Coupure d’électricité lors des tempêtes : comment y faire face

La tempête Dirk a privé d’électricité plus de 300 000 foyers pendant plusieurs heures voire deux à trois jours pour près de 20 000 d’entre-eux. La plupart des pannes de courant ne durent pas longtemps grâce à l’intervention rapide des techniciens ERDF qui sont mis à pied d’œuvre pour rétablir au plus vite les équipements électriques.

Panne_courant

Toutefois, des pannes de courant importantes peuvent toujours se produire malgré la modernisation continue des réseaux électriques. Des conditions météorologiques exceptionnelles, des catastrophes naturelles, des défaillances d’équipements ou même des erreurs humaines peuvent engendrer des pannes de courant pouvant durer des heures et même des jours.

Voici certains enseignements du ministère de la sécurité publique du Canada pour vous aider à vous préparer à une panne de courant et à survivre à un tel incident.

Comment vous préparer

  • Dressez un plan d’urgence. Suivez les recommandations de ce site pour préparer une trousse d’urgence et dresser le plan.
  • Utilisez des limiteurs de surtension pour vos appareils électroniques et autres équipements électriques sensibles, y compris les ordinateurs, téléviseurs, lecteurs de DVD. Plusieurs barres d’alimentation comportent des limiteurs de surtension intégrés.
  • Conservez au moins une lampe de poche et des piles de rechange à domicile dans un endroit facilement accessible. Vérifiez régulièrement que les lampes de poche d’urgence se trouvent au bon endroit et sont en état de fonctionner. Les lampes de poche à commande manuelle sont aussi une solution de rechange utile.
  • Assurez-vous d’avoir au moins un téléphone qui peut fonctionner sans courant. La plupart des modèles résidentiels de téléphone sans fil ne fonctionnent pas durant une panne de courant. Si vous avez un téléphone cellulaire, veillez à ce qu’il soit chargé.
  • Assurez-vous que les fusibles et les disjoncteurs de votre coffret de branchement principal sont clairement identifiés. Soyez prêts à éteindre la plupart de vos appareils électriques et de vos lumières (cela permet d’éviter de surcharger le système lorsque le courant est rétabli). Laissez une lampe allumée afin de pouvoir savoir quand le courant est rétabli.
  • Installez un générateur auxiliaire afin d’assurer l’alimentation en courant électrique en cas de panne de courant. Le générateur devrait être câblé à un commutateur de transfert par un électricien agréé afin de pouvoir être automatiquement ou manuellement allumé en cas de panne de courant.
  • Gardez un sac de cubes de glace dans votre congélateur. Vous saurez ainsi qu’une panne de courant prolongée s’est produite si vous revenez d’un voyage et constatez que les cubes ont fondu et ont regelé durant votre absence. Dans un tel cas, vous devrez jeter toute la nourriture qui se trouvait dans votre congélateur.

Comment survivre à une panne d’électricité

  • Utilisez des lampes de poche et des lanternes de camping à piles comme principale source d’éclairage dans la mesure du possible. Vous pouvez allumer des bougies durant une situation d’urgence, mais vous devez faire preuve de grande prudence en raison du risque de feu qu’elles comportent. Ne laissez jamais des bougies brûler sans surveillance.
  • Si vous devez quitter la maison, rappelez-vous que les lampadaires de rue et les feux de circulation peuvent ne pas fonctionner. Abordez les intersections de la même façon que vous le feriez à un arrêt quatre sens.
  • Ne vous approchez jamais de lignes à haute tension tombées et n’y touchez surtout pas. Tenez-vous à une distance d’au moins dix mètres (33 pieds) en tout temps. Appelez votre service public local pour signaler les dommages et gardez les membres de votre famille éloignés des lignes à haute tension tombées ou des arbres abattus où se sont entremêlées des lignes à haute tension.
  • N’utilisez jamais de réchauds de camping, de barbecues ou de calorifères au gaz propane à l’intérieur, car ils comportent un risque élevé d’incendie et d’empoisonnement au monoxyde de carbone. Portez plusieurs épaisseurs de vêtements pour vous garder au chaud.
  • Gardez les portes du congélateur et du réfrigérateur fermées afin que la nourriture qui s’y trouve demeure froide plus longtemps. Si vous prévoyez que le courant ne sera pas rétabli avant plus de quatre heures, placez tous les produits laitiers, la viande et le poisson dans le congélateur et gardez-en la porte fermée.
  • Veillez à ce que les enfants demeurent calmes et occupez-les avec des jeux de société, des activités manuelles et des livres.

