Situation hydrologique automnale : des facteurs aggravants de risque de crues exceptionnelles

Comme nous le redoutions dans notre précédent bulletin, les pluies ont été très fréquentes sur la majeure partie de la France. En moyenne, les précipitations ont été supérieures à la normale de près de 10 %. Les nappes d’eau souterraine affiche pour une 87% d’entre elles,  des valeurs égales ou supérieures à la normale en cette fin octobre 2013. Si l’indice d’humidité des sols est proche de la normale sur une grande partie du pays, il est proche de la saturation sur plusieurs régions. Quant aux barrages, leur niveau est relativement stable sur tout le territoire.

Précipitations : un mois d’octobre plutôt arrosé

Au Nord, la pluviométrie de ce mois d’octobre 2013 est excédentaire de 25 à 50 %, localement de 50 à 100 % des Pays de la Loire et du sud de la Bretagne au Cotentin ainsi que du Pays de Caux au Nord – Pas-de-Calais. Du centre au nord-est de l’Hexagone, la pluviométrie est excédentaire de plus de 50 % et atteint même 200 % sur le nord de la Bourgogne, en Champagne et en Lorraine.  Epargnées par les pluies, les régions du sud de la Haute Normandie au sud de la Picardie, sont déficitaires et le cumul de précipitations ne représente que 75 % des normales.

Situation des nappes d’eau souterraine : 87% sont supérieures à la normale

L’état de remplissage des aquifères affiche, pour une très grande majorité d’entre eux (87%), des valeurs égales ou supérieures à la normale en cette fin octobre 2013. Dans le détail, on note que 11% des points suivis ont des niveaux inférieurs à la normale et que seuls 2% ont des niveaux très inférieurs à la normale. En ce tout début de période de recharge, après un été marqué par les baisses habituelles de niveaux, on se situe désormais sur la période de bascule avec une grande partie des points de suivi qui affichent un niveau stable (28%) ou en hausse (40%). Le tiers restant (32%) des points présente encore des niveaux en baisse. Cette situation est très normale pour la saison.

Ressources en eau du sol : proches de la saturation sur plusieurs régions

Au 23 octobre, l’indice d’humidité des sols est proche de la normale sur une grande partie du pays. Le déficit déjà constaté fin septembre, s’est accentué au cours du mois d’octobre sur le Pays basque, le sud-est de Midi-Pyrénées et le Roussillon et reste très important. L’humidité représente moins de 40 % de la normale sur l’embouchure du Rhône et le nord-ouest de la Corse. En revanche, les sols se sont nettement humidifiés sur le nord-ouest du pays, du Cher à l’Alsace, sur la région Rhône-Alpes et le nord de la Provence. Ils sont proches de la saturation sur l’est du pays à l’exception du pourtour méditerranéen, localement sur le Massif central, le Cotentin et le pays de Caux ainsi que sur le relief central des Pyrénées et du sud de la Corse.

Barrages – Réservoirs

Le niveau des barrages est relativement stable sur tout le territoire, signe que les prélèvements et le soutien d’étiage ont été modérés au cours du mois d’octobre. Compte-tenu de l’excellent remplissage des retenues réalisé jusqu’à la fin du mois de juin et du début tardif et limité du soutien d’étiage, le taux de remplissage des barrages est généralement supérieur au taux normalement observé à la fin octobre.

es, le déficit est plus marqué et le cumul de précipitation représente localement moins de 25 % des normales sur le Roussillon.

 

Focus sur l’état de remplissage des grands lacs de Seine au 27/11/2013

Grands_lacs_27novembre

MARNE AUBE SEINE PANNECIERE TOTAL
Taux de remplissage 45 % 49 % 46 % 24 % 44 %

Télécharger l’ensemble du bulletin au format PDF

Share Button

Exercice de simulation d’une crue importante de la Seine à la Préfecture des Hauts-de-Seine

Avant d’approuver définitivement la mise à jour générale du plan ORSEC inondations du département des Hauts-de-Seine (92), le Préfet vient de jouer les 25, 26 et 27 novembre, un exercice départemental sur table avec l’ensemble des services impliqués afin de tester ce plan nouveau. Démarche judicieuse, puisqu’en lisant les caractéristiques de crue de la Seine et les facteurs aggravants (Cumul pluies sur les derniers mois, Grand froid (saturation des sols), Elévation du niveau des nappes, Concomitance des pointes de crues), nous ne pouvons que constater que la situation actuelle rassemble tous ces paramètres.

