Référentiel de travaux de prévention de l’inondation dans l’habitat existant

Entre 2001 et 2010, 15% des évènements dommageables d’origine naturelle sur le territoire national français étaient liés à des inondations. Sur le territoire français, 17 millions de personnes habitent en zones inondables. La prévention du risque d’inondation nécessite donc la maîtrise de l’urbanisation en zone inondable mais également l’adaptation de l’habitat existant.

L’hétérogénéité des mesures de prévention dans la bibliographie existante, comme dans les outils réglementaires, montre la nécessité de créer un référentiel national des travaux de prévention de l’inondation dans l’habitat existant.

Ce document recense, formalise et illustre les principales mesures de prévention de l’inondation pouvant être mises en œuvre sur un bâtiment existant en zone inondable que ce soit dans une optique préventive ou plus généralement à l’occasion d’autres travaux réalisés sur le bâtiment (réhabilitation, amélioration thermique, entretien,…). Il est ainsi destiné à la fois aux professionnels susceptibles de travailler en zone inondable mais également aux services de l’État et à ses partenaires en charge de la politique de prévention du risque d’inondation.

Une attention particulière a été apportée au cours de l’élaboration de ce référentiel afin que ce dernier constitue une base technique et pédagogique, à partir de laquelle le professionnel pourra proposer et réaliser les travaux de prévention les plus pertinents en fonction de l’aléa, du contexte d’intervention et des contraintes techniques et réglementaires existantes.

Pour cela, ce document est constitué de 4 chapitres distincts :

1 – un chapitre « Définitions et domaine d’application » qui donne au lecteur les définitions de base nécessaires au parcours du document et permet de déterminer si la situation considérée entre dans le domaine d’application du présent référentiel. Cette partie s’achève par un outil de sélection des travaux les plus pertinents selon le contexte des travaux de prévention.
2- 18 fiches-travaux, qui sont le cœur du document, et qui livrent les éléments techniques et économiques à considérer lors de la réalisation de travaux de prévention. Ces fiches sont indépendantes et contiennent chacune un rappel de leur domaine d’application.
3 – 5 études de cas, qui sont un déroulé de l’application du référentiel (première partie et fiches-travaux) sur des cas concrets : dans un contexte bien défini, après une phase de diagnostic, chaque étude de cas est traitée depuis la sélection des fiches-travaux jusqu’aux conseils de mise en œuvre des mesures de prévention.
4 – Un dernier chapitre « Pour en savoir plus » qui traite des responsabilités des acteurs intervenant dans la prévention de l’inondation et des processus d’indemnisations en cas de sinistre.

FICHES-TRAVAUX

Les 18 fiches-travaux sont indépendantes, spécifiques chacune à des éléments et équipements distincts du bâtiment et de son environnement.
Elles contiennent chacune un domaine d’emploi, un descriptif technique et illustré, des éléments économiques et des conseils de mise en œuvre.

Téléchargez le référentiel de travaux de prévention du risque d’inondation dans l’habitat existant : http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/referentielInondation%20-%20texte%20int%C3%A9gral%20-.pdf

Share Button

Belgique : de violents orages font un blessé et de nombreux dégâts

Le village de Slenaken (Limbourg du sud), à proximité de la frontière belge, a été frappé par une soudaine montée des eaux en provenance de la Galoppe liées aux pluies orageuses qui ont touchées l’ensemble du pays . Plusieurs véhicules ont été emportés et deux hôtels, ainsi qu’un restaurant, ont dû faire face à des inondations. Une femme a été blessée et emmenée à l’hôpital.

Les pensionnaires de l’hôtel ont eu le temps de se réfugier aux étages supérieurs. Les pompiers ont ensuite pompé l’eau qui inondait l’établissement. La plupart des habitations n’ont pas été touchées par la montée des eaux. La Galoppe prend sa source en Belgique, à Henri-Chapelle (province de Liège), et pénètre sur le territoire néerlandais à hauteur de Slenaken.

Depuis 19h20, les pompiers d’Andenne comptabilisent 25 interventions principalement pour des inondations de caves et de chaussées. A Namur, les pompiers comptabilisent déjà une quinzaine de pompages de caves principalement à Lives-sur-Meuse, Loyers, Andoy, Wierde et Erpent. Ces pluies intenses et violentes ont provoqué peu après 19h15 une collision en chaîne impliquant trois ou quatre voitures sur la N4 en direction d’Arlon à Erpent. Aucun blessé n’est à déplorer mais les pompiers étaient toujours sur place aux alentours de 21h.

A Fosses-la-Ville, les pompiers indiquent intervenir depuis 18h15 surtout pour des coulées de boue sur les routes. « Cela s’étend de Le Roux jusqu’à Sart-Saint-Laurent. A part de la boue qui a coulé sur une terrasse, il y a moins d’interventions chez les particuliers que sur les chaussées », a commenté un pompier.

Ailleurs, à Eghezée, Gembloux et Sambreville, les intempéries ne semblent pas avoir engendré plus d’interventions que d’habitude.

