Les orages de grêle de début juin vont coûter plus de 800 millions d’euros aux assureurs

Les orages de grêle qui se sont abattus sur la France et en particulier en région parisienne entre les 7 et 10 juin ont provoqué de très importants dommages qui vont coûter entre 800 et 900 millions d’euros aux assureurs,.

Selon le président de la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA), les sinistres déclarés par les assurés concernent 160.000 logements, 190.000 véhicules et 13.000 professionnels, notamment des exploitants agricoles.

Le président de la FFSA a insisté sur le coût élevé de ce type de phénomène météorologique pour la deuxième année consécutive, alors que les chutes de grêle étaient auparavant d’ampleur plus modérée. En effetentre juin et août 2013, les dommages causés par les averses de grêle représentaient un coût un peu supérieur à 800 millions d’euros, alors que ce type de phénomène coûtait jusqu’alors entre 100 et 200 millions d’euros par an en moyenne.

Plus de quart des dommages imputables aux assureurs mutualistes

Le premier bilan communiqué par le Groupement des entreprises mutuelles d’assurance (Gema) est qualifié de « lourd » par l’organisation professionnelle. Au 13 juin, les membres du Gema, principaux assureurs automobile et habitation en France, avaient déjà reçu plus de 155 118 déclarations de sinistres pour un coût estimatif global de 253 745 359 euros. Les dossiers concernent à 58% l’automobile et 41% l’habitation.

cout-grele-gema-2014

Covéa, le groupe qui réunit la GMF, MMA et la MAAF, avait déjà indiqué que cet évènement allait lui coûter environ 180 millions d’euros. De son côté, la Macif, a enregistré plus de 61.000 déclarations de sinistres au 17 juin, pour une première évaluation forfaitaire de sinistres (hors expertises) de plus de 80 millions d’euros. Chez Groupama, la charge représentée par cet évènement s’élève à quelque 60 millions d’euros.

Cette année, les assureurs avaient déjà dû déplorer un premier évènement coûteux – les inondations en PACA en janvier – dont le coût avait été estimé autour de 200 millions d’euros par la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA).

 

Share Button

Publié par

Patrice-Louis Laya

Avec plus de 35 ans d'expérience dont 10 ans dans le Groupe BASF, 20 ans dans la sphère IBM (Business Partner, Agent, Architecte solution sécurité), et la création en 2005 d'un Pôle dédié à l'infomédiation sur les problématiques du risque majeur et l'architecture des TIC appliquées aux risques majeurs, Patrice-Louis LAYA a été appelé par le HCFDC pour créer et animer ce blog sur la Résilience et la Sauvegarde des territoires au travers de sa structure dédiée au community management et à la communication digitale e-relation Territoriale. Depuis janvier 2012, Patrice LAYA est auditeur de la Session Nationale Résilience et Sécurité Sociétales. Il a par ailleurs, une formation initiale en agronomie, complétée par une maîtrise d'informatique appliquée à la gestion et un DESS en ingénierie de l'innovation. Dialoguer sur Twitter : @iTerritorial - sur Facebook : http://www.facebook.com/Plan.Communal.Sauvegarde Par mail : espace.territorial@online.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*