La Faute-sur-Mer adopte un plan communal de sauvegarde

Un an après la tempête Xynthia, la commune de la Faute-sur-mer vient d’adopter un plan communal de sauvegarde qui devrait être opérationnel cet été après la réalisation des exercices de simulation avec les habitants.

Adopté mardi 22 février par le conseil municipal de la Faute-sur-Mer, ce plan devra être visé par les services de l’Etat avant d’être reconnu comme un dispositif de gestion de crise communal.

Au-delà des éléments fondamentaux propres à cet outil d’organisation, les principales mesures de ce PCS consistent à organiser l’alerte aux populations et à doter la commune de moyens matériels de secours.

L’organisation de l’alerte

L’alerte est organisée sous deux formes, collective et individuelle. L’alerte générale sera diffusée par trois sirènes nouvelles, montées sur des mâts, et réparties sur le territoire de la commune. Chacune a une portée de 1,5 km de rayon, et une autonomie de fonctionnement sur batteries de 3 jours. Le signal d’alerte sera de trois séquences de 1 mn 41 s, avec un son modulé, entrecoupées d’un silence de 5 secondes. La fin d’alerte sera communiquée par un signal continu de 30 secondes. L’alerte individuelle, par téléphone, courriel, SMS, sera effectuée à partir des données fournies par les résidants et collectées par la mairie dans un fichier déclaré à la Cnil, la commission nationale de l’informatique et des libertés, et dédié à cet usage.

Ce fichier identifiera en particulier les gens pour lesquels le risque de danger est accru (personnes âgées ou à mobilité réduite). Si l’évacuation est décidée, deux cars feront des rotations pour aller chercher ces personnes et les mettre en sécurité. Le point de refuge principal sera le pavillon des Dunes.

Les moyens matériels

En ce qui concerne les moyens matériels, on note deux tentes gonflables de 75 m² pour mettre à l’abri les gens évacués, un Zodiac semi-rigide de capacité de charge 600 kg avec moteur de 20 ch, deux groupes électrogènes de 5 kW et 2 kW, deux haut-parleurs sur véhicules, un téléphone satellitaire assurant la pérennité des communications en cas de défaillance des réseaux, 500 couvertures de survie, 100 gilets de sécurité rouges.

Par ailleurs, il est prévu d’imprimer à 10 000 exemplaires un petit document récapitulant toutes les consignes en cas d’alerte. Il sera distribué à tous les résidants, et dans tous les lieux d’hébergements (campings, hôtels, colonies et centres de vacances, locations).

Le montant estimé de ce plan communal de sauvegarde est de 157.000 euros, dont 100.000 euros pour les sirènes. Une subvention de 50 000 euros est déjà confirmée.

En attendant de pouvoir mesurer l’opérabilité (cohérence fonctionnelle) de ce dispositif réalisé par le Cabinet Urba conseil, vous pourrez découvrir la feuille de route du maire en date du 6 octobre 2010 qui présente les objectifs du Plan Communal de Sauvegarde de la Faute sur Mer ainsi que la méthodologie de travail.

http://www.lafautesurmer.com/index.php?module=Contenus&type=file&func=get&tid=4&fid=pub_upload&pid=141&download=1

Share Button

Publié par

Patrice-Louis Laya

Avec plus de 35 ans d'expérience dont 10 ans dans le Groupe BASF, 20 ans dans la sphère IBM (Business Partner, Agent, Architecte solution sécurité), et la création en 2005 d'un Pôle dédié à l'infomédiation sur les problématiques du risque majeur et l'architecture des TIC appliquées aux risques majeurs, Patrice-Louis LAYA a été appelé par le HCFDC pour créer et animer ce blog sur la Résilience et la Sauvegarde des territoires au travers de sa structure dédiée au community management et à la communication digitale e-relation Territoriale. Depuis janvier 2012, Patrice LAYA est auditeur de la Session Nationale Résilience et Sécurité Sociétales. Il a par ailleurs, une formation initiale en agronomie, complétée par une maîtrise d'informatique appliquée à la gestion et un DESS en ingénierie de l'innovation. Dialoguer sur Twitter : @iTerritorial - sur Facebook : http://www.facebook.com/Plan.Communal.Sauvegarde Par mail : espace.territorial@online.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*