Garantir la confiance des populations envers les autorités et les accompagner dans la réduction de leur vulnérabilité

Lors du colloque du 2 mars sur le régime français d’assurance des risques naturels organisée par l’AFPCN, Gérard Bazot du Collectif des Naufragés du Rhône réagissait aux propos des assureurs sur l’inconscience du citoyen face aux risques.

Pour Gérard Bazot, à l’exception peut-être des nouveaux habitants, les populations des bassins d’expansion sont largement sensibilisées au risque attendu qu’ils ont tous vécu au moins une situation critique ces 15 dernières années.

Pour lui, il est cependant nécessaire de convaincre ces « riverains du risque » que les aménagements programmés dans le cadre de Schéma de bassin correspondent aux meilleures options possibles. Or, les habitants expriment certains doutes quant aux mesures envisagées par l’Etat. Le premier travail à réaliser relèverait donc de la pédagogie sur ces sujets d’aménagements, puisqu’il y a bien une confiance à renouer entre le riverain et l’autorité publique .

Si l’on souhaite que les riverains prennent leurs responsabilités, il faut au préalable qu’ils soient convaincus du bien-fondé des actions engagées par l’Etat. Plus globalement, la confiance passe par des éléments clairs sur l’ensemble des thématiques : gestion de crise et données de référence, objectifs de prévention et de protection, réglementation…

Gérard Bazot estime par ailleurs qu’en matière de réduction de la vulnérabilité, l’Etat demande beaucoup trop aux populations. En effet, comment demander aux populations d’agir sur leur propre protection si aucune avancée législative ne vient contrebalancer les contraintes et les pertes financières ?

La question principale posée par les populations est : qu’est-ce que l’Etat entend exactement par « réduction de la vulnérabilité ? ».
Condamner les RDC des habitations, lancer de lourds travaux de rénovation implique des coûts et le une réduction de la surface habitable. Comment demander un tel effort alors qu’une inondation centennale reste hypothétique dans les années à venir et que le régime assurantiel demeure défavorable aux riverains ?

Il est donc nécessaire d’accompagner les populations dans la prise en compte du risque : expliquer les conséquences des aménagements, réaliser des diagnostic de vulnérabilité, identifier les mesures concrètes à mettre en place (installations électriques, arrimage des cuves de fuel, matériaux à utiliser, etc.). De plus, l’information sur les aides financières existantes doit être mieux diffusée.

A propos du Collectif des Naufragés du Rhône :

Située à Boulbon (13), cette association vise l’information de défense des populations inondables de la plaine de Boulbon-Mézoargues-Tarascon-Vallab.
L’association fonctionne au moyen d’un Bureau de 16 membres qui participent à toutes les réunions relatives aux projets d’aménagement du Rhône, la réglementation… et qui lisent la documentation de référence afin d’informer les adhérents et faire évoluer les décisions en tenant compte de leurs avis. L’association est en relation avec les élus des 2 régions concernées. Elle participe à l’amélioration de la prévention des inondations au niveau de l’organisation des 4 communes de la plaine.

Bureau / Membres :
Président : Gérard BAZOT
Vice Président : Michel COULANGES
Trésorier : Colette GILLES
Contact au sein de l’association : Gérard BAZOT (Président)
Nombre d’adhérents en 2009 : 486

Share Button