Bonne pratique du mois : Se former et s’engager, l’exemple du BAFA Solidaire à Antibes

Depuis 2014, l’antenne de la Croix Rouge d’Antibes met en place une initiative qui mérite d’être saluée. Cette dernière associe la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis, la Mission locale Antipolis et les villes d’Antibes, Vallauris, Valbonne, Villeneuve-Loubet et La-Colle-sur-Loup.

L’objectif est de permettre à des jeunes de cumuler trois expériences. D’une part, ils adhèrent à la Croix Rouge, et participent à un chantier solidaire de 35h, ainsi qu’à 35h d’actions sociales (maraudes de nuit, aide alimentaire, visites auprès de personnes âgées en EHPAD…). Puis, les jeunes suivent le parcours de formation au Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur (BAFA), pris en charge par la Croix Rouge. Enfin, un emploi saisonnier leur est proposé durant les vacances d’été, leur ouvrant les portes du monde professionnel.

L’un des atouts de ce projet est de susciter un réel engagement de la part des jeunes. Nombre d’entre eux poursuivent en effet leur expérience de bénévolat avec la Croix Rouge, ou ailleurs. Une cérémonie officielle de remise des attestations, rassemblant des élus, ainsi que des représentants de l’État et de la société civile, marque le point d’orgue de cette aventure. En 2015, 67% des jeunes participants ont ensuite trouvé un emploi dans l’animation auprès des municipalités impliquées dans le dispositif.

Enfin, dans le cadre de la formation, la Croix Rouge permet à ces jeunes de se former aux gestes de premier secours et de passer le niveau 1 du brevet de Prévention et Secours Civique (PSC1).

Source : Croix-Rouge d'Antibes
Source : Croix-Rouge d’Antibes

Un grand bravo à l’équipe de la Croix Rouge d’Antibes pour cette initiative. Espérons qu’une telle réussite inspire d’autres territoires, au delà des remparts d’Antibes !

Pour plus d’informations, consultez la page Facebook de la Croix Rouge d’Antibes – Vallauris.

Share Button

La bonne pratique du mois d’octobre : Le guide des élus de la ville d’Amiens

Pour la réouverture du blog, le PAVILLON ORANGE reprend ce rendez mensuel : Les « BONNES PRATIQUES », toujours pas chères mais qui peuvent se révéler fort utiles.

LE GUIDE de L’ ĒLU

Quel que soit le dispositif d’astreinte retenu par le maire pour assurer ses responsabilités dans le domaine de la sauvegarde des populations, telles que fixées par la loi de 2004, dite de modernisation de la Sécurité Civile, chaque élu (encore plus que chaque citoyen) est non seulement premier acteur de sa sauvegarde mais aussi artisan de la sauvegarde collective.

S’il assure l’astreinte, l’élu se doit de connaitre le PCS, les potentiels de la municipalité, les services régaliens qui assureront les secours sous l’autorité du DOS, le dispositif ORSEC… Certes, il n’aura qu’à agir sur le dispositif de sauvegarde, mais cela ne peut se faire sans coordination avec les secours.

Ce guide de l’élu est un petit document qui non seulement lui permet de bien appréhender sa fonction et ses responsabilités, mais lui servira aussi de check liste s’il est amené à déclencher le PCS. Ce guide attirera son attention sur des points sensibles et sur des bévues à éviter. Vous comprenez qu’il ne s’agit pas d’un résumé du PCS, mais d’un guide opérationnel à disposition de chaque élu d’astreinte. Qui sait, un jour, même l’élu le plus entrainé, exercé, expérimenté sera peut être gagné par le stress, ce petit guide lui servira de bouée de secours.

Cette bonne pratique, réalisée  par la Ville d’Amiens est utile à l’ensemble des élus. En effet, si la loi de 2004 a placé le citoyen au cœur du dispositif, l’élu se doit d’être un citoyen exemplaire et averti. Pour cela, il pourrait se contenter de connaitre le DICRIM et d’être prêt comme simple citoyen conformément aux prescriptions municipales. Mais le jour du marché ou en d’autres circonstances, il peut être approché par un citoyen qui veut un renseignement sur ses obligations de sauvegarde ou sur les bons réflexes qu’il devra avoir en cas d’inondation, d’explosion, de feux, de pollution, de neige, de chute d’avion…Quel effet aurait sur ce citoyen, une réponse du genre : « Alors cela, c’est du domaine du Premier Adjoint ! ». La sauvegarde est l’affaire de tous…Ne l’oublions pas.

Guide pratique Elus Amiens

 

Share Button

La bonne pratique « Pavillon Orange » du mois de juillet : le guide pratique de l’Elu

Ce mois-ci, le PAVILLON ORANGE vous propose comme « BONNE PRATIQUE du PAVILLON ORANGE », le GUIDE de L’ ĒLU. Un outil pas cher mais qui peut se révéler fort utile…AMIENS l’a expérimenté.

Amiens_Bonne_pratiqueQuel que soit le dispositif d’astreinte retenu par le MAIRE pour assurer ses responsabilités dans le domaine de la SAUVEGARDE des POPULATIONS, telles que fixées par la loi de 2004, dites de modernisation de la Sécurité Civile, chaque élu, encore plus que chaque citoyen, est non seulement premier acteur de sa sauvegarde et artisan de la sauvegarde collective.

