Les communes Pavillon Orange au coeur de la sauvegarde

Le Techni-cités N° 293 de mai aborde un sujet peu commun : celui du rôle des services municipaux dans la sauvegarde de la population.

Le général François Vernoux, fondateur du Pavillon Orange introduit ce dossier ainsi :

« La loi du 13 août 2004, dite de modernisation de la sécurité civile, confie la sauvegarde des populations aux maires et les incite à y impliquer le citoyen. Les services municipaux sont-ils pour autant exclus de la sauvegarde ? Que nenni ! Ils en sont même le cœur… »

Plusieurs bonnes pratiques de villes Pavillon Orange illustrent l’article :

  • Gonfreville l’Orcher (76) et sa box d’alerte
  • Saint Etienne (42) et son dicrim interactif
  • Feyzin (69) et ses totems de rue
  • Fourques (30) et son Rhonomètre
  • Guichen (35) et sa malette PPMS
  • Le Beausset (83) et son exposition
  • Cereste (04) et son téléphone satellitaire
  • Tours (37) et ses spectacles de rue
  • Hyeres les Palmiers et sa vigilance de crue du Gapeau
  • Amiens (80) et sa prévention des fontis…
  • l’inter-communauté Caux Vallée de Seine et son équipe d’intervention.

Tant d’exemples qui démontrent le rôle essentiels des services municipaux dans une bonne sauvegarde de la population.

Suite aux tragiques événements survenus à la fin du 20ème et au début du 21ème (tempête, inondation, AZF…), la loi de 2004 sur la modernisation de la sécurité civile est établie. C’est une refonte totale des dogmes où l’Etat protecteur tend à investir le citoyen dans sa propre sauvegarde. Au-delà de l’implication de la population pour sa propre sécurité, l’entraînement, l’exercice, et la connaissance mutuelle des acteurs deviennent le fer de lance d’une nouvelle stratégie de lutte contre les risques naturels. Municipalités, industriels, établissements scolaires, opérateurs, ainsi que les services de l’Etat doivent se préparer et s’organiser pour faire front ensemble. Pour la commune, la mutation s’opère à travers la sensibilisation et l’information des citoyens. Pour cela, de nouveaux documents sont pensés, comme le Plan Familial de Mise en Sûreté (PFMS), ou bien encore le Dossier d’Information Communale sur les Risques Majeurs (DICRIM). A cela vient se greffer la création de la Réserve Communale de Sécurité Civile (RCSC), qui intervient pour soutenir les actions des agents communaux sur le terrain. Un nouvel outil est également créé pour conforter les missions des municipalités. Le Plan Communal de Sauvegarde (PCS) conditionne les agents à des situations d’exceptions dont les scénarios rivalisent par leur ingéniosité.

 Au centre des dispositifs de sauvegarde nous retrouvons la rédaction du Plan Communal de Sauvegarde (PCS), outil incontournable réalisé sous le contrôle du maire, qui à pour objectif de planifier les actions des acteurs communaux de la gestion du risque (élus, agents municipaux, réserve communale, bénévoles…) en cas d’événements majeurs, qu’ils soient naturels, technologiques, ou encore sanitaires. Ainsi, la rédaction de chaque phase du plan incombe à un service qualifié dans le domine d’expertise. Par exemple, les acteurs qui auront à mener les opération de sauvegarde se devront d’évaluer les risques, tout comme la vulnérabilité des enjeux sur un territoire exposé. L’un des principes fondateurs, et l’une des forces du PCS, c’est d’établir plusieurs scénarios adaptés à chacun des risques auxquels la commune est exposée. En temps de gestion de crise, ces scénarios seront un guide précieux pour le Poste de Commandement Communal (PCC) qui mènera ses actions en fonction de ce plan.

Le dossier présente en annexe des fiches opérationnelles portant sur :

  • Les réflexes individuels
  • Les réflexes de groupe
  • Les actions

« La lumière, quand elle brille, est braquée sur l’implication de la population. Mais sans le travail obscur des agents municipaux, point de lumière. » 

– Liens vers le site Techni Cités

Techni Cités n°293
Techni Cités n°293
Share Button