Premier bilan des feux de forêts sur l’arc méditerranéen

A la mi-campagne des feux de forêts, et malgré un début d’été caniculaire, le bilan des incendies est relativement positif.  Les relevés quotidiens effectués par la base « Prométhée » nous montrent que nous comptabilisons près de 60% d’incendies en moins par rapport à la même période 2012. En effet, au 17 août 2013, il y a eu 532 départs de feux contre 1312 à la même date en 2012 et 861 ha brulés toujours au 17 août contre 2962 en 2012.

Feux_bilan2013_Nbre

Ces bons chiffres actuels peuvent s’expliquer, au delà des mesures de prévention déployées chaque année, par l’humidité des sols importantes du fait des fortes précipitations du printemps (voir bilan hydrologique du juin) et d’une végétation à faible stress hydrique. Par ailleurs, et ce, sur l’ensemble du territoire, les vagues de chaleur de juillet ont toutes étaient entrecoupées d’orages très pluvieux.

Il faut toutefois rester très vigilant, les semaines pourrait être à haut risque. En effet,  si les températures restent élevées, la végétation va être plus sensible surtout qu’elle est très abondante du fait de ce printemps humide.

Il y a 10 ans, l’année noire pour les incendies de forêts

Nous sommes très loin de l’année catastrophique de 2003, où,  dans le Var et la Haute Corse près de 20 000 ha étaient partis en fumée.

feux_foret_2013_SurfGraphe à double échelles (à gauche 0 à 1000 ha pour les années 2012 & 13, à droite échelle de 0 à 25 000 ha pour l’année 2003.

Souvenez-vous,  juillet 2003, les hommes de la Sécurité civile n’avaient jamais connu en France d’incendies aussi violents.  Le département du Var était embrasé, en vingt-huit points dont le massif des Maures qui était durement touché, sur plus de huit mille hectares.

Le 28 juillet, les flammes arrivent en ville (récit d’un Varois)

Ce Lundi vers 17 heures,  les flammes se sont approchées près, très près des villes côtières, sur la plage de la Nartelle, à l’est de Sainte-Maxime. Au loin, vers Fréjus, on aperçoit une colonne de fumée. Cinq Canadairs passent et l’on comprend que la forêt brûle. Mais l’attention des baigneurs est attirée par un autre foyer, qui semble beaucoup plus proche.

 Vers 17 h 30, le soleil disparaît derrière la fumée. Tous devinent que la situation est sérieuse. Les gens quittent la plage et commencent à former ce qui va devenir dans la soirée d’interminables bouchons sur cette nationale 98, déjà saturée en temps normal. Dans le centre de Sainte-Maxime, on se croit au crépuscule. La radio annonce que douze feux ont démarré quasi simultanément, vers 16 h 30, dans le massif des Maures. On compte déjà deux morts à la Garde-Freinet. Et les flammes progressent rapidement vers Sainte-Maxime, en passant par Plan de la Tour.

Sur la départementale 25, qui relie la ville à l’A8, les gendarmes obligent à faire demi-tour. Impossible de pénétrer dans les terres. Les routes doivent rester libres pour les véhicules de pompiers, qui passent par dizaines toutes sirènes hurlantes. En tout, mille cinq cents hommes sont engagés et mille autres doivent arriver en renfort, dont certains d’Italie.

 Aux collines de Guerre-Vieille, une résidence privée où se nichent, dans la forêt, plusieurs centaines d’habitations, on prépare ses bagages. A 22 heures, le parking de la plage, d’habitude désert à cette heure, est plein.

RSA_feux_1 Au nord, les crêtes rougeoient et des explosions se font entendre. On dirait la guerre. Des bouteilles de gaz et quelques bombes oubliées de 1944, expliquent les pompiers. Les violentes rafales de vent, jusqu’à 70 kilomètres-heure, attisent l’enfer. En quelques secondes, des bosquets entiers s’embrasent. Il n’y a plus d’électricité et l’eau a été coupée en certains endroits. Pour suivre l’évolution de l’incendie, il ne reste que les autoradios : la panique n’est pas loin.

 Avec la nuit, les bombardiers d’eau ont dû rentrer. Le feu se dirige maintenant vers les Issambres. A l’issue d’efforts surhumains, les pompiers l’arrêteront à la lisière de la départementale 25.