Quoi faire lorsque le courant est rétabli

  • Quand le courant est rétabli, il faut du temps au système électrique pour se stabiliser. Ne rallumez d’abord que les appareils indispensables et les lumières. Attendez au moins 10 minutes avant de rebrancher les autres appareils.
  • Éteignez soigneusement les bougies. Replacez les lampes de poche et les autres fournitures dans votre trousse d’urgence.
  • N’oubliez pas de remettre toutes les horloges, alarmes et minuteries à l’heure.
  • Vérifiez l’état de la nourriture dans le congélateur et le réfrigérateur. Si la porte du congélateur est demeurée fermée, la nourriture devrait y rester congelée pendant 24 à 36 heures, selon la température extérieure. Un thermomètre à nourriture peut indiquer si la nourriture dans votre congélateur ou réfrigérateur est encore assez froide pour être consommée en toute sécurité. Tout aliment périssable dont la température est de plus de 4°C (40°F) doit être jeté. En cas de doute, n’hésitez pas à le mettre à la poubelle.
  • N’oubliez pas de vérifier si vos voisins se portent bien, surtout s’ils sont âgés ou handicapés.
Share Button

Tempête Dirk : Valls admet une insuffisance d’alerte

Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a reconnu hier « une erreur d’appréciation » des services de l’État qui n’ont pas suffisamment pris en compte le risque de crues en Bretagne lors du passage de la tempête Dirk.

Le ministre visitait Quimperlé dans le Finistère, département le plus touché par les crues de plusieurs cours d’eau depuis la nuit de lundi à mardi. « Je vais demander aux préfets concernés, notamment au préfet de région, de tirer un certain nombre d’enseignements, faire un certain nombre d’évaluations (…) pour comprendre pourquoi le niveau d’alerte (…) un cran au-dessus n’a pas été donné », a déclaré M. Valls, qui s’exprimait devant une maison dont la façade sur la rivière s’est effondrée.

« Comprendre pourquoi le niveau d’alerte (…) un cran au-dessus n’a pas été donné », a déclaré M. Valls

M. Valls a dit que les procédures de placement en zone de catastrophe naturelle étaient enclenchées et seront rapidement mises en œuvre.

Il a appelé à la vigilance face au risque de nouvelles inondations à l’approche de précipitations annoncées en Bretagne dans les jours qui viennent, plusieurs cours d’eau étant encore très hauts malgré une décrue. « C’est dans ces moments-là que la Bretagne doit sentir pleinement la solidarité », a-t-il dit.

Après le passage de la tempête Dirk, la vigilance orange restait activée hier à la mi-journée pour un risque de crues dans deux départements bretons, et pour « vagues-submersion » sur les côtes de la Corse-du-Sud. Un risque de crue « génératrice de débordements importants » restait présent sur l’Oust et la Vilaine Médiane, deux cours d’eau du Morbihan et d’Ille-et-Vilaine. La vigilance a été en revanche levée sur le Finistère et l’Aisne.

Par ailleurs, en raison d’un « très fort vent de Nord-Ouest » qui soufflait en matinée sur le golfe du Lion, Météo-France prévoit en Corse-du-Sud de « très forts déferlements » de vagues pouvant « engendrer des submersions localisées ».

