Tsunami en Polynésie française : mettre en sécurité la population en moins de 3 heures

La Polynésie française a participé le 4 février dernier au cinquième exercice tsunami organisé par la Commission Océanographique Intergouvernementale de l’UNESCO (COI/UNESCO) afin de tester les capacités de décision de ses autorités et de sauvegarde de sa population dans des délais très courts. Plus de quarante pays ont pris part à cet exercice baptisé PACifique WAVE 2015 (PacWave15).

 

Tsunami_PacWave2015_Polynesie

Le but de cet exercice était de simuler un tsunami destructeur à l’échelle du Pacifique pour amener tous les centres d’alerte nationaux et locaux à tester les nouveaux équipements et formats de messages délivrés par le PTWC (Pacific Tsunami Warning Center) qui est le centre d’alerte international situé à Hawaï. Celui-ci est chargé de diffuser les messages d’information à l’ensemble des pays du Pacifique. Le Haut-commissaire étant l’autorité de la gestion des alertes tsunamis auprès de la population en Polynésie française, cet exercice a mobilisé la Direction de la Défense et de la Protection Civile (DDPC) du Haut-commissariat et le Laboratoire de Géophysique (LDG) qui est le centre national de détection et d’alerte aux tsunamis pour la Polynésie.

Le scénario proposé était celui d’un séisme puissant de magnitude 9.0 localisé aux Tonga. Ce scénario est particulièrement contraignant au niveau des délais d’alerte puisque le temps de trajet minimum du tsunami entre sa source aux Tonga et les premières côtes polynésiennes dans les Australes est de 2H30 seulement, près de 3H00 pour Tahiti. Ainsi, le délai de prise de décision du Haut-commissaire pour l’alerte aux populations est inférieur à une heure.

tsunami_polynesie

Cet exercice a permis de tester les communications et échanges en situation d’alerte entre les différents services de protection civile ou scientifiques (estimation de la hauteur des vagues) , mais également de comparer les nouveaux formats de messages du Pacific Tsunami Warning Center qui donnent désormais une estimation des hauteurs de vagues, aux prévisions réalisées par Laboratoire de Géophysique pour les côtes polynésiennes.

tsunami-wave-warningLe Système d’alerte aux tsunamis et de mitigation dans le Pacifique a été mis en place en 1965 par la Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO en réponse au tsunami meurtrier qui avait frappé les côtes du Chili et du Japon en 1960. L’objectif de ce dispositif est de faciliter l’émission rapide de messages d’alerte à l’échelle régionale et de favoriser les dispositifs de réponse aux tsunamis dans les pays. Des exercices de simulation ont déjà été effectués en 2006, 2008 et 2011.

Près de 75% des tsunamis meurtriers se produisent dans l’océan Pacifique et ses mers adjacentes. En moyenne, le Pacifique est frappé par un tsunami local tous les deux ans et par un tsunami de grande ampleur à l’échelle du Pacifique plusieurs fois par siècle. Au cours des six dernières années, quatre tsunamis destructeurs se sont produits dans la région : en 2009 à Samoa et Tonga, en 2010 au Chili, en 2011 au Japon et en 2013 aux îles Salomon.

Comportements à tenir lors d’une alerte au tsunami   

Tsunami_comportement_tahiti

Share Button