sur l’implication de la population dans la sauvegarde. Le général Vernoux, fondateur du Pavillon Orange, a témoigné de son incompréhension, voire de sa colère. Les catastrophes se suivent, elles sont trop souvent meurtrières et à quelques exceptions près, la notion de sauvegarde n’est pas suffisamment mobilisée. Il ne s’agit pas de finances mais bien de volonté politique. Comment, en 2016, peut-on constater des comportements comme celui d’aller, lors d’une inondation, chercher sa voiture dans un parking ?

La loi de 2004, fêtant bientôt ses 12 ans, a confié la noble mission de sauvegarde aux élus de proximité, car ils connaissent le terrain, les usages locaux, les risques et les enjeux. Ils ont la confiance des populations. Ceux qui ont pris en compte la protection de leur population trouvent de très bonnes pratiques, et abordables pour de nombreuses municipalités. Ce blog s’en fait l’écho mensuellement.

Bon nombre de reportages nous montre des voitures jouer aux bateaux et devenir un embâcle amplificateur de la crue. Quels retours d’expériences en tirer ?

La nature reprend ses droits, après quelques décennies de calme pendant lesquels l’Homme a perdu un certain bon sens. Il a même construit dans le lit des rivières !

Source : Mairie de Talloires
Source : Mairie de Talloires

Toutes les zones inondables ne sont pas inconstructibles, mais il faut savoir et vouloir construire pour supporter cet aléa. Pour les constructions actuelles, de beaux exemples, comme dans le Gard, prouvent que l’on peut s’adapter. Quand on admire le pont du Gard ou celui de Vaison la Romaine, on comprend que leurs petites rivières se transformaient déjà en torrents indomptables voici des siècles. Pourquoi l’a-t-on oublié ?

On est surpris, chaque année, par les épisodes cévenols et autres phénomènes tempétueux. Or, je le regrette, mais ils sont récurrents comme les vendanges. Certaines années la production est forte, d’autres, elle est très faible. Pour les vendanges tout est prêt et on est capable de récolter sans délai car l’orage approche… Alors pourquoi n’en est-il pas de même pour les inondations ?

Certes, il faut toucher et sensibiliser toute la population, mais les moyens sont là : le DICRIM, les bulletins municipaux, la presse locale, les réseaux sociaux, les vœux et même les élections. Combien de candidats ont-ils évoqué la sauvegarde dans leur campagne de 2014 ?

Mesdames et Messieurs les Élus, osez la sauvegarde, c’est urgent !

 

Share Button

Le Pavillon Orange fait la promotion des réserves communales à Secours Expo  

Le Salon Secours Expo s’est tenu du 4 au 6 février dernier au parc des expositions de la Porte de Versailles, à Paris. Près de 150 professionnels du secourisme, des soins d’urgence et de la prévention ont échangé à cette occasion lors de débats et de conférences. Le Général Vernoux était sur place.

Source : lesevenements.fr
Source : lesevenements.fr

Lors de trois conférences, le Général François Vernoux, fondateur du Pavillon Orange, a témoigné des bonnes pratiques des villes lauréates.

Jeudi 4 février, la table ronde de l’après-midi portait sur les types de réserves existants à ce jour. De la réserve militaire à la réserve communale de sécurité civile (RCSC), on note de grandes différences pour un même vocable! Fort de ses contacts et de ses audits, le Général Vernoux a témoigné de la performance des volontaires des RCSC. Là où elles existent, il y a de belles choses ! Et un engagement citoyen qui mérite d’être salué !

Il a conseillé aux maires de se poser la question : à la lecture de mon PCS, quel est mon besoin en terme d’intervenants? Une fois les missions des citoyens ressources attribuées, et celles relevant des services municipaux ou pouvant être confiées par convention à des associations définies, il est facile de modéliser la réserve dont a besoin la commune. Dans ces temps de restriction budgétaire, il est bon de souligner que la création d’une réserve communale n’est pas onéreuse. Elle réclame volonté politique du Maire, attention envers les volontaires, un peu d’organisation et une bonne animation. La réserve communale n’est pas un club mais elle peut tisser des liens intergénérationnels de qualité. Elle s’impose pour toutes les actions  de proximité à mettre en place rapidement (point de regroupement dont la disponibilité doit être contrôlée régulièrement, centre d’accueil provisoire, mise en place de barrières…) et peut jouer un rôle déterminant dans la diffusion de la culture du risque.