Ainsi, le scénario retenu simulait un débordement progressif de la Seine provoquant des inondations conséquentes dans le département et obligeant l’Etat à gérer de nombreuses problématiques comme des coupures d’électricité, des évacuations d’hôpitaux, des fermetures de routes, des arrêts des transports en commun, …

Cet exercice visait à tester l’organisation de l’Etat, sa collaboration avec les acteurs impliqués (collectivités, grands opérateurs…), pour qu’en cas d’inondation, les effets soient limités pendant la crise et pour préparer un retour à la normale le plus rapide possible.

scénario exercice prefecture 92Compte rendu succinct de l’exercice

le 26 novembre après midi, suite à la mise en vigilance orange* du département des Hauts-de-Seine par le service de prévisions des crues, le Centre opérationnel départemental était activé. Plusieurs communes étaient touchées par la montée des eaux, essentiellement  Neuilly, Rueil-Malmaison, Issy les Moulineaux et Gennevilliers. Dans ces communes, 8500 foyers étaient privés d’électricité et 1630 foyers privés de gaz, à cause des inondations ou à titre préventif.

Côté circulation routière, des difficultés étaient constatées sur l’ensemble du département. Le Préfet invitait  les automobilistes à faire preuve de prudence, à limiter leurs déplacements et à adapter leur vitesse.

1 – Point de situation du 26 novembre à 16h30

Afin de pallier les coupures d’eau potable à Boulogne et Issy-les-Moulineaux, une distribution de bouteilles &tait organisée dans les magasins et centres commerciaux. Suite à une fuite de produit constatée à l’usine SNECMA de Gennevilliers, une intervention des services de secours était programmée. Les difficultés de circulation routière s’aggravant sur l’ensemble du département, le Préfet invitait à nouveau les automobilistes à faire preuve de prudence, à limiter leurs déplacements et à adapter leur vitesse.

Les réseaux de métro et RER étaient quant à eux sont fortement perturbés. Pour se tenir informer de l’évolution de la situation, il était conseillé de consulter le site de la RATP
Parallèlement, les pompiers demandaient à la population de ne contacter les secours qu’en cas d’extrême urgence, afin de ne pas surcharger le centre d’appels« 18 ». Malgré les coupures de chauffage et pour prévenir tout départ d’incendie, les pompiers demandaient également de ne pas utiliser des moyens de chauffage d’appoint et de privilégier couvertures et vêtements chauds.

Pour suivre l’évolution de la situation et connaître les comportements à suivre, la préfecture invitait les Alto-Séquanais à consulter le site internet de la Préfecture http://www.hauts-de-seine.gouv.fr/.  Les services préfectoraux diffusait d’autre part une information sur l’évolution de la crue via les réseaux sociaux grâce à une page Facebook https://www.facebook.com/pages/Préfet-des-Hauts-de-Seine/127290237339717 et un compte Twitter @Prefet92.

2 – Point de situation du 27 novembre à 10h

Le service de prévisions des crues annonçait la vigilance rouge pour le département des Hauts-de-Seine depuis le matin. Dans le département, 192 000 foyers étaient ainsi privés d’électricité ou de gaz, à cause des inondations ou à titre préventif.

