Nudge et prévention des risques

Source : EPTB Loire
Source : EPTB Loire

L’EPTB Loire a récemment organisé une rencontre collaborative de scientifiques et de spécialistes des politiques publiques sur le thème des « nudge ». D’origine anglaise, ce mot signifie littéralement un « coup de pouce ». Il a été popularisé en 2008 par deux économistes américains pour désigner un « moyen d’inciter les individus à adopter un comportement favorable envers eux-mêmes, la société ou encore l’environnement ».

Un vendeur vous vante l’efficacité économique de sa machine à laver en arguant qu’elle est le préféré des Français ? Vous êtes la cible d’un nudge.

Quels sont les ressorts du nudge ?

Le concept de nudge admet le principe que l’être humain ne raisonne par seulement en considérant les profits qu’il pourrait tirer d’une action. La décision d’un individu dépend largement d’autres motivations parmi lesquelles l’instinct, les émotions ou les préférences sociales (altruisme, solidarité, jalousie, etc.). L’incitation par coup de pouce s’appuie ainsi sur une série de biais logiques tel que le fait que nous décidions d’acheter quelque chose non seulement en fonction de son prix et de ses caractéristiques, mais également en fonction du lieu de vente. Vous accepterez peut être de payer une bière 13 euros en haut de la Tour Eiffel, mais pas au café du commerce du bout de la rue…

De même, il est plus efficace d’insister sur la notion de perte que sur celle de gain.

Quelles applications pour la gestion des risques ?

Les nudges sont aujourd’hui l’objet d’une attention particulière de la part des pouvoirs publics, qui y voient un moyen d’améliorer la transmission de messages au public. Les rencontres organisées par l’EPTB Loire ont été l’occasion de mobiliser certains nudges au profit de la prévention du risque inondation.

Une bonne perception passe par une appropriation par les populations de leur propre degré de vulnérabilité, selon Isabelle Richard, psychologue environnementale chez Environnons. La ville d’Orléans, labellisée Pavillon Orange, souhaitait sensibiliser ses agents habitant en zone inondable afin qu’ils prennent conscience du risque et améliorent leur résilience et celle de la collectivité.

Le constat de départ se basait sur le fait que les gens vivent avec la Loire. Le risque est connu, mais la conscience de celui-ci s’étiole au fil du temps. De plus, la conscience du risque à l’échelle personnelle demeure limitée, tout comme la conscience des actions à mettre en œuvre.

Il s’agit ainsi de diffuser les informations sans faire peur, par le biais d’éléments pratiques pour comprendre et faire face à la situation : proposer de créer un plan familial de mise en sureté, donner les raisons concrètes d’une l’évacuation, etc.). L’objectif est donc d’offrir une formation engageante, mobilisant des modèles de communication et d’accompagnement spécifiques. Les intervenants peuvent ainsi s’appuyer sur des références héroïques, sur de l’existant, à travers différentes formes de perception : alarmisme, déni, rejet de responsabilité.

Les spécialistes décrivent à ce titre plusieurs phases pour changer un comportement : voir le problème de loin, s‘en approcher, se préparer au changement, l’opérer, et enfin maintenir une continuité. Pour cela, les intervenants ont utilisé, par exemple une maison de poupée pour matérialiser le fait que les habitants ne pourraient en aucun cas se réfugier à l’étage en cas de montée lente des eaux, en raison de la durée de la crue.

L’approche par le nudge a l’avantage de mobiliser l’affect des personnes participantes, en leur faisant vivre une réelle expérience, à la manière des exercices de gestion de crise organisés par de nombreuses collectivités.

> Consultez ici la plaquette de l’événement

> Retrouvez les présentations des chercheurs et praticiens sur le sujet

Exemples de nudges. Source : EPTB Loire
Exemples de nudges. Source : EPTB Loire
Share Button