En prévention aussi, « une image vaut mille mots »

Vous avez peut être remarqué à quel point les enfants peuvent être fascinés par les dessins, les schémas et a fortiori, les maquettes. Quand il est question de prévention des risques majeurs, attirer l’attention du lecteur est un enjeu crucial. À ce titre, comme le disait Confucius « une image vaut mille mots », et ce que l’on soit petit ou grand.

Le passage de l’ouragan Irma dans les Antilles, puis de José et Maria, a été l’occasion pour nombre de personnes de se poser la question : « Comment une chose pareil peut-elle se former ? ». Pour y répondre, je vous propose de consulter quelques infographies. La plupart d’entre elles sont en anglais, mais elles n’en demeurent pas moins évocatrices.

Source : Chelsey Kilzer, DailyInfographic
Source : Ria Novosti

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sans entrer dans les détails, notre œil est rapidement attiré par le coté graphique, les couleurs, l’aspect synthétique, les chiffres mis en évidence, etc.

Une infographie peut aujourd’hui contenir beaucoup de données, sous des formats différents : graphiques de toutes sortes, cartographies, chronologies, organigrammes, schémas, etc. Le tout doit avoir un format agréable à lire (souvent en hauteur), être assez coloré (mais pas trop) et comporter des illustrations (en évitant les photos).

Aux États-Unis, on trouve un grand nombre d’infographies concernant les risques, notamment en lien avec les ouragans Sandy, Katrina et consorts. Voici quelques exemples plutôt réussis :

  • Katrina
  • Preparing for a storm (Se préparer à une tempête)
  • Hurricane Sandy : One year later (L’ouragan Sandy, un an après)
  • How to hurricane proof your home (Comment rendre votre habitat résistant face à un ouragan)
  • Infographie Pluie-inondation – Risques.gouv.fr
  •  Infographie Cyclone – FF72

En France, on trouve quelques exemplaires d’infographies auprès de l’IRSTEA, sur le site risques.gouv.fr, ou bien sur notre site FF72.org

L’infographie est un moyen très efficace d’attirer l’attention du lecteur et diffuser de l’information rapidement et efficacement.

Quelques conseils pour réaliser une infographie :

  • Pas forcément besoin d’un graphiste pour créer une infographie. Il suffit d’une bonne dose de créativité, d’un peu de temps ainsi que d’un logiciel qui vous permet de créer des images et que vous savez manipuler facilement. Beaucoup de ressources sont également disponibles en ligne (pictogrammes, motifs de fonds, etc.).
  • Ne tombez pas dans le piège de la prose : trop de texte et ce n’est plus une infographie !
  • Choisissez un panel de couleurs harmonieux, avec si possible de petites touches de couleur vive. Pour vous aider, vous pouvez utiliser ce site.
  • Inspirez-vous de ce que font les autres, prenez des conseils (ici par exemple) et acceptez les critiques !

À défaut, il y a énormément de gens très doués pour s’en occuper…

Share Button

Bulletin de veille HCFDC #7 – Les feux de forêts en France, juillet 2017

Le Haut Comité Français pour la Défense Civile réalise tous les mois des bulletins synthétiques sur les risques et menaces auxquels nos territoires sont soumis.

Ce mois-ci, face au nombre important de feux de forêts en France, nous avons décidé de publié le bulletin présentant les enjeux liés à ce phénomène.

À cet égard, saluons l’engagement sans faille de l’ensemble des services de secours dans cette lutte.

Les bulletins sont accessibles aux membres du HCFDC. Pour adhérer, cliquez ici.

Par Tiphaine Gaudin. Cliquez sur l’icône pour accéder au bulletin

 

Share Button

Feux de forêts : cartographie des alertes

Source : cellule Veille France & Pays limitrophes, HCFDC

Pour accéder à la situation room complète sur les feux de forêts, connectez-vous à votre Espace membre HCFDC

Pas encore membre ? En savoir plus sur l’adhésion.

Share Button

GEMAPI et ouvrages de protection : le guide du CEPRI

Le CEPRI vient de publier un nouveau guide méthodologique sur les ouvrages de protection contre les inondations. Ce dernier a notamment pour ambition d’aider les collectivités à répondre aux exigences de la réglementation issue du décret du 12 mai 2015.  

Source : CEPRI, 2017

Comme à son habitude, le CEPRI nous livre ce mois-ci un document très riche et fonctionnel, s’appuyant sur des entretiens réalisés auprès d’un large panel de collectivités directement concernées par ces nouvelles dispositions. Ainsi, chaque orientation est illustrée au travers d’exemples étayés.

Ce guide rassemble, en 100 pages, nombre de conseils pratiques adaptés à chaque étape de la mise en oeuvre d’une structure de gestion de digues. Ainsi, il aborde tant la phase d’état des lieux, que les aspects de gouvernance, la capacité technique ou encore le financement d’une telle infrastructure.

Par ailleurs, une attention particulière est portée sur les exigences de la nouvelle réglementation. La quatrième partie de l’ouvrage a ainsi pour ambition d’aider les décideurs à mettre en oeuvre ces dispositions. Elle détaille notamment le contenu du dossier de demande d’autorisation pour les systèmes d’endiguement que chaque EPCI ou commune a désormais l’obligation de présenter : liste, descriptif et localisation sur une carte des ouvrages ; estimation de la population protégée ; indication du niveau de protection ; étude de dangers ; consignes de surveillance et d’exploitation applicables en gestion courante et en période de crue. Cette section identifie également les éléments essentiels de l’étude de dangers.

En obtenant cette autorisation, le gestionnaire d’ouvrage peut alors bénéficier d’une exonération de sa responsabilité en cas de dommages. Cette exonération ne peut toutefois être accordée qu’à condition que les obligations réglementaires aient été strictement respectées et que le niveau de l’événement subi soit supérieur à celui pour lequel l’ouvrage a été dimensionné.

Parmi les autres exigences de la nouvelle réglementation, notons :

  • Remplir les obligations issues du décret n°2015-526 du 12 mai 2015 : modification des obligations administratives portant sur la revue de sûreté, les consignes écrites, l’auscultation de l’ouvrage ainsi que la fréquence des rapports de surveillance périodique et des visites techniques approfondies.
  • Garantir l’intervention sur les parcelles privées : Déclaration d’intérêt général, servitude de passage, servitude d’utilité publique, servitude créée pour la défense contre les inondations et contre la mer, Déclaration d’utilité publique.
  • Réaliser des travaux en fonction d’un niveau de protection fixé par la collectivité.

Enfin, la dernière partie du guide aborde les conséquences juridiques de l’application de ce décret, tant pour les gestionnaires que pour l’État ou les maires.

Source : CEPRI, 2017

L’attention des élus et des décideurs est ainsi attirée sur la nécessité de mener une réflexion approfondie en amont de la mise en oeuvre d’un dispositif d’endiguement. Tous les acteurs devront y prendre part, tant à l’échelle du bassin versant que du bassin de vie. Enfin, et ce point mérite d’être souligné, ce guide appelle les collectivités à envisager la prévention des inondations comme une compétence transverse, nécessitant également une prise en compte du risque dans l’aménagement, dans la communication auprès des citoyens ou encore dans la mise en oeuvre de politiques à l’égard des acteurs économiques locaux.

> Accéder au guide complet 

 

Share Button