Le risque de sécheresse s’éloigne momentanément !

Les précipitations importantes du mois de mai, quoique inégalement réparties sur le territoire, ont permis l’amélioration de la situation hydrologique.

Si, à l’échelle nationale, la période de recharge hivernale des nappes n’a pas été très efficace, les pluies de printemps ont eu, quant à elles, un effet très bénéfique sur l’évolution du niveau des nappes observée fin mai. Toutefois, des difficultés persistent sur certains secteurs, en particulier dans les Hautes-Pyrénées et en Alsace. La vigilance est donc toujours de mise et il convient de renouveler les préconisations générales de gestion économe de la ressource en eau.

Cumul des précipitations depuis le début de l’année hydrologique :

La pluviométrie depuis le mois de septembre 2011 est proche de la normale à l’échelle du pays. On distingue toutefois des zones déficitaires où ce cumul ne représente que 50 à 75% de la normale comme sur le nord du Bas-Rhin, du nord-ouest de la Vendée à la Loire-Atlantique jusqu’au sud du Morbihan et à l’ouest de l’Ille-et-Vilaine, ainsi que sur le centre de Midi-Pyrénées. A l’inverse, ce cumul est légèrement excédentaire sur la Provence et, très localement, sur le Roussillon et ponctuellement sur le relief de la Haute-Corse.

Concernant l’eau disponible pour l’écoulement et la recharge des nappes depuis le 1er septembre 2011, seuls le Roussillon, le Var, les Alpes-de-Haute-Provence et très localement le relief est de la Haute-Corse présentent un excédent de 25 à 50 %. Partout ailleurs, la France subit un déficit, et le cumul de précipitation efficace ne représente par endroit que 25% de la normale comme sur le Bas-Rhin, la Seine-et-Marne, en Haute-Garonne, et de la Loire-Atlantique à l’Ille-et-Vilaine et à la Mayenne.

Etat des nappes

Le niveau des nappes fin mai 2012 est en hausse pour 32% d’entre elles, en baisse relative pour 30% et stable pour les 38% restant. L’amélioration de la situation est nette. De nombreux secteurs affichent des niveaux normaux, voire excédentaires, sur de nombreux secteurs de la vallée du Rhône et dans les régions Languedoc-Roussillon, Poitou-Charentes, Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Centre.
Quelques situations déficitaires marquent encore le territoire, dans le Bassin Parisien, dans certains secteurs du Bassin Aquitain ou en Alsace.

Share Button

Publié par

Patrice-Louis Laya

Avec plus de 35 ans d'expérience dont 10 ans dans le Groupe BASF, 20 ans dans la sphère IBM (Business Partner, Agent, Architecte solution sécurité), et la création en 2005 d'un Pôle dédié à l'infomédiation sur les problématiques du risque majeur et l'architecture des TIC appliquées aux risques majeurs, Patrice-Louis LAYA a été appelé par le HCFDC pour créer et animer ce blog sur la Résilience et la Sauvegarde des territoires au travers de sa structure dédiée au community management et à la communication digitale e-relation Territoriale. Depuis janvier 2012, Patrice LAYA est auditeur de la Session Nationale Résilience et Sécurité Sociétales. Il a par ailleurs, une formation initiale en agronomie, complétée par une maîtrise d'informatique appliquée à la gestion et un DESS en ingénierie de l'innovation. Dialoguer sur Twitter : @iTerritorial - sur Facebook : http://www.facebook.com/Plan.Communal.Sauvegarde Par mail : espace.territorial@online.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*