Decize (58) : un exercice d’évaluation du PCS et du dispositif Orsec révèle des disfonctionnements

Prendre conscience des risques et les anticiper au maximum,  tel était le but de l’exercice d’évacuation mis en place, en novembre dernier, à Decize, dans le cadre du nouveau dispositif Orsec inondations Loire et de la révision du Plan communal de sauvegarde. Une crue centennale semblable à celle de 1907 où la cote de la Loire avait atteint plus de 6 m, servait de scénario virtuel. Une simulation qui, à 5,65 m, obligerait plus de 2.000 Decizois à quitter leur domicile pour se mettre en lieu sûr. Après cette mise en pratique du dispositif de l’automne dernier, l’heure était au bilan en ce jeudi 22 janvier. Aussi, le retour d’expérience à froid a soulevé plusieurs disfonctionnements et points pour améliorer le dispositif…la culture de l’exercice est-elle en mutation, fini l’époque des congratulations excessives entre les autorités et les communiqués idylliques remis au préfet et aux médias.
Sauvegarde Resilience Decize_exercice
Reportage d’Estelle Pion pour

Une quarantaine de Decizois se sont prêtés au jeu de l’exercice d’évacuation. Pendant toute la journée, les services de l’État et tous les acteurs des secours étaient sur le pont pour organiser les secours. Hier, ces derniers avaient rendez-vous en mairie pour pointer les secteurs à améliorer. Avant le tour de table où chacun a transmis les problèmes rencontrés, le maire, Alain Lassus, a noté « la grande réactivité ce jour-là des acteurs locaux comme l’hôpital, les ambulances, les transports Gonin, ErDF… »

De son côté, le chef du service interministériel de défense et de protections civiles, Jean-François Quien, a précisé qu’en cas de forte inondation, « plusieurs villes du département seraient touchées, mais à Decize, il s’agirait d’une évacuation massive puisque la quasi-totalité de Decize devrait être évacuée, ce qui n’est pas le cas ailleurs ».

Points à améliorer

Sauvegarde Resilience crue_decize
Crue de la Loire en 2003 à Décize

Au niveau du bilan, ce dernier s’est accordé à dire que « l’échange d’informations entre les postes de crise n’était pas des plus satisfaisants. Il faut revoir ce point et s’assurer de maintenir le lien entre tous les postes. Il faudra aussi bien redéfinir le rôle de chacun. C’est au maire, par exemple, d’alerter les habitants, d’informer tout au long de la crise et de soutenir la population. Pour l’organisation des secours c’est à la préfecture de s’en charger. »

Au total, pour la directrice des services du cabinet de la préfecture, Catherine Fourcherot, « une quinzaine de pistes sont à améliorer, dont définir précisément les lieux où évacuer les habitants (1), prévenir les problèmes d’alimentation en eau potable (2) », ou encore améliorer l’information des données techniques sur l’évolution de la crue.

D’autres réunions devraient notamment se mettre en place entre la municipalité et la préfecture pour affiner les modifications à inscrire sur le Plan communal de sauvegarde. Alain Lassus a également soumis l’idée d’organiser ce genre d’exercice sur la durée réelle d’une crue, « sur trois jours environ, afin d’étudier vraiment toutes les problématiques ». « Je comprends votre demande, mais c’est plus compliqué à mettre en place », a répondu Catherine Fourcherot. En attendant, elle a invité l’élu à renouveler chaque année la sensibilisation auprès de la population.

(1) Pour l’exercice, la quarantaine d’habitants devaient se rendre dans la salle des fêtes de Cossaye. Mais en cas de crue, il faudrait prévoir divers lieux pour pouvoir accueillir davantage d’habitants.

(2) Au-delà de 5,40 m, plus d’eau potable à Decize, mais également à Saint-Léger-des-Vignes et La Machine qui dépendent de la même station, soit 10.000 personnes concernées.

Share Button

L’accident qui a fait comprendre au Maire qu’il n’était pas prêt

PCS Resilience drapeau_pavillon_orange_AMF59« Un accident m’a fait comprendre que je n’étais pas prêt »,  ainsi, s’est exprimé un Maire qui assistait à la deuxième intervention du général François VERNOUX, fondateur du PAVILLON ORANGE, devant les Maires du NORD le 19 décembre dernier à HELLEMES.

Les catastrophes n’arrivent pas qu’aux autres et lorsque la catastrophe est là, on se félicite d’avoir su préparer ses adjoints et conseillers, ses agents et sa population à être résilients et à pouvoir agir bien, vite et ensemble pour une sauvegarde de qualité.

Les 3 heures consacrées à ce domaine permettent au fondateur du label de la sauvegarde de présenter le fond et les bonnes pratiques pouvant être mises en œuvre par toutes les municipalités des plus grandes aux plus petites. Toute organisation partagée, tout moyen réalisé, tout mode d’action maitrisé seront un atout le jour J.

Sachant qu’il n’est pas nécessaire de tout faire pour être déjà plus efficient que celui qui n’a rien fait.

