Coût de la pollution de l’air : un rapport sénatorial l’évalue à 100 milliards d’euros

Le Mercredi 15 juillet, une commission d’enquête sur le coût économique et financier de la pollution de l’air, créée en février dernier a présenté à la presse un rapport intitulé « Pollution de l’air : le coût de l’inaction ». Cette nouvelle étude sénatoriale entérine des vérités connues de l’OMS, de l’Union Européenne, de The Lancet depuis plus de 15 ans (relire « Pollution atmosphérique : urgence d’agir« ).

Pollution_air

On savait que la pollution provoquait plus de 40 000 décès prématurés et que le coût sanitaire global (traitements des maladies, mortalité prématurée, absentéisme, etc.) représentait « entre 68 et 97 milliards d’euros », dont 3 milliards pour le seul impact sur la Sécurité sociale.

La commission sénatoriale réévalue le préjudice financier à 100 milliards (le double) en y imputant entre autres les pertes de productivité économique, la dégradation des bâtiments ainsi que l’impact sur les rendements agricoles.

Au terme de 50 heures d’auditions les membres de la commission ont émis 61 propositions adoptées à l’unanimité. La commission préconise de s’attaquer aux sources principales de la pollution de l’air, transports en tête. Ce secteur représente en effet 59% des émissions d’oxydes d’azote et entre 16 et 19% des émissions de particules fines. Le bénéfice sanitaire net de la lutte contre la pollution pourrait s’élever à plus de 11 milliards d’euros par an.

Dès la publication des celles ci, la ministre de l’écologie a annoncé qu’elle prendrait d’ici une quinzaine de jours, des mesures fermes qui n’en doutons pas, impacteront forcément la responsabilité et le champ d’investigation des maires.

Le rapport « Pollution de l’air : le coût de l’inaction » :

 

Share Button

Publié par

Patrice-Louis Laya

Avec plus de 35 ans d'expérience dont 10 ans dans le Groupe BASF, 20 ans dans la sphère IBM (Business Partner, Agent, Architecte solution sécurité), et la création en 2005 d'un Pôle dédié à l'infomédiation sur les problématiques du risque majeur et l'architecture des TIC appliquées aux risques majeurs, Patrice-Louis LAYA a été appelé par le HCFDC pour créer et animer ce blog sur la Résilience et la Sauvegarde des territoires au travers de sa structure dédiée au community management et à la communication digitale e-relation Territoriale. Depuis janvier 2012, Patrice LAYA est auditeur de la Session Nationale Résilience et Sécurité Sociétales. Il a par ailleurs, une formation initiale en agronomie, complétée par une maîtrise d'informatique appliquée à la gestion et un DESS en ingénierie de l'innovation. Dialoguer sur Twitter : @iTerritorial - sur Facebook : http://www.facebook.com/Plan.Communal.Sauvegarde Par mail : espace.territorial@online.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*