Tsunamis : le littoral méditerranéen plus exposé que… la Thaïlande

PCS Resilience Tsunami_courteauEn ce jour de commémoration du tsunami de 2004 en Indonésie, posons nous peut-être égoïstement la question « y a t-il un risque que les côtes Françaises subissent un tsunami ». Depuis de nombreuses années le Sénateur de l’Aude, Roland COURTEAU, éveille les consciences de ses collègues parlementaires, de l’administration, des collectivités locales et des citoyens sur le risque de tsunami en méditerranée. Auteur de plusieurs rapports sur ce risque potentiel dans l’Hexagone, il avait obtenu la création d’un centre d’alerte au tsunami en Méditerranée au lendemain de la catastrophe du Japon, en avril 2011.

Il s’exprimait en septembre 2012 devant l’Académie des arts et sciences de Carcassonne sur «La Méditerranée est en grand danger» en rappelant son grand combat pour la protection contre les tsunamis.

« Au XXe siècle, il y a eu 911 tsunamis plus ou moins meurtriers sur toute la planète. 10 % soit plus de 90 ont eu lieu en Méditerranée contre seulement 4 % dans l’océan indien. En 1908, 30 000 morts à Messine, en 1979, 11 morts à Antibes, en 2003 un séisme au large de l’Algérie arrive très affaibli en France mais détruit, en pleine nuit, un grand nombre de bateaux dans les ports. »

Les tsunamis ne sont pas des phénomènes météo mais résultent de problèmes géologiques. Là où il y a eu des tsunamis, il y en aura d’autres. La Méditerranée se trouve à la rencontre de deux plaques tectoniques ce qui explique la présence de volcans, une activité sismique régulière et des tsunamis. Il y a même dans la partie centrale, un profond canyon. Les alluvions du Rhône et du Pô se sont accumulées sur les bords de ce canyon. Si un glissement de terrain se produit, on peut imaginer des conséquences terribles. Or il n’existait, jusqu’à ces derniers temps que deux malheureux marégraphes sur le bassin qui pouvaient enregistrer les tsunamis, une fois qu’ils sont passés.

C’est pourquoi, le Sénateur Couteau s’est battu pour créer un centre d’alerte : « J’ai dû auditionner plus de 200 scientifiques, visiter plusieurs pays pour étudier leurs systèmes de protection. Mais depuis juillet 2012, ce centre est opérationnel à Bruyères-le-Châtel. Des Açores jusqu’à l’Atlantique nord, on saura prévenir les tsunamis qui se déplacent à des vitesses hallucinantes. Le dernier maillon est à construire. Il reste à voir par quel vecteur l’alerte sera donnée sur le terrain, avec des sirènes ou des SMS ou d’autres moyens adaptés.»

PCS Resiience tsunamis_mediterranée

Infographie sur la formation d’un tsunami

PCS Resilience Tsunami_formation

La cartographie de l’exposition au tsunami du littoral méditerranéen

PCS Resilience tsunami_exposition_littoral_mediterranéen

Rapport de Roland COURTEAU sur le risque de tsunami en méditerranée : http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-off/i0488.asp

 

Share Button

Publié par

Patrice-Louis Laya

Avec plus de 35 ans d'expérience dont 10 ans dans le Groupe BASF, 20 ans dans la sphère IBM (Business Partner, Agent, Architecte solution sécurité), et la création en 2005 d'un Pôle dédié à l'infomédiation sur les problématiques du risque majeur et l'architecture des TIC appliquées aux risques majeurs, Patrice-Louis LAYA a été appelé par le HCFDC pour créer et animer ce blog sur la Résilience et la Sauvegarde des territoires au travers de sa structure dédiée au community management et à la communication digitale e-relation Territoriale. Depuis janvier 2012, Patrice LAYA est auditeur de la Session Nationale Résilience et Sécurité Sociétales. Il a par ailleurs, une formation initiale en agronomie, complétée par une maîtrise d'informatique appliquée à la gestion et un DESS en ingénierie de l'innovation. Dialoguer sur Twitter : @iTerritorial - sur Facebook : http://www.facebook.com/Plan.Communal.Sauvegarde Par mail : espace.territorial@online.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*