Dans l’après-midi, une nouvelle perturbation devait aborder la Bretagne. En soirée, les pluies s’enfonceront sur la Bretagne, la Normandie et les Pays de la Loire. Le vent de Sud deviendra fort, 80 à 90 km/h sur les côtes. Environ 16 000 foyers du grand Ouest étaient encore privés d’électricité hier à la mi-journée.

AFP
27/12/2013, 06 h 00

Share Button

L’utilisation des médias sociaux dans la communication de crise et des risques

Le 18 décembre 2013, l’OCDE vient de publier un rapport qui met en évidence l’évolution du paysage de la communication des risques et de crise et en particulier comment les médias sociaux peuvent être un outil bénéfique, mais aussi créer des défis pour les gestionnaires de crise.

Il explore différentes pratiques de risque et de crise des experts en communication liés à l’utilisation des médias sociaux et propose un cadre pour suivre l’évolution des pratiques entre les pays dans l’utilisation des médias sociaux pour la communication des risques et de crise.

Le processus en trois étapes s’étend d’une utilisation passive à une utilisation dynamique des médias sociaux, et fournit aux gouvernements un outil d’auto-évaluation pour surveiller et suivre les progrès accomplis dans l’absorption de l’utilisation efficace des médias sociaux par les services d’urgence ou les gestionnaires de crise.

Accéder au rapport complet :  The Use of Social Media in Risk and Crisis Communication

Crisis-communications

Share Button

Les catastrophes naturelles ont coûté la vie à 25 000 personnes et causé 196 Mds $ de dommages

CatNat2013_bilanEn 2013, 25 000 personnes ont perdu la vie dans des catastrophes naturelles. Selon l’assureur Swiss re, le coût économique des catastrophes naturelles et humaines en 2013 devrait s’élever à 130 milliards de dollars américains. Un net recul par rapport à l’année 2012 qui affichait plus de 196 milliards de dollars dommages économiques dus notamment à l’ouragan Sandy et à la sécheresse aux Etats-Unis, et à l’année 2001 où les pertes approchées les 350 milliards USD. Quant aux assureurs, ils devront débourser au total 44 milliards de dollars.

Catastrophe dans la monde en 2013

Le typhon Haiyan aux Philippines a été l’événement climatique le plus meurtrier de 2013 avec 7000 morts.

L’année a aussi été marquée par les inondations en Europe centrale et orientale en juin, qui ont fait plus d’une vingtaine de victimes et causé des pertes économiques de 18 milliards de dollars, dont 4 milliards sont couverts par les assurances.

En juin également, les inondations ont touché la province canadienne d’Alberta, causant des dommages couverts par l’assurance de 2 milliards de dollars, soit un montant record pour une catastrophe dans ce pays.

La tempête Andréas

Outre les inondations, l’Europe a été frappée par des catastrophes météo, comme la tempête Andreas, qui a balayé l’Allemagne et la France en juillet dernier, provoquant des dommages couverts par les assurances de 3 milliards de dollars.

Plus tard dans l’année, la tempête Christian en Europe du nord et centrale a causé des dommages couverts par l’assurance de 1 milliard de dollars.

Enfin, la toute récente tempête Xavier dans cette même région, a à nouveau alourdi la facture de 1 milliard dollars pour les assurances.

44 milliards pour les assurances

Le secteur de l’assurance devrait débourser au total 44 milliards de dollars pour les catastrophes de 2013. Ce montant est nettement inférieur à celui de l’année 2012, durant laquelle les assureurs avaient couvert 81 milliards de dollars de dommages liées aux catastrophes.

Swiss Re publie traditionnellement en décembre une estimation du coût économique des catastrophes de l’année écoulée. Cette estimation est suivie en mars de l’année suivante des chiffres définitifs.

Concernant 2013, Swiss Re s’attend à des coûts pour le secteur de l’assurance de 38 milliards de dollars pour les catastrophes naturelles et de 6 milliards pour les catastrophes liées à l’homme.

Share Button