Centrale nucléaire de Chooz : le CLI demande l’élargissement du périmètre de protection

L’Etat revoit en ce moment le plan de prévention et d’intervention (PPI) autour de la centrale nucléaire de Chooz (Ardennes). D’un périmètre de 10 kilomètres, il détaille l’organisation des secours en cas d’accident dans la centrale. Le comité local d’information estime que ce périmètre est obsolète au regard de l’expérience de Fukushima, et réclame son élargissement à 80 kilomètres.

resilience Chooz_PPI

Une enquête publique s’est achevée la semaine dernière pour réviser le plan de prévention et d’intervention (PPI) autour de la centrale nucléaire de Chooz (Ardennes). Il s’agit d’élaborer l’organisation des secours par les pouvoirs publics en cas d’accident dans la centrale. Le plan prévoit la manière dont serait alerté la population, et éventuellement comment elle serait confinée ou évacuée.

Mais, pour la centrale nucléaire de Chooz comme pour toutes les centrales de France, le PPI ne concerne que les habitants se trouvant dans un rayon de 10 kilomètres. Le comité local d’information estime que ce périmètre est obsolète au regard de l’expérience de Fukushima, et réclame son élargissement à 80 kilomètres.

Autre réserve : ce plan ne concerne que les communes françaises et aucune en Belgique, alors que la centrale de Chooz est à seulement quelques kilomètres de la frontière.

Des réserves exprimées par Joël Dujeux, élu à Givet et membre de l’association nationale des comités et commissions locales d’information. Il s’exprimait le lundi 9 février sur les ondes de France Bleu Champagne-Ardenne.

Documents associés :

Bonus : en France 25 millions de personnes vivent à moins de 80 km d’une centrale nucléaire

carte-sites-nucleaires-france

Share Button