Plan grand froid & déneigement : mieux vaut les avoir intégrés dans le PCS

Les premiers grands froids semblent vouloir s’installer sur une partie de la France. La neige a commencé à recouvrir les départements de l’Est de la France et provoquer de nombreux désagréments dans les communes. Cet aléa, même s’il ne constitue que très rarement un risque de catastrophe, doit être anticipé par les municipalités au même titre que les inondations. Aussi, les communes doivent-elles intégrer dans leur plan communal de sauvegarde un volet « Grand Froid et Déneigement ».

Vous trouverez ci-joint l’exemple du plan grand froid et déneigement de Castanet-Tolosan, commune située en Haute-Garonne, qui liste les principales mesures et documents administratifs nécessaires à la bonne gestion de ces risques.

PCS Resilience plan_deneigement

Procédure grand froid et déneigement du plan communal de sauvegarde de Castanet-Tolosan : Volet Grand Froid et déneigement du Plan Communal de Sauvegardet

Share Button

Grand froid : faire face aux conséquences sanitaires

À l’approche de la période hivernale, une instruction interministérielle du 24 octobre 2012 fait le point sur les actions destinées à prévenir et à faire face aux conséquences sanitaires d’une vague de froid.

Cette instruction décrit d’abord les impacts sanitaires liés à la période hivernale et au froid. Les principaux risques concernent les populations les plus vulnérables : sans abris, personnes demeurant dans des logements mal chauffés ou mal isolés, jeunes enfants, personnes âgées et personnes présentant certaines pathologies chroniques cardiovasculaires, respiratoires ou endocriniennes. Le froid favorise en effet les maladies coronariennes et les accidents vasculaires cérébraux. Par ailleurs, la période hivernale est propice aux épidémies infectieuses, comme les infections respiratoires ou digestives (bronchiolites, syndromes grippaux saisonniers, gastro-entérites). La période hivernale est également le moment où le risque d’intoxication au monoxyde de carbone est élevé du fait de la mauvaise utilisation de certains appareils de chauffage et de l’absence de ventilation des pièces du logement. Enfin, pour les personnes sans abris, les épisodes de froid peuvent être notamment la cause d’hypothermies et d’engelures.

Cette instruction détaille ensuite les dispositifs préventifs en place au niveau des services de l’État : veille sanitaire et épidémiologique, prévisions météorologiques, dispositifs départementaux « grand froid », organisation de l’offre de soins… Enfin, cette instruction précise les actions de communication prévues afin de sensibiliser les populations (prévenir les pathologies infectieuses hivernales et les intoxications au monoxyde de carbone, limiter les impacts sanitaires résultant d’une vague de froid ou d’un épisode intense de neige et de verglas).

Accéder à l’instruction

Qu’est-ce qu’une vague de froid ?

C’est un épisode de temps froid caractérisé par sa persistance, son intensité et son étendue géographique. L’épisode dure au moins deux jours. Les températures atteignent des valeurs nettement inférieures aux normales saisonnières de la région concernée. Le grand froid, comme la canicule, constitue un danger pour la santé de tous.

Les périodes de grand froid sont à l’origine d’autres phénomènes météorologiques aux effets dangereux. La neige et le verglas se forment par temps froid et peuvent affecter gravement la vie quotidienne en interrompant la circulation routière, ferroviaire ou encore aérienne.

En France métropolitaine, les températures les plus basses de l’hiver surviennent habituellement en janvier ou février sur l’ensemble du pays. Mais des épisodes précoces (en novembre ou décembre) ou tardifs (en mars) sont également possibles.

Quelles sont les situations météorologiques favorisant les vagues de froid ?

Trois scénarios météorologiques principaux peuvent donner des épisodes froids sur l’Europe. Au cours d’une vague de froid, la situation météorologique peut suivre l’un de ces trois scénarios ou les trois successivement.

Un flux de nord (anticyclone positionné vers l’Islande et le Groenland et dépression sur la Scandinavie) apporte de l’air polaire jusque sur la France. Cette situation dure rarement plus de quelques jours. Elle donne sur l’Hexagone un temps perturbé, instable et assez froid.

Un flux d’est ou de nord-est (résultant soit d’un anticyclone situé vers la Scandinavie, soit d’une extension de l’anticyclone de Sibérie) apporte de l’air très froid et sec, accompagné d’un vent d’est ou de nord-est glacial sur notre pays. Cette configuration peut perdurer jusqu’à une dizaine de jours. La sensation de froid est ici renforcée par le vent. Ce scénario était dominant durant les vagues de froid de février 1956 et de janvier 1963 (deux des plus marquantes depuis 1950).

Un flux d’est ou de nord-est froid humide et perturbé apporte de la neige sur tout le pays, y compris sur le littoral méditerranéen. L’action de l’anticyclone situé sur l’Europe du nord (Scandinavie ou extension de l’anticyclone de Sibérie) est contrariée par une zone dépressionnaire généralement positionnée sur l’Europe du sud. Cette situation peut durer jusqu’à une semaine. Au cours des éclaircies nocturnes, les températures peuvent atteindre des valeurs remarquablement basses sur les sols enneigés.
Ce scénario était dominant durant les vagues de froid de janvier 1985 et janvier 1987.

Les épisodes de grands froids marquants

Les climatologues identifient des périodes de froid remarquables en tenant compte des critères suivants : l’écart aux températures moyennes régionales, les records précédemment enregistrés, l’étendue géographique et la persistance d’un épisode de froid.

grand_froid

Share Button