 RSA_feuxLes habitants de Guerre-Vieille, rassurés, rentrent chez eux. Pas pour longtemps. A minuit et demi, l’appel à l’évacuation est lancé par trois véhicules de secours qui sillonnent les allées de la résidence. Pas le temps de frapper aux portes, les sirènes doivent suffire à réveiller tout le monde : les habitants sont invités en catastrophe à rejoindre le bord de mer ou le centre d’accueil de Saint-Tropez. Le feu, qui s’est scindé au Plan de la Tour, avance des deux côtés de la départementale. Il menace de franchir la colline qui le sépare du bord de mer, à l’ouest de la ville.

 Le danger sera écarté en fin de nuit. De l’autre côté de la route, la lutte durera jusqu’au petit matin. Certains pompiers ne seront pas relevés. Au camping des Baumettes, à la sortie nord de Sainte-Maxime, le feu s’est arrêté à quelques centaines de mètres. Juste à côté, sur le parking du supermarché Champion, les pompiers ont installé leur poste de commandement. Ils doivent désormais éteindre les derniers foyers.

 Le long des routes rouvertes, le paysage est lunaire. Rien n’a résisté au feu. Les habitations ont été sauvées mais pas les arbres qui les entouraient. Les poteaux électriques finissent de se consumer. Une odeur acre flotte partout. Le vent s’est calmé, mais les pompiers n’ont pas l’intention de partir avant la fin de la semaine. Ils savent que d’ici là, ils n’auront sans doute guère le temps de se reposer.

Share Button

Les conditions météorologiques estivales exceptionnelles entrainent des restrictions d’eau

Devant les récentes conditions météorologiques estivales particulièrement chaudes et ensoleillées , et dans le but d’assurer au mieux la protection des milieux et la gestion de la ressource, des restrictions d’eau sont mises en place sur certains départements.

Par l’intermédiaire du site « Propluvia », le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie ainsi que le Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt permettent la consultation des arrêtés de restriction d’eau.

Les différents départements peuvent être concernés par quatre niveaux de restriction : vigilance, alerte, alerte renforcée et crise (du moins critique au plus critique). Au 06 août 2013, 15 départements au-delà de l’état de vigilance étaient concernés, pour un total de 22 arrêtés. La carte de France est actualisée régulièrement afin de consulter les restrictions d’eau en cours.

Arrete_usages_eau

Etat des ressources en eau du sol au 1er juillet 2013

Au 1er juillet 2013, les sols superficiels sont proches de la saturation voire saturés du piémont pyrénéen (de l’Ariège aux Pyrénées-Atlantiques), à l’Aquitaine, Poitou-Charentes, Ile de France et jusqu’aux frontières du nord-est. En revanche, l’humidité des sols est déficitaire dans le Nord-Pas-de-Calais, en Normandie, Bretagne, Vendée et ponctuellement sur le Massif central, le long du couloir rhodanien et sur le nord de la Corse. L’humidité des sols représente dans ces régions de 60 à 80 % de la normale.

Share Button

La SEGARD recherche une assistance à l’élaboration et à la diffusion du PICS

segardLa Société d’Aménagement et d’Equipement du Gard (30) recherche une assistance technique à l’élaboration et à la diffusion du Plan Intercommunal de Sauvegarde Risque Naturels et technologiques.  La prestation comprendra 2 phases distinctes que sont :
– l’élaboration du Plan Intercommunal et des Plans Communaux ;
– l’élaboration du DICRIM et l’édition de la plaquette d’information pour chacune des communes.

> AVIS D’APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE <
Avis N°: AO-1330-0220 Mise en ligne : 17/07/2013
30 ST AMBROIX Source : BOAMP > 90 KEuros
Client : SEGARD ( siège) Etude de la construction
Appel d’offres ouvert  Marché > 90 000 euros Date limite de réponse : 26/08/2013

SECTION I : POUVOIR ADJUDICATEUR

 

I.1) Nom, adresses et point(s) de contact :
SEGARD, route d’uzès, à l’attention de M. Pierre BRUN le président, F-30500 Saint-Ambroix. Tél. : (+33) 4 66 83 77 87. Fax : (+33) 4 66 83 77 88.

Adresse auprès de laquelle des informations complémentaires peuvent être obtenues : Auprès du (ou des) point(s) de contact(s) susmentionné(s).

Adresse auprès de laquelle le cahier des charges et les documents complémentaires (y compris des documents relatifs à un dialogue compétitif et un système d’acquisition dynamique) peuvent être obtenus : Auprès du (ou des) point(s) de contact(s) susmentionné(s).