exercice_pref92_prefet_Jounot
Point de situation avec le préfet Y. Jounot au COD

Côté circulation routière, des difficultés étaient constatées sur l’ensemble du département. Le Préfet invitait les automobilistes à limiter leurs déplacements.
Les réseaux RATP étaient fortement perturbés : Les lignes RER A et B étaient coupées depuis hier. Le trafic métro était totalement interrompu sur les lignes 1, 9 et 10 et entre les stations Père Lachaise et Pont de Levallois-Bécon sur la ligne 3. Le réseau de bus était également très perturbé.
Une cellule « écoute entreprise » était mise en place par la préfecture. Elle était joignable par mail : ecouteentreprises92@orange.fr. Les entreprises étaient encouragées à favoriser le télé-travail de leurs employés.
Les pompiers rappelaient à la population de ne contacter les secours qu’encas d’extrême urgence, afin de ne pas surcharger le centre d’appels « 18 ».
Les personnes souhaitant quitter préventivement leur logement pouvaient le faire par leurs propres moyens.

3 – Point de situation du 27 novembre à 14h

Energie/ téléphonie
Dans le département, 192 000foyers sont toujours privés d’électricité ou de gaz, à cause des inondations ou à titre préventif.Le réseau téléphonique est interrompu sur les communes d’Asnières et Gennevilliers.
Sur les autres secteurs, le réseau étant saturé, merci de réserver vos appels aux cas d’urgence. Pour vous tenir informer de l’évolution de la situation, restez à l’écoute des médias. Un véhicule des pompiers diffuse actuellement les consignes de sécurité dans les rues des villes concernées.

Etablissements scolaires
215 établissements scolaires du département ont été fermés pour cause d’inondation ou de coupure de courant. Cela concerne 75 750 élèves qui ont été évacués ou rassemblés vers des points de ralliement. Il est conseillé aux parents de venir chercher leurs enfants.

Transports
Le Préfet préconise de limiter au maximum les déplacements. De nombreuses difficultés sont en effet constatées sur l’ensemble des réseaux de transports du département :
-le réseau routier est toujours fermé sur des tronçons de l’A86, A14, les Quais de Seine et la N13 ()
-le trafic RER est toujours interrompu ou perturbé sur les lignes A,B et C
-le trafic METRO, BUS, TRAM est également très perturbé

Pour se tenir informés de l’évolution de la situation, il était conseillé de consulter le site de la RATP

4 – Point de situation du 27 novembre à 15h37

Le département était toujours en vigilance rouge et le Centre opérationnel départemental activé depuis hier après-midi.
Les réseaux de téléphonie fixe et mobile sont saturés, merci de réserver vos appels aux seuls cas d’urgence.

Etablissements scolaires

230 établissements scolaires sont actuellement fermés ce qui représente 80 000 élèves sur l’ensemble dudépartement. Les familles sont avisées de la situation : il leur est conseillé de prendre en charge leurs enfants. En dernier recours, un système de garde est mis en place par les mairies pour les plus jeunes enfants.

Transports
De nombreuses difficultés sont toujours constatées sur l’ensemble des réseaux de transports du département :
– réseaux routiers : Les Quais de Seine sont fermés en totalité sur le département. Seuls les Ponts de Sèvres, Neuilly-sur-Seine, Levallois-Perret et Bezons sont praticables. Le réseau routier est toujours fermé sur l’A1 entre le viaduc de l’A14 et le pont de Neuilly-Sur-Seine, l’A86 est fermée entre Vaucresson et Saint-Denis (sauf le tronçon entre Nanterre et La Garenne-Colombes)
-réseaux RER, METRO, BUS et TRAM : un service minimum est assuré en fonction des voiries et personnels disponibles. Pour suivre l’évolution de la situation, il est conseillé de consulter le site de la RATP
Le Préfet préconise de limiter au maximum les déplacements.