Les pompiers de Namur ont aussi beaucoup de travail principalement pour des caves et des routes inondées. Ils sont notamment intervenus pour une collision en chaîne sur la N4 Namur-Arlon à hauteur d’Erpent. Celle-ci n’a pas fait de blessé.

Un violent orage a éclaté en fin de soirée dans la région liégeoise occasionnant plusieurs embarras de circulation dans le centre-ville de Liège, ont indiqué les pompiers locaux. Ceux-ci ont aussi dû répondre à une soixantaine d’appels de particuliers pour vider des caves inondées.

Les habitants de Liège, de Fléron, d’Ivoz-Ramet, d’Ougrée et de Tilleur ont sollicité l’intervention des hommes du feu.

Le tunnel menant au quai Mativa dans le centre-ville de Liège et l’entrée du tunnel de Cointe à hauteur du lieu-dit des 18 Arcades à Angleur, ont été inondés et fermés à la circulation.

Les pompiers sont aussi intervenus pour interrompre un court-circuit électrique causé par la foudre dans la machine d’une entreprise située rue Bodson à Liège. Le même phénomène s’est également produit sur une cabine électrique, rue des Waides à Saint-Nicolas.

A Beaufays, les pompiers se sont employés à découper les troncs de deux arbres qui étaient tombés sur la route à la suite des vents violents.

Le village de Bande, dans l’entité de Nassogne (province de Luxembourg), a été frappé par des vents violents aux alentours de 23h30. Les pompiers de Marche-en-Famenne, intervenus sur place à la suite des dégâts, parlent d’une petite tornade.

Au total, les pompiers ont enregistré cinq interventions. Un abri de jardin s’est envolé avant de retomber sur une voiture, une toiture de grange a été arrachée et des arbres sont tombés sur des véhicules. Aucun blessé n’est à déplorer.

Un phénomène similaire s’est produit sur la région de Virton. Des scouts en danger ont été évacués de leur lieu de camp à Montquintin, Torgny et Virton. Ils ont été recueillis dans l’école d’Harnoncourt et dans le complexe sportif de Virton. Quelques arbres ont également été déracinés. La protection civile de Libramont et la Croix-Rouge ont été appelées sur place pour venir en aide aux enfants.Un phénomène similaire s’est produit sur la région de Virton. Des scouts en danger ont été évacués de leur lieu de camp à Montquintin, Torgny et Virton. Ils ont été recueillis dans l’école d’Harnoncourt et dans le complexe sportif de Virton. Quelques arbres ont également été déracinés. La protection civile de Libramont et la Croix-Rouge ont été appelées sur place pour venir en aide aux enfants.

Source : Belga via site CatNat

Share Button

Jonquéra : le paradis des fumeurs part en fumée à cause d’un jeté de mégot

Pour les amateurs de « comble », il en est un des plus cocasses. Pour ceux qui connaissent cette région, vous mesurez le mauvais jeu de mots…Les communes du Perthus et de la Jonquera sont les paradis des fumeurs puisque l’objet de leur sport favori est vendu 25% moins cher que dans les distributeurs nationaux.

Et là, que vient-il de se passer, notre fumeur venu économiser quelques sous à la Jonquera, va tuer 4 personnes et provoquer la catastrophe de l’année avec son jeté de mégot.

L’inconscience est évidente et le vocabulaire est trop limité pour qualifier son comportement. Dans l’état des investigations actuelles, on voudrait que ce geste fut involontaire…on dit une malveillance. Espérons le, sinon cet acte est criminel…mais qui sait, ces paradis fiscaux, du tabac, de l’alcool, de la fripe,…, peuvent en ces temps difficiles engendrer de l’agressivité chez les commerçants environnants non dédouanés.

Mais ne soyons pas paranoïaque, bien qu’en matière de prévention du risque une dose est nécessaire, et supposons que notre pavlovien du mégot se soit rendu coupable involontairement de cette catastrophe et de ces meurtres.

Il reste à mesurer maintenant son niveau de responsabilité ! Serait-il coupable mais pas responsable ? tiens n’avons nous pas déjà entendu cette maxime !

En attendant de connaître l’étendu financier des dégâts, il serait de bon ton de rappeler à tous nos fumeurs de ne pas concourir au jeu olympique du lancé de mégots. Alors chers fumeurs, collez-vous ce macaron sur le pare-brise ou sur le paquet de cigarettes…ah non, c’est pas possible, il y a déjà « Fumer tue ». Tiens, notre jeteur de mégot savait donc, ce qui laisserait entendre un homicide volontaire !

jeter son megot tue

Share Button

Notre combat contre les feux de foret

Si les conditions climatiques ne changent pas sur le sud méditerranéen, fortes températures et sécheresse persistante, le risque d’incendie va se généraliser sur l’ensemble des départements de l’arc méditerranéen.

Aussi, il devient urgent d’informer le citoyen de ce risque important qu’il côtoie quotidiennement et qu’il devienne l’acteur principal de la prévention.

Voici, une petite bible qui vise à sensibiliser les personnes se trouvant dans cette région : à diffuser sans limite Notre combat contre le feu

combat contre les incendies

Share Button