Dengue : un vaccin en phase de démontrer une éfficacité réelle et sérieuse

Alors que le moustique tigre, Aedes albopictus, vecteur de la dengue et du chikungunya qui a colonisé depuis son installation en France métropolitaine en 2004, 18 départements couvrant les régions PACA, Languedoc-Roussillon, Corse, Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées et Aquitaine, un vaccin contre la dengue serait en phase de démontrer une efficacité réelle et sérieuse.

Moustique-tigre_carte

Etapes developpement vaccinSanofi Pasteur, division « vaccins » du groupe Sanofi, a annoncé, le 28 avril, des résultats positifs pour sa première étude mondiale d’efficacité de son vaccin contre la dengue, une infection virale endémique dans les pays tropicaux, transmise par piqures d’un moustique diurne. Selon le laboratoire, les premières données disponibles de la phase III *(essai d’efficacité en situation réelle à grande échelle) montrent une réduction significative de 56 % des cas de dengue dans une étude comprenant plus de 10 000 volontaires en Asie.

Fruit de plus de 20 ans de recherches, ce vaccin contre la dengue est le premier au monde à franchir avec succès le cap d’une étude d’efficacité de phase III. Ces résultats très encourageants laissent présager de faire de la dengue la prochaine maladie évitable grâce à la vaccination. L’ambition de l’Organisation mondiale de la Santé est de réduire de 50 % la mortalité de la dengue et de 25 % sa morbidité d’ici 2020. La dengue touche aujourd’hui plus de 100 millions de personnes dans le monde et est endémique dans plus de cent pays alors qu’elle n’était présente que dans neuf dans les années 70.

Environ 40 000 volontaires participent au programme d’études cliniques de Sanofi-Pasteur pour ce vaccin contre la dengue (phases I, II et III). Les deux études de phase III concernent plus de 31 000 volontaires en Asie (Indonésie, Malaisie, Philippines, Thaïlande et Vietnam) et en Amérique latine (Brésil, Colombie, Honduras, Mexique et Porto Rico).

Le communiqué de Sanofi

Faut-il avoir peur du moustique tigre ?

AVIS D’EXPERTS – Selon Christophe Paupy et Didier Fontenille, entomologistes médicaux à l’IRD (Institut de recherche pour le développement) , le moustique tigre constitue un risque sanitaire nouveau, mais aussi économique, qu’il faut appréhender et gérer « au moins mal »…à lire

Une brochure de prévention
Afin de faire de la prévention, une brochure fait le point sur la manière dont pourrait survenir une épidémie de chikungunya ou de dengue en France métropolitaine (source: ministère de la santé)

Un site internet pour recenser les moustiques
Depuis le 1er mai dernier, un site internet intitulé vigilance-moustiques.com est en ligne pour faire le point sur la progression du moustique tigre dans l’hexagone. Il est financé par un laboratoire pharmaceutique et une marque de produits anti-moustique: http://vigilance-moustiques.com/

Share Button

Moustique : nouveaux outils d’information pour suivre cette bête féroce

Gustave Flaubert écrivait « le moustique : plus dangereux que n’importe quelle bête féroce ». Et cette année, avec les fortes précipitations, de l’eau qui stagne et des températures tropicales, les bestioles pullulent un peu partout, même dans des régions habituellement épargnées.

20 départements mis en vigilance

Ainsi, l’Aube, particulièrement arrosé ces derniers jours, est en alerte rouge. En outre-mer, la Guyane, la Guadeloupe et la Réunion sont également en vigilance rouge. 19 autres départements sont en vigilance orange et correspondent à « des foyers de piqûres liés là aussi aux inondations des dernières semaines.
carte-vigilance-moustique

Sur les 3 500 espèces recensées sur la planète, une dizaine comme ædes, anopheles, culex et mansonia se révèle particulièrement agressive vis-à-vis de l’homme. Constituant le plus important vecteur de maladies infectieuses, les moustiques font en effet bien plus de dégâts qu’une horde de fauves : paludisme, dengue, chikungunya, fièvre jaune, encéphalite japonaise, virus du Nil occidentale… Au total, plusieurs millions d’infections et des centaines de milliers de décès estimés chaque année.

