Plages Audoises : des sirènes d’alerte en cas de submersion marine

sauvegarde submersion _sirenesTrois sirènes d’alarme ont été installées à La Franqui, Leucate Plage et Port Leucate amenées à avertir en cas de submersion marine. Il n’est pas si lointain le temps où la sirène des pompiers retentissait pour informer la population : deux coups pour un accident et trois coups pour un incendie. Le retentissement strident et intempestif de la sirène faisait partie de la vie quotidiene
La sirène va reprendre prochainement du service et même se démultiplier : ce sont en effet pas moins de trois sirènes qui ont été mises en place dans la commune, mais pas au village, à l’initiative de l’État pour prévenir la population en cas de submersion marine.

Les différentes stations balnéaires de Leucate sont donc concernées en priorité. Installées à La Franqui, Leucate-Plage et Port-Leucate, ces sirènes se déclencheront en cas de danger de ce type.

Des essais périodiques seront également effectués afin d’habituer la population à cette alerte. La ville informe d’ores et déjà la population qu’un essai est ainsi programmé sur les trois sirènes de la commune, mardi 10 février prochain, selon le planning suivant : 13 h 30 : Port-Leucate ; 14 h 30 : Leucate-Plage ; 15 h 30 : La Franqui.

Mémoire du risque

Souvenez vous le 6 mars 2013, dans l’Aude, la pluie et le vent font monter le niveau de la mer, au large, des creux de 6 mètres sont observés. A Leucate, une digue cède en 2 endroits laissant la mer s’engouffrer dans les rues de la ville. Un camping est évacué nécessitant la mise en sécurité d’une cinquantaine de personnes dans un gymnase. Du côté du port, l’eau est montée jusqu’à 20 centimètres du quai, provoquant la rupture des amarres de certains bateaux.

sauvegarde leucate_submersion

Share Button

Inondations dans l’Aude : une expo pour développer une conscience et une culture du risque

Créée par la fédération des syndicats de bassin de l’Aude, le SMMAR, une exposition itinérante vise à sensibiliser la population au risque d’inondations.

resilience expo_photos_aude

En effet, dans le département de l’Aude, 223 communes sont exposées au risque d’inondation. La politique de prévention menée par le conseil général depuis 2002 au travers du SMMAR (Syndicat Mixte des milieux aquatiques et des rivières)  définit une importante mission d’information à mener auprès des populations qui vivent dans les zones à risques. Informer les habitants des communes, notamment les plus jeunes, nécessite de développer une conscience et une culture du risque inondation. L’exposition «Mémoire du risque inondation» est un outil d’information et de sensibilisation, accessible à tous les habitants, enfants et adultes du département de l’Aude.

aude__carte-risque-inondation
Vingt et un panneaux documentés et clairs pour un parcours très pédagogique.

Elle est construite autour de trois thèmes : un rappel de l’historique des crues qui ont touché les villes audoises, des plus anciennes, recensées en 1174, aux plus récentes en 2006 ; une explication pédagogique du fonctionnement des rivières et du mécanisme des crues ; une présentation de la politique de prévention et d’alerte, des travaux engagés et prévus et des différents acteurs mobilisés dans les actions de prévention.

Destiné à l’ensemble des habitants de notre département, le dépliant «Que faire en cas d’inondation ?» présente les mesures efficaces à mettre en œuvre pour mieux se protéger des inondations, un petit guide pratique pour avoir les bons réflexes au bon moment. Il donne les consignes très concrètes de sécurité et la marche à suivre en cas d’inondation, depuis l’alerte jusqu’après l’inondation.

La lutte contre les inondations dans l’Aude

Lors du dernier week-end de novembre 2014, les audois ont fait face à des pluies d’une très forte intensité. Plus de 700 personnes ont dû être évacuées, soit de manière préventive soit pour échapper aux inondations. Fort heureusement seuls des dégâts matériels sont à déplorer. Lors des inondations de 1999, 25 personnes avaient péri.

Les enseignements de 1999 ont donc porté leurs fruits et les actions de prévention et sauvegarde réalisées dans le département de l’Aude ont permis de limiter les dégâts.

Ainsi, depuis 1999, 40km de digues et barrages ont été construits, reconstruits ou confortés. De plus, le nettoyage systématique de 2000km de rives a fait presque disparaître les embâcles (amoncellements de branches ou de troncs d’arbres). Enfin, plus de 200 plans communaux de sauvegarde ont été élaborés par les municipalités qui par ailleurs ont développé des actions d’information et de sensibilisation des populations à la gestion des crises.

