Le Centre d’alerte Tsunami en Méditerranée (CENALT) opérationnel depuis le 1er juillet

En avril 2011, le sénateur Roland Courteau, auteur de plusieurs rapports du risque potentiel de tsunami dans l’Hexagone, avait obtenu la création d’un centre d’alerte au tsunami en Méditerranée au lendemain de la catastrophe du Japon.
cenalt
Quatorze mois plus tard, le CENALT est opérationnel depuis le 1er juillet. Ainsi, en cas de séisme susceptible de générer un tsunami en Méditerranée occidentale, le CENALT enverra un message d’alerte en moins de 15 minutes suite à l’évènement sismique au centre opérationnel de gestion interministérielle des crises (COGIC) du ministère de l’intérieur / DGSCGC ainsi qu’aux pays étrangers qui en feront la demande.

Cette structure est contrôlée par le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) sur son site de Bruyères-le-Chatel dans l’Essonne. Elle couvre une zone comprise allant des Açores à la Sicile, une région particulièrement sujette au risque de tsunami. En effet, l’activité sismique en Méditerranée peut s’avérer intense, particulièrement au niveau de l’Algérie, en raison des mouvements tectoniques des plaques africaine et européenne. Au XXe siècle, 91 tsunamis se sont déclenchés en Méditerranée. Les trois plus importants ont été Messine en 1908 (30 000 morts), Antibes en 1975 (11 morts), les Baléares et nos côtes en 2003 (dégâts matériels). En France, le risque est bien réel, rappelle le sénateur Courteau « le dernier en date, en 1979 a fait 11 morts entre Nice et Antibes. »

Grâce à un réseau de 75 stations sismologiques et de 75 marégraphes situés tout au long des zones côtières qui mesureront en temps réel, 24h/24 et 7j/7, les mouvements des eaux.. En cas d’alerte et sous 15 minutes, le Centre opérationnel de gestion interministérielle des crises (COGIC) sera prévenu ainsi que les préfectures et les CODIS concernés.

L’étape suivante sera de préparer l’alerte descendante, vers les populations afin de les sensibiliser aux bons comportements à adopter face à un tsunami. « Au Japon, 120.000 personnes ont sauvé leur vie car elles savaient exactement ce qu’il fallait faire une fois l’alerte donnée » précise Roland Courteau.

Accéder au CENALT : http://www.info-tsunami.fr/

Share Button

Publié par

Patrice-Louis Laya

Avec plus de 35 ans d'expérience dont 10 ans dans le Groupe BASF, 20 ans dans la sphère IBM (Business Partner, Agent, Architecte solution sécurité), et la création en 2005 d'un Pôle dédié à l'infomédiation sur les problématiques du risque majeur et l'architecture des TIC appliquées aux risques majeurs, Patrice-Louis LAYA a été appelé par le HCFDC pour créer et animer ce blog sur la Résilience et la Sauvegarde des territoires au travers de sa structure dédiée au community management et à la communication digitale e-relation Territoriale. Depuis janvier 2012, Patrice LAYA est auditeur de la Session Nationale Résilience et Sécurité Sociétales. Il a par ailleurs, une formation initiale en agronomie, complétée par une maîtrise d'informatique appliquée à la gestion et un DESS en ingénierie de l'innovation. Dialoguer sur Twitter : @iTerritorial - sur Facebook : http://www.facebook.com/Plan.Communal.Sauvegarde Par mail : espace.territorial@online.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*