Il y a 20 ans, les inondations de l’Aude faisaient 25 morts et un disparu

Ce samedi 26 septembre 1992, il pleuviote sur la Haute-Vallée de l’Aude. Des précipitations anodines en ces premiers jours d’automne. Pourtant, en début d’après-midi, la préfecture de l’Aude annonce de fortes pluies en fin de journée. Les mairies de Rennes-les-Bains et de Couiza sont alertées, afin qu’elles préviennent la population.

Mais à ce moment, personne n’imagine le terrible événement qui va frapper les deux communes. Le drame, à l’époque, se noue à Vaison-la-Romaine, dans le Vaucluse, où la crue de l’Ouvèze a fait 37 morts quelques jours auparavant (voir notre article). La veille de ce 26 septembre, les obsèques des victimes ont fait la une des journaux.

A Rennes-les-Bains et Couiza, c’est à partir de 16 h 30 que la situation se dégrade. Des pluies d’une extrême violence, très soudaines. 120 mm d’eau en une heure et une crue exceptionnelle de la Salz, l’affluent de l’Aude qui traverse les deux bourgs. Le déluge dure deux heures, et laisse derrière lui un lourd bilan : trois morts à Rennes-les-Bains, un blessé grave à Couiza (lire encadré) et de part et d’autre, d’énormes dégâts matériels.

15 jours de plan Orsec, 700 pompiers mobilisés

crue1999_aude
Sur les trois ponts enjambant la Salz, deux sont détruits par la crue : le pont romain et la passerelle.
A Rennes-les-Bains, le pont romain et la passerelle enjambant la Salz sont emportés ; les thermes, la piscine, le terrain de tennis détruits ; l’intérieur de l’église et le cimetière dévastés. Par endroits, l’eau monte jusqu’à 8 mètres. A Couiza, la maison de quatre étages qui abrite la pharmacie s’écroule littéralement dans la rivière. Les deux communes sont coupées du monde, privées de routes, de téléphone, d’eau et d’électricité.

Face à cette situation, la préfecture déclenche le plan Orsec dans la soirée. Il restera en place pendant quinze jours, mettant en oeuvre des moyens de secours et d’assistance considérables : 700 pompiers, avec des renforts venus de l’Hérault, des Bouches-du-Rhône, du Var, de Gironde, de Charente-Maritime ; 2 200 repas et 5 000 litres d’eau distribués.

Un dispositif à la mesure de cette catastrophe, qui allait se répéter de façon plus dramatique encore dans le département, sept ans plus tard. En 1999, les inondations des basses plaines de l’Aude faisaient 25 morts et un disparu.

Source : http://www.lindependant.fr/
F. A. Photos Claude Boyer et archives Pierre Davy

Share Button

Publié par

Patrice-Louis Laya

Avec plus de 35 ans d'expérience dont 10 ans dans le Groupe BASF, 20 ans dans la sphère IBM (Business Partner, Agent, Architecte solution sécurité), et la création en 2005 d'un Pôle dédié à l'infomédiation sur les problématiques du risque majeur et l'architecture des TIC appliquées aux risques majeurs, Patrice-Louis LAYA a été appelé par le HCFDC pour créer et animer ce blog sur la Résilience et la Sauvegarde des territoires au travers de sa structure dédiée au community management et à la communication digitale e-relation Territoriale. Depuis janvier 2012, Patrice LAYA est auditeur de la Session Nationale Résilience et Sécurité Sociétales. Il a par ailleurs, une formation initiale en agronomie, complétée par une maîtrise d'informatique appliquée à la gestion et un DESS en ingénierie de l'innovation. Dialoguer sur Twitter : @iTerritorial - sur Facebook : http://www.facebook.com/Plan.Communal.Sauvegarde Par mail : espace.territorial@online.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*