Ebola: un exercice à l’Hôpital civil de Strasbourg

ebola_exercice_strasbourgAlors qu’un récent sondage BVA révèle que 58% des Français déclarent craindre qu’Ebola se propage en métropole, les hôpitaux universitaires de Strasbourg ont organisé, vendredi matin, un «exercice Ebola» grandeur nature. L’opération, préparée en toute confidentialité par la direction des hôpitaux, devait permettre d’évaluer la capacité de réaction du personnel, confronté pour la première fois à un cas -fictif- de virus de fièvre hémorragique Ebola.

Les exercices sanitaires de ce type se multiplient dans les hôpitaux français. Lundi, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, avait annoncé la tenue d’un «exercice grandeur nature» dans tous les Services d’aide médicale d’urgence (Samu) dans les huit jours, pour vérifier leur capacité à accueillir un éventuel malade d’Ebola.

exercice_ebola.

 

 

Share Button

La Ville de Clichy teste l’efficacité de son PCS lors d’un exercice de Sécurité Civile et reçoit le Pavillon Orange

Ce jeudi 14 novembre, la ville de Clichy a participé sur son territoire à un exercice majeur de sécurité civile. Sélectionnée pour la qualité de son Plan Communal de Sauvegarde par les services de l’Etat pour cet exercice, elle a pu démontrer sa maîtrise et ses compétences lors de cette simulation. Au terme de ce test « grandeur nature », le Haut comité Français pour la Défense Civile, a décerné le Label Pavillon Orange à la ville de Clichy.

Vlichy_Pavillon

Dès 9h ce matin, tous les services de la ville étaient mobilisés pour la réalisation de cet exercice majeur, qui visait à mettre en situation réelle l’ensemble des acteurs pouvant être impliqués dans une situation de crise grave, mettant en danger la sécurité de la population. Le scénario retenu simulait l’attaque d’un bâtiment communal par deux terroristes ainsi qu’une explosion impliquant plus d’une quarantaine de personnes présentes dans le bâtiment. Le confinement des écoles scolaires du secteur a également été simulé dans le cadre de l’exercice, ainsi que l’instauration d’une zone de décontamination faisant suite à l’explosion, avec le concours de Groupes d’Interventions Spécialisés.

Clichy_exercice

L’exercice a mobilisé 400 « joueurs », 15 animateurs, 45 figurants (élèves infirmiers, et associatifs), 100 véhicules, 20 observateurs avec notamment le RAID FIPN, la Police Nationale, la Police judiciaire, le parquet, le SAMU, la Croix Rouge, la Protection civile, l’Ordre de Malte, les Sapeurs Pompiers.

L’exercice visait à tester les dispositifs du Plan Communal de Sauvegarde (PCS) de la Ville de Clichy et a montré l’importance du partenariat entre les institutions.

Ainsi, dès l’alerte à la population déclenché, le matin du 14 novembre,  un poste de commandement (PC) permettant de centraliser les décisions et les actions à mener, en lien avec les services de l’Etat et les secours publics sur le terrain été installé en Mairie. L’envoi d’un message d’alerte par le biais de l’automate d’alerte de la ville vers plus de 17 000 foyers, ainsi que les entreprises et les établissements scolaires de la Ville, été déclenché. Une cellule de communication à la presse et à la population était également acrivée .

Ces différentes actions ont été menées en parallèle de la prise en charge de la population par les intervenants municipaux et les secours publics présents sur le terrain. Selon les observateurs, sur l’ensemble des actions menées, le Plan communal de Sauvegarde a démontré sa fiabilité et son efficacité lors de cet exercice.