C’est pour cela que sont abordés successivement:

L’esprit de la loi de 2004

PCS Resilience Preparez_communeLe Maire : Directeur des opérations de secours et directeur des opérations de sauvegarde

  • Gestion d’un événement exceptionnel et gestion de crise
  • faire germer la culture du risque
  • la préparation opérationnelle,

Le PCC, bonnes pratiques fonctionnelles et matérielles

  • Les points de regroupement et centres d’accueil
  • La réserve communales et les personnes ressources
  • Liaisons avec les autorités, les services régaliens, les autres communes, la population, la presse
  • la gestion du stress

Formation, entrainements et exercices avec une insistance sur l’entrainement

La conduite opérationnelle (vigilance, alertes, phases réflexes… main courante, tableau de bord… RETEX…)

Communication de crise.

Vous êtes MAIRE ou élus, DGS ou responsable d’une réserve communale… Cette information vous intéresse… Contactez votre association départementale des Maires; elle a reçu un courrier du HCFDC. La conférence est bénévole, le déplacement de l’intervenant est pris en charge par le HCFDC, l’association reste en charge de la logistique locale. Les items ci dessus sont au choix des organisateurs.

Share Button

Plan grand froid & déneigement : mieux vaut les avoir intégrés dans le PCS

Les premiers grands froids semblent vouloir s’installer sur une partie de la France. La neige a commencé à recouvrir les départements de l’Est de la France et provoquer de nombreux désagréments dans les communes. Cet aléa, même s’il ne constitue que très rarement un risque de catastrophe, doit être anticipé par les municipalités au même titre que les inondations. Aussi, les communes doivent-elles intégrer dans leur plan communal de sauvegarde un volet « Grand Froid et Déneigement ».

Vous trouverez ci-joint l’exemple du plan grand froid et déneigement de Castanet-Tolosan, commune située en Haute-Garonne, qui liste les principales mesures et documents administratifs nécessaires à la bonne gestion de ces risques.

PCS Resilience plan_deneigement

Procédure grand froid et déneigement du plan communal de sauvegarde de Castanet-Tolosan : Volet Grand Froid et déneigement du Plan Communal de Sauvegardet

Share Button

La Sauvegarde des populations présentée aux MAIRES

PCS Resilience drapeau_pavillon_orange_AMF59Dans la même approche d’aide aux Maires et aux municipalités qui a prévalue lors du lancement du PAVILLON ORANGE, voici 5 ans, le HCFDC propose aux associations départementales des Maires, des séances d’information sur la sauvegarde des populations.

Le NORD montre la bonne direction…

L’association des Maires du Nord a été la première à concrétiser cette proposition. Vendredi dernier, le 12 décembre, à la Maison des agriculteurs de SARS et ROSIERE, une cinquantaine d’élus et agents municipaux sont venus écouter le général François VERNOUX, fondateur du PAVILLON ORANGE.

PCS Resilience Reunion_Maires
En 3 heures, ont été abordé l’esprit de la loi de 2004, les principes de la sauvegarde des populations et surtout les bonnes pratiques concrètes pouvant être mise en œuvre. Du PCS à la réserve communale, en passant par le DICRIM, le PCC, les points de regroupements, les centres d’accueil provisoires, les conventions, la mémoire locale des risques, l’ouverture vers les jeunes, le souci des personnes dépendantes et même quelques conseils en communication, tout le domaine a fait l’objet de débat. Le général VERNOUX a offert à l’auditoire les bonnes pratiques des communes aujourd’hui labellisées PAVILLON ORANGE, telles qu’il les observe lors de ses audits de progrès.

M. SILVESTRE, chef du SIRACED – PC de la préfecture, en DUO que l’on aurait pu croire préparé, a illustré remarquablement chaque item par des exemples locaux et a maintes fois souligné la cohérence globale entre l’organisation régalienne des secours et les actions de sauvegarde (le Maire pouvant être DOS directeur des opérations de secours et étant toujours DOS directeur des opérations de sauvegarde).

Après un pot de l’amitié où les conversations ont été ouvertes et variées, chaque participant est reparti vers sa commune avec une bonne documentation. Le HCFDC et le PAVILLON ORANGE restent à leur disposition. Par notre BLOG, ils connaîtront les nouvelles BONNES PRATIQUES du MOIS et se tiendront informés des dernières nouvelles du domaine. Grace au questionnaire en ligne, ils pourront soit finaliser la montée en puissance de leur dispositif, soit l’évaluer et découvrir ainsi de nombreuses marges de progrès.

A titre de conclusion, le général VERNOUX leur a souhaité bon courage et a rassuré son auditoire en soulignant qu’il avait présenté un dispositif idéal. 10% de réalisation par an serait déjà un bon objectif. Certes, la commune ne sera pas labellisable, mais sa population sera déjà un peu sauvegardée. Car, cela mérite d’être souligné, toute action de sauvegarde, même la plus modeste est un progrès immédiat qui pourra se révéler fort utile un jour où la commune devra faire face à une catastrophe.

Alors, n’attendez plus pour progresser pas à pas vers un dispositif de qualité.

RENSEIGNEMENTS PRATIQUES : Ces interventions sont bénévoles. Les thèmes des items pouvant être traités (au choix) ont été adressés par courrier postal à chaque présidence départementale des Maires en octobre et restent disponibles au HCFDC. Contacter LEO MULLER – 01 49 52 94 36 pavillon-orange@hcfdc.org.

Une seconde séance est programmée dans le NORD, vendredi près de Lille, puis 2015 débutera par RENNES…

Share Button