S’il assure l’astreinte, l’élu se doit de connaître le PCS, les potentiels de la municipalité, les services régaliens qui assureront les secours sous l’autorité du DOS, le dispositif ORSEC… Certes, il n’aura qu’à agir sur le dispositif de sauvegarde, mais cela ne peut se faire sans coordination avec les SECOURS.

Ce guide de l’élu est un petit document qui non seulement lui permet de bien appréhender sa fonction et ses responsabilités, mais lui servira aussi de check liste s’il est amené à déclencher le PCS. Ce guide attirera son attention sur des points sensibles et sur des dangers à éviter. Vous comprenez qu’il ne s’agit pas d’un résumé du PCS, mais d’un guide opérationnel à disposition de chaque élu d’astreinte. Qui sait, un jour, même l’élu le plus entrainé, exercé, expérimenté sera peut être gagné par le stress, ce petit guide lui redonnera confiance.

Cette bonne pratique, réalisée par la Ville d’AMIENS et sans doute beaucoup d’autres, est aussi utile à tous les élus. En effet, si la loi de 2004 a placé le citoyen au cœur du dispositif, l’élu se doit d’être un citoyen exemplaire. Pour cela, il pourrait se contenter de connaître le DICRIM et d’être prêt au titre de l’habitant selon les prescriptions municipales. Mais le jour du marché ou en d’autres circonstances, il peut être approché par un citoyen, averti ou non, qui veut un renseignement sur ses obligations de sauvegarde ou sur les bons réflexes qu’il devra avoir en cas d’inondation, d’explosion, de feux, de pollution, de neige, de chute d’avion…Quel effet aurait sur ce citoyen, une réponse du genre : « Alors cela, c’est du domaine du Premier Adjoint ! ». La sauvegarde est l’affaire de tous…Ne l’oublions pas.

Téléchargez la bonne pratique « Pavillon Orange »:  Guide pratique de l’elu d’Amiens

Avec, cette bonne pratique, l’équipe du PAVILLON ORANGE vous souhaite de bonnes vacances, sachant toutefois que :

PREVENTION ET VIGILANCE ne doivent pas partir en congés…

si le risque est absent, il n’est pas pour cela parti en vacances.


Remise des labels Pavillons Orange 2015 : n’oubliez pas le 18 Septembre, la remise des labels PAVILLON ORANGE lors d’EXPO CRISE (2eme édition 17 et 18 septembre) organisé par le HCFDC à l’EUROSITE GEORGES V à Paris. Les municipalités n’ayant pas encore le Pavillon Orange sont naturellement les bienvenues. Inscrivez-vous dès maintenant à la cérémonie de remise

Expo-crise 2015

Share Button

Bonne pratique de mai : le DICRIM jeune

La loi de 2004, dite de modernisation de la sécurité civile, affirme que :

LE CITOYEN EST LE PREMIER ACTEUR DE SA SECURITE

Les Maires se sont vus confier la mise en place d’un dispositif communal reposant certes sur un PCS plan communal de sauvegarde mais surtout sur la participation active de la population. Participation au sein d’une réserve communale, comme citoyen ressource, ou simplement comme citoyen responsable.

Citoyen responsable, sachant interpréter la vigilance et les alertes, connaissant les bonnes pratiques afin de ne pas agrandir le nombre des victimes. En début d’année, nous vous avions conseillé le PFMS (plan familial de mise en sureté) qui s’inscrit dans cette démarche collective de sauvegarde.

Soyez-en convaincu, une commune qui a l’esprit de sauvegarde sera une commune moins sensible aux conséquences d’une catastrophe naturelle ou technologique, fortuite ou provoquée. De plus le comportement collectif adapté à la situation permettra aux secours d’opérer avec la meilleure efficacité.

Or, pour obtenir cette connaissance et ce comportement collectif, le Maire se doit de déployer une énergie non négligeable, dont il se félicitera en cas de besoin. Afin de créer un bon terreau pour diffuser ses messages utilement, il doit en premier lieu développer chez ses concitoyens la perception des risques et l’esprit de sauvegarde. Avertir le citoyen par le DICRIM et de nombreuses manifestations municipales comme des rappels de comportement à l’approche d’une saison à risques, la mise en place de repères de crues ou de monuments souvenir, anniversaires de catastrophe afin de maintenir la mémoire locale…

Cette prise de conscience est longue, c’est pourquoi, nous proposons ce mois-ci la réalisation d’un :

DICRIM JEUNE.

Non pas un DICRIM pour les jeunes, mais un DICRIM par les jeunes.

En faisant rédiger par les jeunes de la commune, un DICRIM, vous allez atteindre simultanément deux buts :

Le premier, vous allez sensibiliser les auteurs et les former par la méthode active, celle dont on se souvient le plus. Vous investissez ainsi sur le citoyen de DEMAIN.

Le second, vous allez sensibiliser les familles d’aujourd’hui. Ce DICRIM sera moins performant que celui de la municipalité, mais il sera plus lu ! L’œuvre de l’enfant est toujours admiré.

Dicrim_jeune_POLa rédaction du DICRIM JEUNE peut être un projet pédagogique soutenu par la municipalité. Le faible financement aura un excellent rendement. A l’heure où les municipalités recherchent des économies, voilà une dépense qui se révèlera être une économie.

Avant la fin de l’année scolaire, vous pouvez programmer ce projet pour 2015-2016.

N’hésitez pas à envoyer au HCFDC votre DICRIM JEUNE ainsi réalisé. L’équipe PAVILLON ORANGE peut vous apporter de l’aide…

 

Share Button