Il y a 25 ans, le 3 octobre 1988, Nîmes subissait une catastrophe historique et meurtrière

nimes_inondations_1988Il y a 25 ans, dans la nuit du 2 au 3 Octobre 1988, un phénomène météorologique d’une intensité exceptionnelle bien que relativement limité dans l’espace se met en place sur Nîmes et ses environs. Un véritable déluge s’abat durant 7 à 8 heures.

Les relevés de pluie font état de 420 mm au Mas de Ponge (garrigues), 310 mm à l’avenue Kennedy, 266 mm à Nîmes-Courbessac. Le ruissellement est tel que les cadereaux deviennent de véritables fleuves et l’on estime à 14 millions de m3 la quantité d’eau qui transite par la partie urbaine de Nîmes.

Les niveaux des plus hautes eaux (PHE) observés sur chaussée en ville dépassent 2 mètres en certains points des axes d’écoulement préférentiel des cadereaux :

  • 2,40 m au carrefour de la route d’Alès et de l’avenue Franklin-Roosevelt
  • 3,35 m au carrefour des rues Vincent Faïta et Sully
  • 1,80 m à différentes arches du viaduc ferroviaire Talabot

L’ampleur du sinistre marque la mémoire nîmoise pour longtemps : Neuf personnes ont perdu la vie dans l’inondation, auxquelles il convient d’ajouter deux victimes d’un accident d’hélicoptère.

Les dégâts se chiffrent à 610 millions d’Euros (4 milliards de Francs), avec 45 000 sinistrés, 2 000 logements endommagés,6 000 véhicules sinistrés dont 1 200 emportés, 90 km de réseaux d’eaux usées détruits, 15 km de voirie à refaire, 41 écoles sinistrées, etc ..

Lire aussi : Nîmes est-elle armée pour affronter une catastrophe similaire à celle de 1988

 

Share Button