Clichy_exercice_prefetAu terme de cette simulation, le Maire de Clichy, Gilles Catoire, a remis le Plan communal de Sauvegarde à la Directrice de Cabinet du Préfet Valérie Hatsch et aux différents partenaires de celui-ci.  La représentante du Préfet des Hauts-de Seine a déclaré que « La ville de Clichy est dans les Hauts-de Seine exemplaire pour son PCS. C’est à travers cet exercice que nous apprenons à gérer ce genre d’événement, pour lequel, j’en suis convaincue, il est indispensable de connaître ses interlocuteurs et ses partenaires. C’est pourquoi ces exercices sont importants, et c’est aussi en faisant des erreurs ensemble que l’on apprend à se connaitre. Je tiens à remercier la ville de Clichy de nous avoir accueillis, car ce n’est pas facile de participer à un tel exercice ».

Le Maire de Clichy Gilles Catoire a tenu à rappeler l’importance pour la ville de pouvoir mettre en oeuvre un tel exercice de sécurité : « A Clichy, nous avons déjà connu des situations de crise qui ont mobilisé l’ensemble des services. Je pense que ce type d’exercice, comme celui d’aujourd’hui, est utile pour tout le monde. Nous avons été sélectionnés par les services de l’Etat pour la qualité de notre Plan Communal de Sauvegarde, et nous avons eu la chance de pouvoir le tester en activant le niveau maximal ce matin ».

Ce Plan Communal qui a été adopté le 26 juin 2013 est le maillon local de l’organisation de la Sécurité civile sur la ville en cas d’évènement majeur. Pour que ce dispositif fonctionne, il est toutefois important d’impliquer la population et de connaître les relais qui se trouvent sur le terrain.

Share Button

Test de la procédure d’évacuation du PCS de St Pierre d’Albigny (Isère)

Après 6 mois de travail, le plan communal de sauvegarde de Saint Pierre d’Albigny (38) vient d’être rédigé. Cette commune Iséroise de 3689 habitants située dans l’arrondissement de Chambéry est soumise aux crues de l’Isère, Prenant sa source à très haute altitude dans le massif de la Vanoise, cette rivière constitue une menance pour l’ensemble des communes qu’elle irrigue à la fonte des neiges. L’implantation sur son lit de 4 retenues hydroélectriques s’avère être aussi un danger non négligeable.

Afin de valider l’opérationnalité de son PCS, la commune Saint Pierre d’Albigny a organisé un exercice le 7 juillet dernier. Il visait, sur les encouragements de la préfecture de l’Isère, à tester l’organisation prédéfinie dans une zone d’activité où une trentaine d’établissements (commerces, artisans, restaurants et Supermarché), un camping et une base de loisir pourraient être inondés en cas de crue de l’Isère.

exercice_saint_albigny_isere
exercice_saint_albigny_isere

Tester la procédure d’évacuation

Piloté par l’association des risques majeurs de Grenoble (Isère)
, l’exercice avait pour objectif principal de tester la procédure d’évacuation de cette zone sensible et les délais de mise en œuvre des différentes phases du dispositif dès lors que le débit de l’Isère dépassait des valeurs seuil de 500 m3/sec observées sur l’échelle du Pont de St Pierre.

L’exercice a été déclenché par une vigilance pluie/inondation adressée par la préfecture à 8h30. Aussitôt, la commune engageait la phase 1 de sa procédure (débit seuil 500 m3/sec) avec :
– l’armement d’un PC réduit
– l’ appel du service méteo France, la consultation du site vigicrue et du site banque HYDRO débit de l’Isère à Montmélian
– le déplacement rapide de la personne (ou du binôme) chargé de la lecture des niveaux aux échelles à lecture directe
– la mise en préalerte des établissements les plus vulnérables au risque d’inondation (dont le camping)

Vers 9h30, l’évaluation sur le terrain indiquait que le seuil de 800 m3/sec était dépassé. La phase 2 s’enclenchait immédiatement avec pour réaction communale :
– le déclenchement PCS
– l’évacuation d’un restaurant et d’une première zone de bâtiments de Carouge
– l’évacuation du camping
– la fermeture et le contrôle de des routes RD911 et de la déchetterie
– l’information de l’ensemble des occupants de de la zone inondable
– l’ouverture et la mise en place d’un accueil dans la salle communale de la Treille

Peu après 10h, au regard de l’accélération de la montée des eaux , la phase 3 était lancée, avec l’évacuation globale de la zone d’activité et le maintien des routes fermées.

