Audit du dispositif de sauvegarde du MONT DORE dans le cadre du Pavillon Orange

MONT DORELe 14 novembre, Mlle VAEA FROGIER, conseillère municipale du MONT DORE (NOUVELLE CALÉDONIE) de passage à PARIS a été reçue au Haut comité français pour la défense civile. La municipalité a pu ainsi profiter d’un audit de progrès réalisé par notre expert, le général François VERNOUX, fondateur du label. En effet, fin 2011, la Ville s’était vue décerner le pavillon orange trois étoiles pour la qualité de son plan communal de sauvegarde.

Un audit un peu particulier et pour cause:

Quelques échanges de mails en amont de la visite ont permis de déterminer les documents nécessaires à cet audit. Puis à la lecture du questionnaire, et grâce à des échanges fructueux, il a été possible de déterminer quelques pistes de progrès réalisables à coûts raisonnables.

De nombreuses réalisations de qualités ont été décrites par la conseillère. La sauvegarde de la population s’inscrit au rang des préoccupations de la municipalité du MONT DORE.

Puis, Christian SOMMADE a présenté la plateforme « veille et sécurité » du HCFDC ainsi que les formations, entrainements et exercices disponibles pour les municipalités. La visite s’est conclue par une remise symbolique du PAVILLON ORANGE 2014 avec 3*.

MONT-DORE-PO
L’audit se poursuivra par quelques échanges de mails, puis un rapport sera adressé à la municipalité dans moins d’un mois. Elle pourra ainsi améliorer son dispositif pour une meilleure sauvegarde de sa population.

Le Plan communal de sauvegarde de la ville du Mont-Dore – 2014 (3.21 MB)

La commune de Mont Dore en bref

Avec 27 155 habitants, Mont-Dore est la deuxième commune française de Nouvelle-Calédonie. Située dans le Province-Sud, sur la côte ouest et à l’extrémité sud de la Grande Terre, elle fait partie du Grand Nouméa.

Mont Dore

La commune de Mont Dore et les risques majeurs

Deux types de risques peuvent survenir sur le territoire communal :
1 – Le risque naturel : c’est par exemple un feu de forêt, une inondation, un glissement de terrain, ou encore un séisme, un cyclone, un tsunami…
Le risque technologique – c’est par exemple un incendie, une explosion, une émanation de gaz toxique ou radioactif sur des sites fixes (site industriel) ou de transit (transport de matières dangereuses). Cela peut être aussi une rupture de barrage hydraulique.

Parce que protéger c’est aussi et d’abord informer les populations, la Ville a édité un document d’information communal sur les risques majeurs (DICRIM). Il aborde les différents risques et les conduites à tenir. DICRIM Mont Dore (230 KO)

Share Button

Publié par

Patrice-Louis Laya

Avec plus de 35 ans d'expérience dont 10 ans dans le Groupe BASF, 20 ans dans la sphère IBM (Business Partner, Agent, Architecte solution sécurité), et la création en 2005 d'un Pôle dédié à l'infomédiation sur les problématiques du risque majeur et l'architecture des TIC appliquées aux risques majeurs, Patrice-Louis LAYA a été appelé par le HCFDC pour créer et animer ce blog sur la Résilience et la Sauvegarde des territoires au travers de sa structure dédiée au community management et à la communication digitale e-relation Territoriale. Depuis janvier 2012, Patrice LAYA est auditeur de la Session Nationale Résilience et Sécurité Sociétales. Il a par ailleurs, une formation initiale en agronomie, complétée par une maîtrise d'informatique appliquée à la gestion et un DESS en ingénierie de l'innovation. Dialoguer sur Twitter : @iTerritorial - sur Facebook : http://www.facebook.com/Plan.Communal.Sauvegarde Par mail : espace.territorial@online.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*