ANNEXE

– Caractéristique de la crue de la Seine en Ile-de-France :

– Crue majeure : 6 m (à l’échelle du pont d’Austerlitz)
– Crue exceptionnelle : 7 m et plus (référence 1910 : 8.62 m)
– Période propice : novembre à avril
– Périodes d’occurrence des précédentes crues notables : décembre à février
– Conditions : pluies abondantes sur le bassin versant
– Facteurs aggravants : Cumul pluies sur les derniers mois
Grand froid (saturation des sols)
Elévation du niveau des nappes
Concomitance des pointes de crues

– Le risque inondation dans les Hauts-de-Seine :

– Débordement direct ou indirect (remontée d’eau, infiltration) de la Seine
– Cinétique lente et prévisible
– Impacts dans le 92 à partir de 5,50 – 6 m ((à l’échelle du pont d’Austerlitz)
– 18 communes directement impactées
– Entre 400,000 et 700,000 personnes impactées
– 1.2 milliard d’euros de dégâts prévisibles (approximatif)
– plus d’une centaine d’établissements publics touchés

– La prévision des crues :

– Crue majeure : prévisible 3 jours à l’avance
– Vitesse de montée de 50 cm / jour
– 10 à 15 jours nécessaires pour la montée en puissance de la crue
– Environ 15 jours de décrue
– Bulletin vigilance 2 fois par jour (10h / 16h) de la part du Service Prévision Crues (SPC)
– Prévision à 24, 48 et 72 heures

– *Les quatre niveaux de vigilance « crue »

Rouge : Risque de crue majeure. Menace directe et généralisée de la sécurité des personnes et des biens.
Orange : Risque de crue génératrice de débordements importants susceptibles d’avoir un impact significatif sur la vie collective et la sécurité des biens et des personnes.
Jaune : Risque de crue ou de montée rapide des eaux n’entraînant pas de dommages significatifs, mais nécessitant une vigilance particulière dans le cas d’activités saisonnières et/ou exposées.
Vert : Pas de vigilance particulière requise.

– Que devez-vous faire à l’annonce de la crue ?

Dès que le service de prévision des crues ou Météo France annonce un risque de crue majeure, vous disposez de 72 h pour organiser les derniers détails :
– montez dans les étages les matériels sensibles, dangereux ou polluants (aérosols,batteries, pots de peinture, engrais, solvants, appareils ménagers, poubelles,meubles, archives, …) ;
– prévoyez le stationnement de votre véhicule hors de la zone inondable, en particulier hors des parkings souterrains des bords des grands cours d’eau ;
– si vous êtes hospitalisé à domicile, vérifiez avec le prestataire de service desmodalités de continuité de votre prise en charge et signalez-vous auprès de votre mairie ;
– s’il y a des personnes âgées ou handicapées dans votre entourage, prévenez leur mairie qui leur portera une attention particulière ;

– Que devez-vous faire PENDANT la crue ?

– si l’eau monte, coupez sans attendre le gaz, le chauffage et l’électricité ;
– n’utilisez surtout pas d’équipement électrique (ascenseurs, portes automatiques, …) ;
– ne prenez pas votre voiture ;
– n’évacuez les lieux qu’en cas de danger imminent ;
– si l’eau courante est maintenue à votre domicile, attendez les consignes de l’Agence Régionale de Santé (ARS) avant de l’utiliser : de l’eau de qualité dégradée peut en effet circuler dans les canalisations.

Retrouvez toutes les photos de l’exercice

Exercice_Pref92_PC

Share Button

Clermont-Ferrand : une gestion globale des risques labellisée Pavillon Orange®

La mairie de Clermont-Ferrand qui est susceptible d’être impactée par plusieurs aléas majeurs comme les inondations, les glissements de terrain, les mouvements sismiques, ou ceux liés au transport de matières dangereuses susceptibles de créer des explosions, a entrepris une démarche de gestion globale de ces risques. Ces actions de sauvegarde et de protection des populations face aux risques et menaces majeures ont d’ailleurs été labellisées « Pavillon Orange® » en 2012 par le Haut comité Français pour la Défense Civile (HCFDC).

PO_Clermont_Ferrand

Gestion globale des risques : PCS, DICRIM, Système d’alerte, exercice

La municipalité clermontoise dispose notamment d’un Plan Communal de Sauvegarde (PCS) permettant au Maire, aux Elus et au personnel municipal de faire face aux dysfonctionnements graves lors de la réalisation d’un risque qu’il soit d’origine naturelle (évènements météorologiques…) ou humaine (explosions, accidents…).

