Exercice SEISMO 12 : RETEX

Seismo12L’exercice international SEISMO 12, fondé sur un scénario de tremblement de terre, s’est déroulé du 8 au 10 mai 2012 sous la direction de l’Office fédéral de la protection de la population (OFPP).

Les états-majors de conduite ont été mis à rude épreuve, mais au final, les organisations participantes ont bien réussi le test. Il sera procédé ultérieurement à une évaluation détaillée qui indiquera les améliorations nécessaires, s’agissant notamment de la collaboration entre les différents états-majors.

sismo12Sous le titre de SEISMO 12 s’est tenu un exercice cadre d’état-major de plusieurs jours et de grande envergure. Les organisations de crise et de conduite de nombreux partenaires de la protection de la population y ont pris part. Les principaux acteurs étaient le nouvel Etat-major fédéral ABCN, les états-majors de conduite des cantons d’Argovie, de Bâle-Campagne, de Bâle-Ville et de Soleure, ainsi que divers états-majors de l’armée suisse et d’unités administratives allemandes. Le scénario était fondé sur le tremblement de terre qui a ravagé la ville de Bâle en 1356. De nos jours, un tel séisme d’une magnitude de 6,5 à 7 sur l’échelle de Richter occasionnerait de graves dommages sur un vaste territoire. On pouvait donc s’attendre à un lourd bilan: plusieurs milliers de morts, des dizaines de milliers de blessés et plus d’un million de sans-abri dans les premiers jours.

sismo12_1Au soir du troisième jour, les représentants des organisations participantes et de la direction de l’exercice se sont déjà réunis à Liestal (BL) pour une discussion de clôture, afin d’échanger leurs premières expériences et impressions et de tirer un bilan provisoire. Le directeur de l’exercice, Hans Guggisberg, a loué l’engagement de tous les participants. Il a souligné l’ampleur du travail accompli et le sérieux avec lequel les problèmes ont été abordés. Il a constaté en outre que les objectifs fixés par la direction de l’exercice avaient été atteints. Il s’agira maintenant de tirer pleinement profit des enseignements de l’exercice à tous les niveaux afin d’apporter de nouvelles améliorations au système de protection de la population.

Collaboration entre les organes de conduite

SEISMOLes participants ont admis avoir dû relever de grands défis dans le cadre de SEISMO 12. Dans l’ensemble, les organes de conduite disposent des compétences et des structures requises pour faire face à une catastrophe de cette ampleur. L’exercice s’étant déroulé sur plusieurs jours 24 heures sur 24, les organisations participantes ont dû démontrer qu’elles pouvaient assurer la relève: une exigence à laquelle elles ont dans l’ensemble bien répondu. L’un des objectifs prioritaires était de vérifier et de promouvoir la coopération entre les différents états-majors de conduite de la Confédération et des cantons ainsi qu’avec des partenaires étrangers. L’évaluation détaillée montrera dans quelle mesure des améliorations sont encore possibles en la matière.

Sismo12_2

Source : Office fédéral de la protection de la population

Share Button

Condom (32) teste son plan communal de sauvegarde

La municipalité de Condom est prête à affronter une nouvelle tempête. Une simulation a permis de tester le plan de sauvegarde de la commune.

La violente tempête et les pluies diluviennes qui se sont abattues sur le Gers, vendredi soir, n’ont fait aucune victime à Condom. La catastrophe n’était, en effet, qu’un « exercice, exercice, exercice ». Un code que le maire a répété toute la soirée, lors de ses communications téléphoniques avec la cellule préfectorale d’animation de la simulation.

Un exercice destiné à évaluer le plan communal de sauvegarde rédigé par la municipalité, depuis la tempête Klaus, et en cours de validation. Le document vise à élaborer les procédures détaillées à mettre en œuvre en cas de catastrophe, les acteurs à mobiliser et leurs coordonnées. « Nous ne sommes pas là pour juger si vos décisions face aux événements sont bonnes, mais pour évaluer vos réactions, vos capacités d’organisation », confie le commandant Nilisse, réserviste de la délégation militaire départementale.

Avec deux autres observateurs et le capitaine des pompiers de Condom, le militaire assiste aux réflexions et décisions de la cellule de crise réunie en mairie. Il est 20 heures. L’alerte rouge est en vigueur depuis une heure interdisant toute circulation à l’extérieur où les éléments se déchaînent. Dès la publication de l’avis de tempête, dans l’après-midi, des provisions d’eau ont été réalisées à l’espace Rive gauche, à Pierre-de-Montesquiou et à la maison de retraite. Tout le matériel pour dégager les routes ou affronter des inondations est opérationnel.