Bilan de l’exercice
Pendant 2h30, les agents communaux, les élus et les membres de la réserve communale de sécurité civile disponibles ce jour-là, la préfecture, le conseil général (service des routes), les sapeurs pompiers, la gendarmerie et le responsable du camping ont activement participé à cet entrainement.

– Les points positifs:
1) L’exercice a montré un très bon engagement des élus, du personnel et de la réserve communale de sécurité civile pour travailler sur la maîtrise globale de l’évènement (plus d’une cinquantaine étaient présents).
2) La connaissance de terrain et les outils réalisés ont montrés leur efficacité pour mener les actions communales. En effet, toutes les phases de l’évacuation (pré-alerte, alerte et demande d’évacuation par téléphone, porte à porte et haut-parleur…) ont été effectuées dans les règles. L’information et l’alerte sont correctement parvenues au représentant du camping, ainsi qu’aux établissements de la zone inondable.

– Les points à améliorer
1) Il a été difficile d’appréhender la simulation de l’évacuation du fait de la complexité de jouer un scénario fictif. En effet, l’exercice prévisionnel ayant était accéléré par rapport à un scénario réel, (2h30 de jeu pour un scénario qui se déroulerait sur un minimum de 12h dans le cas réel).
2) La communication entre le terrain et le PCC n’a pas été assez précise d’où un manque de lisibilité des actions de terrain réalisées.
Outre la mise en place de procédures précises, l’exercice a également montré l’importance de réaliser des formations concrètes de l’ensemble des acteurs aux modalités pratiques du PCS (qui fait quoi, comment, quels sont les outils et le matériel à utiliser, comment répartir les missions, ….).

Tiré du debriefing réalisé par l’association des risques de l’Isère : http://www.saintpierredalbigny.fr/

Share Button

30/09/2010 – Exercice de simulation de crues dans l’Aude

A l’aune des événements récents qui se sont déroulés dans le Var, la Préfecture de l’Aude a organisé, ce jeudi 30 septembre, dans le cadre de sa planification annuelle d’exercices de sécurité civile, une simulation de crues affectant les deux tronçons du fleuve Aude (Haute-Vallée et vallée centrale).

Le service interministériel de défense et de protection civile (SIDPC) de la préfecture, le service prévision des crues (SPC) de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer, les mairies de Carcassonne, Limoux et Trèbes participaient à cet exercice d’état-major.

Cet exercice avait plusieurs objectifs :
– tester les liaisons, les relations et les échanges d’informations entre les principaux services impliqués (SPC – SIDPC- Mairies) dans la chaîne de vigilance et d’alerte.
– tester l’envoi et la réception du message d’alerte aux maires concernés via l’automate d’appels Medialert de la préfecture.
– mettre en oeuvre certaines dispositions des Plans Communaux de Sauvegarde afin de s’assurer de leur pertinence face à une crue de grande ampleur.
– activer les réserves communales de sécurité civile.
– améliorer si nécessaire les procédures en mettant à profit les conclusions du retour d’expérience.

Un COD restreint a été activé en préfecture. Les mairies ont activé un PC de crise et appliqué les mesures inscrites dans leur plan communal de sauvegarde qui prévoient dans certaines situations l’évacuation de la population.

Dans l’après-midi, un retour d’expérience « à chaud » a mis en exergue la forte implication des communes et l’utilité pour ces dernières d’avoir et de mettre à jour un Plan Communal de Sauvegarde.

Une réunion de retour d’expérience se tiendra dans les jours à venir avec tous les participants pour faire le point sur les procédures susceptibles d’être améliorées.

Share Button