Share Button

Il y a 20 ans, les inondations de l’Aude faisaient 25 morts et un disparu

Ce samedi 26 septembre 1992, il pleuviote sur la Haute-Vallée de l’Aude. Des précipitations anodines en ces premiers jours d’automne. Pourtant, en début d’après-midi, la préfecture de l’Aude annonce de fortes pluies en fin de journée. Les mairies de Rennes-les-Bains et de Couiza sont alertées, afin qu’elles préviennent la population.

Mais à ce moment, personne n’imagine le terrible événement qui va frapper les deux communes. Le drame, à l’époque, se noue à Vaison-la-Romaine, dans le Vaucluse, où la crue de l’Ouvèze a fait 37 morts quelques jours auparavant (voir notre article). La veille de ce 26 septembre, les obsèques des victimes ont fait la une des journaux.

A Rennes-les-Bains et Couiza, c’est à partir de 16 h 30 que la situation se dégrade. Des pluies d’une extrême violence, très soudaines. 120 mm d’eau en une heure et une crue exceptionnelle de la Salz, l’affluent de l’Aude qui traverse les deux bourgs. Le déluge dure deux heures, et laisse derrière lui un lourd bilan : trois morts à Rennes-les-Bains, un blessé grave à Couiza (lire encadré) et de part et d’autre, d’énormes dégâts matériels.

15 jours de plan Orsec, 700 pompiers mobilisés

crue1999_aude
Sur les trois ponts enjambant la Salz, deux sont détruits par la crue : le pont romain et la passerelle.
A Rennes-les-Bains, le pont romain et la passerelle enjambant la Salz sont emportés ; les thermes, la piscine, le terrain de tennis détruits ; l’intérieur de l’église et le cimetière dévastés. Par endroits, l’eau monte jusqu’à 8 mètres. A Couiza, la maison de quatre étages qui abrite la pharmacie s’écroule littéralement dans la rivière. Les deux communes sont coupées du monde, privées de routes, de téléphone, d’eau et d’électricité.

Face à cette situation, la préfecture déclenche le plan Orsec dans la soirée. Il restera en place pendant quinze jours, mettant en oeuvre des moyens de secours et d’assistance considérables : 700 pompiers, avec des renforts venus de l’Hérault, des Bouches-du-Rhône, du Var, de Gironde, de Charente-Maritime ; 2 200 repas et 5 000 litres d’eau distribués.

Un dispositif à la mesure de cette catastrophe, qui allait se répéter de façon plus dramatique encore dans le département, sept ans plus tard. En 1999, les inondations des basses plaines de l’Aude faisaient 25 morts et un disparu.

Source : http://www.lindependant.fr/
F. A. Photos Claude Boyer et archives Pierre Davy

Share Button

30/09/2010 – Exercice de simulation de crues dans l’Aude

A l’aune des événements récents qui se sont déroulés dans le Var, la Préfecture de l’Aude a organisé, ce jeudi 30 septembre, dans le cadre de sa planification annuelle d’exercices de sécurité civile, une simulation de crues affectant les deux tronçons du fleuve Aude (Haute-Vallée et vallée centrale).

Le service interministériel de défense et de protection civile (SIDPC) de la préfecture, le service prévision des crues (SPC) de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer, les mairies de Carcassonne, Limoux et Trèbes participaient à cet exercice d’état-major.

Cet exercice avait plusieurs objectifs :
– tester les liaisons, les relations et les échanges d’informations entre les principaux services impliqués (SPC – SIDPC- Mairies) dans la chaîne de vigilance et d’alerte.
– tester l’envoi et la réception du message d’alerte aux maires concernés via l’automate d’appels Medialert de la préfecture.
– mettre en oeuvre certaines dispositions des Plans Communaux de Sauvegarde afin de s’assurer de leur pertinence face à une crue de grande ampleur.
– activer les réserves communales de sécurité civile.
– améliorer si nécessaire les procédures en mettant à profit les conclusions du retour d’expérience.

Un COD restreint a été activé en préfecture. Les mairies ont activé un PC de crise et appliqué les mesures inscrites dans leur plan communal de sauvegarde qui prévoient dans certaines situations l’évacuation de la population.

Dans l’après-midi, un retour d’expérience « à chaud » a mis en exergue la forte implication des communes et l’utilité pour ces dernières d’avoir et de mettre à jour un Plan Communal de Sauvegarde.

Une réunion de retour d’expérience se tiendra dans les jours à venir avec tous les participants pour faire le point sur les procédures susceptibles d’être améliorées.

Share Button