Enfin, argument déterminant : les volontaires bénéficient d’une protection juridique.

Mesdames et Messieurs les Élus, osez la réserve communale !

Share Button

Expocrise 2015 – Cérémonies de remise des trophées de la résilience sociétale et Pavillons Orange

Lors de l’édition 2015 du salon Expocrise, qui s’est tenu les 17 et 18 septembre, un comité d’experts a remis les prix suivants :

– Le trophée de la résilience sociétale, remis à l’Union Sociale pour l’Habitat en Outre-Mer, pour sa démarche de résilience du logement social face à un risque majeur;
– Le trophée de l’administration publique, remis à la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale, pour son système de cartographie de crise;
– Le trophée de la collectivité locale, remis à la Communauté de l’Agglomération Havraise, pour sa formation à la gestion de crise;
– Le trophée de l’action opérationnelle, remis conjointement à la mairie de Hyères et au SDIS 30, pour la gestion du risque inondation;
– Le trophée de l’innovation technologique, remis au CEA Marcoule, pour le test Ebola;
– Le trophée de la continuité d’activité, remis à ERDF;
– Le trophée européen, remis à GSA France, pour son projet I-Tunnel;
– Le trophée de la citoyenneté, remis à Volontaires Opérationnel en Soutien Virtuel (VISOV), pour sa gestion d’urgence en interaction avec les populations;
– Le trophée du Meilleur usage des réseaux sociaux en période de crise, remis au SDIS du Gard;
– Le trophée de la meilleure application, remis au Groupement de Gendarmerie départementale de l’Hérault, pour son application « Stop cambriolages »;
– Un trophée d’honneur, remis à tous les acteurs de la protection des populations lors des attentats de janvier 2015 (FIPN, GIGN, BSPP, SDIS 77, SAMU de Paris, Protection Civile, Croix-Rouge française, Ordre de Malte).

 

Share Button

Colloque : expériences, bilans et perspectives des PAPI

Les  27 et 28 janvier 2015, les 11 ème rencontres Géorisques de l’Institut de Recherche de l’Université Paul Valéry de Montpellier 3 aborderont  « Les Programmes d’Actions et de Prévention des Inondations (PAPI) : Expériences, bilans et perspectives ».

PCS Resilience Colloque_PAPI

Après un bilan de la première génération de PAPI 2003-2009, les règles ont été affermies en 2011 et les PAPI sont devenus des outils majeurs de la prévention des inondations en France.

La seconde génération doit se positionner dans le cadre de la Directive européenne Inondation (DI) de 2007 et présente donc un certain nombre de nouveautés. Alors que les structures de bassins versants commencent à s’approprier l’outil, un certain nombre de déclinaisons de la DI 2007 et la mise en place prochaine des PGRI ainsi que les modifications en termes de compétences GEMAPI (Gestion des Milieux Aquatiques) découlant de la loi MAPAM viennent jeter le trouble sur l’avenir de cet outil.

Comment ces différents dispositifs se coordonneront-ils? Quels acteurs garderont la compétence des PAPI à l’avenir ?

Cette 11ème rencontre Géorisque invite les professionnels, acteurs locaux, élus, chercheurs impliqués ou intéressés par l’outil PAPI à participer et à échanger sur leurs savoirs et expériences par des interventions orales ou des posters. La prise de parole sera limitée à 20 minutes par intervenant et sera suivie d’un échange de 10 minutes.

Premier jour – 27 Janvier 2015 :

  • Bilan des PAPI
  • Historique : évolution du programme depuis sa création
  • Bilan PAPI de première génération
  • Témoignages d’acteurs. Quels enseignements en tirer (points positifs et points à améliorer) ?
  • Mise en œuvre des PAPI et financement
  • Les actions de réduction de la vulnérabilité

Deuxième jour – 28 Janvier 2015 :

  • Perspectives d’avenir
  • Articulation des PAPI et de la Directive Inondation (PGRI, TRI)
  • Évaluation des PAPI
  • Bilan et évolution de l’ACB (Analyse Coût-Bénéfice) et démarche AMC (Analyse Multicritères)
  • Articulation PAPI et nouvelles compétences Gemapi
  • Culture du risque , culture de crise Comment les mettre en œuvre ?

Programme
Fiche d’inscription

Share Button