Le relais des élus de quartier

Les grues des différents chantiers en ville ont été sécurisées. 20 h 10, le maire apprend qu’une partie du toit de la maison de retraite de la Ténarèze s’est envolée. Autour de lui, les adjointes aux affaires sociales et à l’urbanisme, le directeur général des services et le responsable des services techniques vont devoir organiser l’évacuation des 83 résidents, dont 28 médicalisés.

Vingt minutes plus tard, la ville est plongée dans le noir suite à une coupure électrique générale. L’expérience et les souvenirs de Klaus nourrissent les échanges de la soirée. Si les groupes électrogènes semblent être plus nombreux qu’en 2009, la question cruciale des télécommunications reste entière.

Nouvelle catastrophe à 22 h 20. Le maire est informé que l’eau courante est désormais impropre à la consommation et à la toilette. Il est urgent d’en informer la population. Aussitôt contacté, le directeur de la Lyonnaise des eaux déclenche l’application Pamela. En quatre heures, l’ensemble des usagers est averti par téléphone.

Parallèlement, Bernard Gallardo sollicite les comités de quartier pour diffuser au plus vite l’information dans la ville. De nouvelles instances de proximité qui devraient jouer un rôle important en cas de catastrophe.

La soirée s’achèvera à 23 heures.

Source : http://www.sudouest.fr
Publié par F.Meslin

Découvrir Condom :
carte identite

Share Button

POI, PPI, PCS, ORSEC : cohérence et interdépendance

De grands progrès sont constatés dans la sécurité globale des territoires. L’Etat, les Industriels et la Collectivité collaborent de plus à l’élaboration et au test des PPI, POI, PCS. L’exemple de Genay le démontre (voir article ci-dessous).

Lorsqu’une commune est soumise à un risque qu’il soit naturel ou technologique, elle a l’obligation de réaliser un plan communal de sauvegarde afin d’être en capacité d’alerter et de mettre en sécurité ses habitants. Ce PCS doit être cohérent avec le plan ORSEC de la Préfecture afin de pouvoir relayer les actions de secours déployées par les services de sécurité civile.

Quant à l’industriel, implanté sur la commune et potentiellement générateur de risques, il a l’obligation, si son établissement est classé Seveso, de pouvoir traiter tout incident grâce à son plan opération interne (POI). Si cette défaillance industriel venait à dépasser l’enceinte de l’établissement, le dispositif PPI pour plan particulier intervention, élaboré par la Préfecture du département, assurerait la protection des populations riveraines.

Tous ces dispositifs peuvent donc être interconnectés comme le montre l’exercice à la Coatex, classée SEVESO seuil haut, installée à Genay dans le Rhône. Au départ, une fuite sur une cuve de distillats dans un atelier nécessite le déclenchement du POI de l’établissement. Ensuite, des émanations de vapeurs explosives oblige les services de secours à mettre en place un périmètre de sécurité autour de l’établissement dans le cadre du PPI. La sirène de l’entreprise sera également activée dans le cadre du PPI. Informé de l’incident, le maire de Genay activera son PCS et formera une cellule de crise afin d’alerter ses administrés et leurs rappeler les consignes de sécurité à tenir.

Ainsi, ces exercices dits « grandeur nature » mettant en oeuvre l’industriel, la commune, l’Etat, voire le citoyen permettent aux différents acteurs de valider leur collaboration et leur coordination pour le jour où un réel risque se réalisait.

exercice Genay

Share Button

COLLOQUE ÉVACUATION DES VILLES

evacuation_HCFDCLe Haut Comité français pour la défense civile a souhaité faire le point sur la question particulière de l’évacuation de masse, élément crucial d’une gestion de crise efficace.

Le Jeudi 5 Juillet 2012 à la FFSA, quatre tables rondes auront pour but d’exposer les travaux en cours et d’évaluer les efforts de préparation en France et en Europe. Il sera l’occasion d’interroger la politique d’évacuation de l’Etat, la manière dont les acteurs se préparent à une telle éventualité, et de dresser le bilan des exercices d’évacuation déjà réalisés.

PROGRAMME

evacuation programme

Téléchargez le bulletin d’inscription (pdf)
Consultez le programme détaillé (pdf)
Téléchargez la plaquette du colloque (pdf)

Share Button