Utilisation de drônes en gestion de l’urgence : l’expérience italienne  

Le village de Ponzano, dans la province italienne des Abruzzes, est soumis depuis une dizaine de jours à un glissement de terrain d’une ampleur peu commune. 35 maisons ont ainsi été endommagées par des mouvements de terrain atteignant 11 mètres en neuf jours.
Ce phénomène est notamment dû à la série de tremblements de terre qui a touché la région, ainsi qu’aux importantes chutes de neige et à leur fonte rapide. Un important volume d’eau s’est ainsi accumulé dans le sol, provoquant une instabilité des sols et des glissements de terrain exceptionnels. 120 personnes ont jusqu’à présent été évacuées. Habitants et autorités attendent à présent les résultats des études géologiques en cours.

Source : cityrumors.it
Source : cityrumors.it

Plusieurs vidéos ont été publiées, décrivant les dégâts causés par cet inexorable mouvement. Ces images ont été filmées grâce à des drônes et des robots, déployés par les pompiers italiens (Vigili del Fuoco). L’utilisation de ces nouveaux modes d’acquisition de données en cas de catastrophes a été saluée par l’organisation Rome Drone, spécialiste de ces technologies.

Les images transmises par les drônes ont ainsi permis d’estimer les dégâts sur le terrain et d’établir une planification pour le retour à la normale. Grâce à la modélisation en 3D des bâtiments, les plus fragiles et ceux nécessitant une intervention prioritaire ont pu être identifiés avant le déploiement des équipes sur le terrain. Tandis que les répliques continuaient à secouer la région, les robots ont ainsi permis de diminuer les risques d’intervention pour les équipes de secours.

Les engins mobilisés à cette occasion ont été empruntés au projet Tradr (Long Term Human Robot Teaming for Robot Assisted Disaster Response, ou Combinaison à long terme des moyens humains et robotiques pour l’assistance en cas de catastrophes majeures).

En janvier dernier, lors de l’avalanche qui a détruit l’Hôtel Rigopiano dans les Abruzzes, les capteurs intégrés aux drônes ont également servi à localiser les personnes enfouies grâce à leur chaleur corporelle ou aux signaux de leurs téléphones portables.

Ces actions ont valu la plus haute distinction aux Vigili del Fuoco, à l’occasion de la cérémonie des « Oscars des pompiers ».

Consulter le site du projet Tradr 

Share Button

Les drones au service de l’hydraulique et des métiers de l’eau

Les moyens de mesures et d’essais dans le domaine de l’eau se déploient aujourd’hui surtout au niveau terrestre ou depuis l’espace. À mi-chemin, le développement et la fiabilisation des drones, qu’ils soient aériens ou aquatiques, rend à présent possible l’acquisition d’informations de tous genres, globales ou détaillées, visuelles ou numériques, rapidement et en masse. Dans le domaine des risques naturels, les drones ont fait leur apparition dans la phase post-catastrophe où les médias et la sécurité civile les utilisent pour mesurer l’étendu des dommages. Des expérimentations sont en cours dans les phases de prévention et de gestion crise avec la surveillance des barrages, des digues, des réservoirs, tel le projet DIDRO de l’Institut Français des Sciences Et Technologies des Transports (IFSTTAR).

Drones_colloque_SHFLes drones civils sont en train de monter en puissance, par le nombre de constructeurs et opérateurs (environ 350 en France), par leurs caractéristiques techniques, et le champ de leurs applications. Si les applications sont beaucoup orientées vers l’événementiel, l’agriculture et l’industrie, celles qui concernent le domaine de l’hydraulique et des milieux aquatiques sont de plus en plus nombreuses.

Les manifestations sur les drones civils sont principalement centrées sur la technologie des « plateformes », ou des « systèmes », sur des thèmes transverses comme la réglementation, la sécurité, le droit naissant. Elles parlent un peu moins de l’instrumentation de spécialité. L’idée d’un colloque centré sur les applications à l’hydraulique des drones a un côté novateur par son ciblage applicatif.

Par ailleurs les différentes approches aériennes ou spatiales vont se compléter et non s’opposer, à travers la télédétection. Les drones permettent de travailler à de multiples échelles spatiales et temporelles, et de croiser des informations de natures différentes.

Véritables vecteurs de progrès, les drones civils permettent de visionner des zones parfois inaccessibles, de renforcer la sécurité des interventions et d’améliorer la qualité des méthodes de surveillance, tout en étant rapides à mettre en œuvre avec un coût réduit.

Pour mettre en lumière cet apport spécifique des drones, avec les conséquences possibles en matière de progrès scientifique et opérationnel, la Société Hydrotechnique de France (SHF), association loi 1901 d’hydroélectriciens, organise un colloque les 8 & 9 avril 2015

Cet événement visera à encourager le dialogue entre industriels, chercheurs, utilisateurs de terrain et administrations sur les questions techniques, économiques et juridiques sur les domaines suivants :

– HYDRAULIQUE A SURFACE LIBRE
– TRANSPORT SOLIDE, EROSION
– AERAULIQUE
– INGENIERIE, HYDRO-ECOLOGIE
– GESTION  PATRIMONIALE  DES OUVRAGES HYDRAULIQUES
– Les drones nautiques et sous-marins sont aussi concernés.

Drones SHF_programme
>> bulletin d’inscription  ou inscription en ligne

Share Button