L’Aedes albopictus ou (moustique tigre) porteur de la dengue ou du chikungunya, est arrivé dans le midi de la France en 2004 via l’Italie. Actuellement, six départements métropolitains sont principalement affectés par l’implantation du moustique tigre : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Corse-du-Sud, Haute-Corse et Var. Dernièrement, ædes albopictus a même gagné les environs de Paris.

carte_moustiques
Aussi, le ministère de la Santé coordonne depuis 2006 un dispositif de lutte contre le risque de dissémination de la dengue et du chikungunya en France métropolitaine. L’EID Méditerranée qui est l’opérateur public de cette lutte, publie d’ailleurs un bulletin hebdomadaire des moustiques, outil tout aussi essentiel l’été que la météo des plages.

Accéder au bulletin : http://www.eid-med.org/fr/accueil/BO/Bulletin_operationnel.htm

D’autre part, depuis le 1er mai, une initiative privée propose le site d’information et de prévention sur les moustiques www.vigilance-moustiques.com.

Ce nouveau dispositif de veille et d’information contre les moustiques a pour objectifs :
• Informer et mobiliser les professionnels de santé et le grand public sur la problématique des moustiques,
• Favoriser une meilleure prévention et protection,
• Participer au nécessaire effort de vigilance et ainsi, agir contre les risques d’invasion et d’épidémie.

Les principales nouveautés apportées par vigilance-moustiques…

1. La carte des moustiques en France, actualisée quotidiennement grâce à plus de 2000 pharmacies sentinelles implantées dans toute la France, au concours de professionnels volontaires (entomologistes, médecins…) et du grand public (après modération).
2. La météo des moustiques, établie à partir d’un suivi quotidien des données observées et communiquées par différents sites d’observation météorologique. Vigilance-Moustiques communiquera sur les conditions météo qui favorisent la prolifération des moustiques et déclenchent, département par département, « la saison des moustiques ».
3. Un focus sur le moustique Tigre (placé en France sous haute surveillance) avec une vidéo expliquant l’accélération spectaculaire de la colonisation de la France par le moustique Tigre.

4. Les cartes des moustiques dangereux en France actualisées en mars 2013 à partir des données 2012 communiquées par les organismes officiels.
• Moustique Tigre (Aedes albopictus) pour la dengue et le chikungunya,
• Moustiques Culex pour le West Nile Virus,
• Moustiques Anopheles pour le paludisme.

Share Button

Dispositif de lutte contre la prolifération du chikungunya ou de la dengue dans le sud de la France

Dispositif de lutte contre la prolifération du moustique susceptible de transmettre les virus du chikungunya ou de la dengue dans le sud de la France

Ce dispositif permet de «prévenir la prolifération du moustique par des mesures de surveillance». Il a aussi pour «but une sensibilisation des personnes résidant dans les zones où se trouve le moustique: destruction des endroits potentiels de reproduction des moustiques comme les eaux stagnantes (pneus usagés, gouttières obstruées, coupelles de pots de fleurs…)». Il incite également à des mesures de protection personnelle: porter des vêtements longs et amples, se protéger grâce à des produits répulsifs, dormir sous des moustiquaires, etc.

Un arrêté du 20 octobre 2011 a fixé la nouvelle liste des départements où les moustiques constituent une menace de santé publique. Après le Var, les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône, les Alpes-de-Haute-Provence, le Gard, le département de l’Hérault vennait d’être visé par cet arrêté du 20/10/2011, comme département où les moustiques constituent une menace pour la santé de l’homme.

L’implantation croissante du moustique Aedes albopictus également appelé « moustique tigre », vecteur du virus du chikungunya et de la dengue, dans ces départements du sud de la France, nécessite donc d’en réduire la prolifération et d’anticiper les conséquences sur la santé humaine. Toutefois, Le moustique n’est pas, en lui-même, porteur du virus de la dengue ou du chikungunya. Il ne peut le transmettre que s’il a piqué, au préalable, une personne déjà infectée.

http://www.sante.gouv.fr/dispositif-de-lutte-contre-la-dissemination-du-moustique-aedes-albopictus-dans-le-sud-de-la-france,8623.html

Share Button