Les aides finançières en matière de prévention des inondations soumises à la réalisation d’exercices de simulation du PCS

Le financement des actions de prévention des inondations portées par les communes seront soumises dorénavant à la réalisation d’exercices de simulation du plan communal de sauvegarde.

Interrogée par les grands médias lors de la présentation de la nouvelle vigilance météorologique de météo France, la ministre de l’Ecologie, du ¬Développement durable, des Transports et du Logement a rappelé la nécessité pour les communes de mettre en place un plan communal de sauvegarde. Pour NKM, « ces plans contiennent des procédures d’alerte et d’évacuation adoptées par les communes ».

Afin d’inciter les municipalités à les élaborer, l’État a conditionné le financement des programmes d’action de prévention des inondations portés par les villes, connus sous l’acronyme « PAPI », à l’établissement d’un plan communal de sauvegarde. De plus, les communes pour lesquelles un plan de prévention des risques est prescrit doivent dorénavant y adjoindre un PCS.

Excercice à Gichen
Toutefois, la mesure de l’opérationnalité de ces plans d’organisation pour le jour « j » nécessite pour les villes de réaliser des exercices de simulation. Aussi, depuis cette année, l’attribution des financements de l’Etat va en priorité aux communes qui se sont investies dans la mise en oeuvre d’un exercice. La prise en mains du PCS au travers des exercices figurent donc parmi les critères permettant d’accorder ou non des aides. D’autre part, les préfets ont reçu ordre d’être très vigilants au développement de ces entraînements.

Share Button