L’ONF s’engage dans la réalisation des PCS pour les communes

En 2008, la Communauté de communes des stations du Mercantour s’est engagée dans une démarche de prévention des risques et elle souhaitaient réaliser un plan communal de sauvegarde (PCS)pour les communes d’Isola, Saint-Etienne-de-Tinée et de Saint-Dalmas-le-Selvage.

Dans le cadre de cette opération, le service RTM des Alpes-Maritimes a ainsi diagnostiqué tous les risques naturels concernant ces trois communes et a précisé leur degré d’intensité. Ce diagnostic a permis d’identifier les écoles, maisons de retraites et autres lieux sensibles exposés et nécessitant une évacuation d’urgence.

Fort de ce préalable indispensable à la définition de l’organisation pour assurer l’alerte, l’information, la protection et le soutien des populations au regard des risques identifiés, le service RTM des Alpes-Maritimes a donc réalisé les plans communaux de sauvegarde des trois communes.

Ce retour d’expérience en matière d’assistance technique à l’anticipation, à la planification et à la préparation d’une crise atteste d’un « nouvel acteur public » de la réalisation des PCS pour les communes.

Autres services proposés par l’ONF : carte des aléas, Plan de Prévention des Risques, Plan de Défense des Forêts Contre les Incendies… permettant la préparation des documents d’urbanismes (Plan Local d’Urbanisme, Schéma de Cohérence Territorial…).

Share Button

Exercice de simulation de crues dans l’Aude

A l’aune des événements récents qui se sont déroulés dans le Var, la Préfecture de l’Aude a organisé, ce jeudi 30 septembre, dans le cadre de sa planification annuelle d’exercices de sécurité civile, une simulation de crues affectant les deux tronçons du fleuve Aude (Haute-Vallée et vallée centrale).

Le service interministériel de défense et de protection civile (SIDPC) de la préfecture, le service prévision des crues (SPC) de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer, les mairies de Carcassonne, Limoux et Trèbes participaient à cet exercice d’état-major.

Cet exercice avait plusieurs objectifs :
– tester les liaisons, les relations et les échanges d’informations entre les principaux services impliqués (SPC – SIDPC- Mairies) dans la chaîne de vigilance et d’alerte.
– tester l’envoi et la réception du message d’alerte aux maires concernés via l’automate d’appels Medialert de la préfecture.
– mettre en oeuvre certaines dispositions des Plans Communaux de Sauvegarde afin de s’assurer de leur pertinence face à une crue de grande ampleur.
– activer les réserves communales de sécurité civile.
– améliorer si nécessaire les procédures en mettant à profit les conclusions du retour d’expérience.

Un COD restreint a été activé en préfecture. Les mairies ont activé un PC de crise et appliqué les mesures inscrites dans leur plan communal de sauvegarde qui prévoient dans certaines situations l’évacuation de la population.

Dans l’après-midi, un retour d’expérience « à chaud » a mis en exergue la forte implication des communes et l’utilité pour ces dernières d’avoir et de mettre à jour un Plan Communal de Sauvegarde.

Une réunion de retour d’expérience se tiendra dans les jours à venir avec tous les participants pour faire le point sur les procédures susceptibles d’être améliorées.

Share Button

LOT 46 : la délégation militaire départementale (DMD) aide les Maires

Le 22 septembre dernier (2010) autour du lieutenant-colonel Martel, commandant la délégation militaire départementale du Lot (DMD 46)les élus des communes d’Arcambal, Cajarc, Castelfranc, Escamps, Laroque Des Arcs, Montgesty, Tour De Faure et Vers, se sont réunis dans la mairie de Montgesty pour une troisième réunion relative à la préparation des Plans Communaux de Sauvegarde (PCS).

Le colonel du groupement de gendarmerie du Lot, les commandants des délégations militaires de six départements de la Zone de Défense Sud-ouest, un représentant la DDT46 et une délégué de l’Institut des Hautes Études de la Défense Nationale (IHEDN) participaient également à cette réunion de travail.

Cette réunion avait pour objectif d’échanger sur l’avancement dans l’élaboration des PCS et de répondre aux interrogations qui pouvaient subsister dans cette dernière phase de préparation.

Le retour d’expérience du maire de Gigouzac dont la commune a vécu en juin dernier une catastrophe, a apporté à ses collègues des réponses très concrètes.

Au terme de cette séance, plusieurs municipalités se sont déclarées prêtes pour faire un exercice (déclenché sous l’autorité du préfet) afin de tester leurs PCS. Réalisés selon des conditions proches du réel, ces exercices impliqueront des volontaires actifs de chaque commune et s’effectueront en partenariat avec les militaires.

Share Button

Projet de labellisation des prestataires qui réaliseront des PCS

Le projet de plan de prévention des submersions marines et des crues rapides dont l’architecture et les grandes lignes ont été validées en conseil des ministres de juillet dernier étudie la possibilité de labelliser les prestataires privés qui réaliseront les PCS.

Face au déficit de PCS, Nicolas Sarkozy avait annoncé dès mars dernier qu’il veillerait à ce que les PCS soit réalisés dans les communes à risques. Favoriser l’élaboration de plans communaux de sauvegarde apparaissait donc comme une évidence. Le projet note toutefois que les services de l’État ne se substitueront pas aux communes pour élaborer ces plans mais ils s’efforceront d’apporter un appui méthodologique, et de favoriser des mutualisations, par exemple, par l’élaboration de PCS intercommunaux avec l’appui de structures importantes comme des EPTB ou des services de Conseils Généraux. Le niveau des aides financières de l’État aux travaux de prévention ou de protection (dont le renforcement des digues) pourrait être conditionné à une réalisation effective des plans communaux de sauvegarde et à l’organisation d’exercices grandeur nature d’évacuation.

Par ailleurs, le projet précise que pour dynamiser la réalisation des PCS, il faut rechercher les mesures d’accompagnement les plus adaptées et les plus opérationnelles. Une condition nécessaire est de mener des actions pour faire prendre conscience du danger par les collectivités: les études de vulnérabilité sont essentielles. Les exercices de terrains et les simulations de gestion de crise – qui permettent au plus grand nombre de s’approprier les procédures – doivent être encouragés. Le regroupement de structures communales permet, pour l’élaboration de ce type de plan, d’importantes économies d’échelle.

Dans cette optique, on peut imaginer des dispositifs de formation relayés, avec, par exemple, l’accompagnement de la diffusion des guides existants pour l’élaboration des PCS élaborés par la DSC du MIOMCT, la mise à disposition de cahiers des charges type pour favoriser des plans de qualité. De plus, il sera étudié une possibilité de labelliser les prestataires privés qui réaliseront les PCS.

Share Button