Saphyras (système d’alerte et de prévision hydrométéorologique et radar pour l’agglomération stéphanoise)

Face aux crues à répétition de ces dix dernières années, la communauté d’agglomération a mis en place son propre système d’alerte pour les anticiper.

En effet, le territoire de Saint-Étienne Métropole a connu plusieurs phénomènes de crues importants (1999, 2005, 2007, 2 009 et 2 010), sachant que les années les plus marquantes sont 2003 et 2008.

Ce sont les cours d’eau originaires du Massif du Pilat qui entraînent des crues torrentielles provoquant des inondations dans les zones urbanisées. Le Gier, l’Ondaine et le Furan sont les trois rivières qui traversent Saint-Étienne Métropole et qui de façon régulière sortent de leur lit.

Compte tenu que les services de prévision des crues de l’État ne couvraient que les fleuves et leurs principaux affluents, Saint-Étienne Métropole s’est lancée, dès 2001, dans une démarche pour limiter les risques dans les trois bassins non surveillés par les services de l’Etat, à savoir, le Furan, le Gier et l’Ondaine.

Ainsi, depuis 2010, un dispositif d’alerte est installé dans dans les locaux de gestion de crise du SDIS (service départemental d’incendie et de secours). Ce système informatisé permet de donner aux communes une information précise sur la situation des cours d’eau et son évolution.

Chaque semaine, deux agents de Saint-Étienne Métropole sont d’astreinte et veillent à l’évolution des cours d’eau. Pour cela, ils croisent les informations relatives à la pluviométrie en provenance de Météo France avec les débits des rivières grâce aux 14 capteurs installés à différents endroits de celles-ci. Dès qu’un débit des eaux apparait anormal, l’agent d’astreinte alerte la commune concernée afin qu’elle déclenche son plan communal de sauvegarde.

42 communes sont concernées par ce système d’alerte soit un ejeu de plus 1 200 hectares inondables sur les trois bassins.

Le coût d’investissement total de ce dispositif baptisé Saphyras (système d’alerte et de prévision hydrométéorologique et radar pour l’agglomération stéphanoise) s’élève à 632 000 euros, il est financé à 70 % par l’Europe, la Région Rhône-Alpes, l’État et l’Établissement public Loire.

Les coûts annuels d’exploitation et de fonctionnement sont estimés quant à eux à 50 000 euros. Ils sont financés par Saint-Étienne Métropole avec l’aide de l’Europe les deux premières années. La gestion de ce système est assurée par 10 chargés de missions et techniciens de rivière de la Communauté dont deux sont d’astreinte chaque semaine 24 heures/24.

Saint Etienne et la gestion des inondations http://www.saint-etienne.fr/cadre-vie/inondation

Share Button

Publié par

Patrice-Louis Laya

Avec plus de 35 ans d'expérience dont 10 ans dans le Groupe BASF, 20 ans dans la sphère IBM (Business Partner, Agent, Architecte solution sécurité), et la création en 2005 d'un Pôle dédié à l'infomédiation sur les problématiques du risque majeur et l'architecture des TIC appliquées aux risques majeurs, Patrice-Louis LAYA a été appelé par le HCFDC pour créer et animer ce blog sur la Résilience et la Sauvegarde des territoires au travers de sa structure dédiée au community management et à la communication digitale e-relation Territoriale. Depuis janvier 2012, Patrice LAYA est auditeur de la Session Nationale Résilience et Sécurité Sociétales. Il a par ailleurs, une formation initiale en agronomie, complétée par une maîtrise d'informatique appliquée à la gestion et un DESS en ingénierie de l'innovation. Dialoguer sur Twitter : @iTerritorial - sur Facebook : http://www.facebook.com/Plan.Communal.Sauvegarde Par mail : espace.territorial@online.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*