Adresse à laquelle les offres ou demandes de participation doivent être envoyées : Communauté Communes de Cèze Cévennes, route d’uzès, à l’attention de M. Pierre BRUN le président, F-30500 Saint-Ambroix. URL : http://www.achatpublic.com/sdm/ent/gen/ent_detail.do?selected=0&PCSLID=CSL_2010_US1E7NvfID

SECTION VI : RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES

 

Le présent marché est passé selon une procédure adaptée.
l’ensemble de la procédure est dématérialisé. Les documents de consultation sont téléchargeables pour les candidats qui le souhaitent sur la plateforme http://www.achatpublic.com.

Les questions relatives au dossier de consultation des candidats devront parvenir uniquement par courriel, par télécopie ( à l’attention de M.Jean François RAULET au mel jf.raulet@ceze-cevennes.fr ou par – fax :04.66.83.77.88) ou via le profil acheteur de la SEGARD.  Aucune réponse ne sera apportée par téléphone.

Les questions techniques sont à adresser par écrit à M. Fabien Rouvier – Conseil général du Gard – Fax : 04 66 76 79 31 – mail : fabien.rouvier@gard.fr.

Share Button

ABSOLUTE : un réseau de communication sans fil à déploiement rapide en cas de catastrophe

ABSOLUTE est un projet financé par l’UE visant à développer un réseau de communication sans fil à déploiement rapide destiné à être utilisé à la suite d’un évènement inattendu, d’urgence ou d’une catastrophe.

reseaux_sans_filCe projet ABSOLUTE («Aerial Base Stations with Opportunistic Links for Unexpected & Temporary Events») a reçu le Prix Best Paper qui soulignait le potentiel de ce domaine de recherche, lors de la 5e Conférence internationale sur les services par satellite à caractère personnel (5th International Conference on Personal Satellite Services).

Le projet ABSOLUTE, lancé en octobre 2012, vise à concevoir et à valider un réseau capable de fournir des services à large bande flexibles, sécurisés et résistants. Les infrastructures de télécommunications jouent un rôle clé dans les opérations de récupération suivant une situation d’urgence. Cependant, dans la plupart des cas, les infrastructures terrestres ne peuvent pas garantir aux citoyens et équipes de secours de services fiables et les réseaux actuels de la sécurité publique ne disposent simplement pas de la capacité suffisante pour les applications à large bande.

Le projet ABSOLUTE tente de remédier à ces problèmes. Ce projet, orienté sur l’industrie, tente de démontrer qu’en utilisant des plateformes aériennes flexibles, rapidement déployables et dotées d’eNodeB 4G embarqués (matériel connecté au réseau de téléphonie mobile qui communique directement avec les téléphones mobiles), les réseaux de communication résilients peuvent être rapidement réunis pour fournir des services à large bande sécurisés et fiables sur les zones touchées par des événements inattendus à grande échelle, tels que les catastrophes naturelles.

Le projet permettra, de plus, de démontrer que cette technologie représente une alternative viable à l’infrastructure de communication terrestre susceptible d’être mise hors service en cas de catastrophe. Mais non contente de fournir une aide précieuse aux unités d’intervention d’urgence, cette innovation pourrait clairement être appliquée lors de grands événements comme les Jeux Olympiques, par exemple. ABSOLUTE contribuera également à ouvrir la voie à l’élaboration et à la poursuite de l’exploitation de nouvelles opportunités de marché dans les communications par satellite.

Le système fonctionne en intégrant diverses technologies radio permettant de fournir des communications hétérogènes sur une zone spécifique. ABSOLUTE élaborera une station LTE-A (une norme de communication mobile) de base intégrée dans une plateforme à basse altitude et permettant aux services à large bande de couvrir une surface étendue. Des stations de base terrestres mobiles seront également déployées et pourront interagir avec les réseaux de sécurité publique conventionnels. Des terminaux professionnels multiservices avancés seront également développés pour les premiers intervenants.

Le projet ABSOLUTE, qui a reçu un financement de 8 millions d’euros de l’UE et devrait se terminer en septembre 2015, est coordonné par Thales Communications & Security, France.

 

Pour plus d’informations, veuillez consulter:

ABSOLUTE  : http://www.absolute-project.eu/

Fiche d’informations du projet:  http://cordis.europa.eu/projects/rcn/106035_fr.html

Source des informations: Cordis

 

Share Button