Ce document qui répond à un objectif de sauvegarde de la population, est composé de cinq parties traitant :

    • des risques qui menacent la commune, de leurs conséquences et de leurs évolutions possibles,

gedicom

  • de l’alerte, au titre des ses pouvoirs de police, le Maire a l’obligation de diffuser les alertes auprès de ses concitoyens ; elle se décline en deux niveaux : la réception/transmission interne et la diffusion à la population,
  • de l’organisation opérationnelle de la Collectivité et des missions qu’elle doit assurer,
  • des procédures et des actions à suivre lors de gestion de crise,
  • de la banque de données.

 

Dicrim_clermontDe plus, le maire, en tant que responsable de la sécurité, a chargé les services de la Mission écologie urbaine, énergie, environnement de la Ville d’élaborer un Dossier d’information communal sur les risques majeurs (Dicrim) destiné à chaque foyer clermontois.

Le document contient une carte récapitulant les zones à risques ainsi que , pour chaque type de danger, des informations sur la conduite à suivre avant, pendant et après la catastrophe.
Enfin, sont signalés les « bons réflexes » à adopter dans toutes les situations. Éviter ainsi de se déplacer et d’aller, notamment,chercher les enfants à l’école,les enseignants étant à même d’appliquer des Plans particuliers de mise en sécurité des élèves. Contacts et numéros de téléphone indispensables sont également dûment mentionnés.


DICRIM : Un document pour connaître les gestes qui sauvent

Enfin, un exercice de sécurité a été effectué le mardi 26 novembre 2013. Cet exercice a pris la forme d’un scénario catastrophe : une fuite de gaz à proximité d’une école élémentaire (Jules Michelet). Un plan d’urgence a été mis en place, prévoyant notamment l’évacuation des écoliers et des riverains habitant à l’intérieur du périmètre hypothétiquement concerné par cet incident.

Ainsi, pour tester la réactivité des solutions de transport d’urgence et du centre d’hébergement d’urgence de la Ville, les enfants demi-pensionnaires de l’école élémentaire J. Michelet ont été amenés à la Maison des Sports, Place des Bughes, où un repas leur a été servi. Après avoir mangé, les enfants ont été reconduits à l’école, où ils ont pu reprendre normalement le cours de leur journée.

Cet exercice fictif avait aussi pour principal objectif de tester l’efficience de la coordination des différents acteurs potentiellement concernés par ce type de crise (Services de la Ville, Service Départemental d’ Incendie et de Secours, GRDF etc.).

Carte et données géographiques de Clermont-Ferrand
Nom des habitants : Clermontois(Es) & Montferrandais(Es)
Code Postal: 63000
Code Insee : 63113
Superficie : 42.67km²
Nombre d’habitants : 139500 habitants
Altitude maximum : 602 mètres
Altitude minimum : 321 mètres

Share Button

EXPOCRISE réunira plus de 500 acteurs publics et privés de la gestion de crise et de la continuité d’activité

Le Haut Comité Français pour la Défense Civile (HCFDC), acteur de la gestion de crise et de la relation « public-privé » depuis 30 ans, a souhaité réunir tous les acteurs publics et privés de la gestion de crise et de la continuité d’activité, les 17 et 18 décembre 2013, au Centre de Congrès Eurosites Georges V à Paris.

Le salon Expocrise™ présentera les avancées technologiques et techniques en matière de gestion et de communication de crise, ainsi que de continuité d’activité et de service. En parallèle se tiendra la première conférence « Crise et continuité : des concepts aux outils » qui fera le point sur les bonnes pratiques et les enjeux actuels de la gestion de crise.

Ces deux évènements seront associés à la remise des Trophées de la résilience sociétale (4e édition) et des Pavillons et Boucliers Orange (5e édition). Ces quatre évènements réuniront simultanément les grands opérateurs, les entreprises, les collectivités territoriales et les décideurs publics pour créer, dans le cadre d’un évènement global, les conditions d’une vision intégrée des questions de gestion de crise et de continuité d’activité.

Share Button