Pérennité de la diffusion de l’alerte

Cette bonne pratique nous vient (ce n’est pas coutume) d’une question posée au général Vernoux par un DGS.

« Dans Conduire les opérations communales de sauvegarde (Territorial Editions) vous prescrivez à la page 157 d’être attentif à la maintenance du dispositif communal d’alerte. Ma commune dispose de panneaux lumineux, d’un véhicule avec haut-parleur et s’est abonnée à un automate d’appel. Comment vérifier ce dernier dispositif sans déclencher une panique ? »

Tout d’abord, bravo pour la redondance de votre diffusion de l’alerte. Comme explicité dans le guide cité, l’automate d’appel permet de prévenir tous vos administrés inscrits, même ceux non présents dans la commune, qui pourront ainsi prendre des dispositions à distance. Bravo aussi pour votre volonté de vérifier la pérennité de vos dispositifs.

Pour l’automate d’appel, il faut naturellement diffuser un message de type « Exercice, exercice, exercice » puis un texte rassurant. Éviter la routine du premier mercredi du mois ! Vous pouvez alterner les destinataires : les membres du PCC et leurs suppléants, les volontaires de la réserve communale, les citoyens ressources… Vous pouvez aussi (pour flirter avec l’excellence) effectuer une «  diffusion générale » à l’approche de la saison à risque. Profitez alors de cet essai pour diffuser des consignes de prévention. C’est une façon originale de faire de l’information préventive, qui reste malheureusement trop souvent le parent pauvre de la sauvegarde.

Ces essais ne coûtent pas cher, surtout s’ils sont ciblés (membres du PCC ou de la RCSC…). Ils vous permettent de vous assurer du bon fonctionnement technique de votre dispositif, de vous entrainer à diffuser un message (ce n’est pas le jour J, en proie au stress, qu’il faut chercher le mode d’emploi et les codes d’accès !) et surtout de rappeler aux artisans de votre sauvegarde communale (élus, agents, volontaires, citoyens ressources ou simples administrés) qu’ils doivent être prêts.

Si vous le pouvez, liez cet assai à un entrainement ou à un exercice. Faites-en alors un évènement qui maintient la culture du risque au sein de la population. Réalisez un Retex puis un communiqué dans la presse municipale et locale.

Par François Vernoux.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*