Les maires de la Gironde testent l’efficacité de leurs « référents tempête »

Le jeudi 13 octobre, l’Association des Maires de Gironde, ERDF et France-Télécom Orange simulaient pour les besoins d’un exercice de gestion de crise, une tornade en Gironde dont les conséquences s’inspirait des tempêtes de 1999 et 2009, afin de de tester l’efficacité du dispositif « correspondants tempête ».

Cet exercice grandeur nature s’est déroulé dans la commune de Faleyras au coeur de l’Entre Deux Mers avec un passage fictif de la tornade à 8h45. Le scénario imaginé est extrême voire apocalyptique : le réseau électrique et téléphonique est en partie détruit et les quatre antennes du réseau mobile qui couvrent la commune de Faleyras sont elles aussi tombées hors service au bout d’une heure par défaut d’alimentation électrique. A cela s’ajoute des problèmes de voiries encombrées par les arbres, des blessés et une population sinistrée qui demande de l’aide et des informations.

A Faleyras, le Maire Josie Besse-Castant a enclenché dès 9 heures, le plan communal de sauvegarde, mis en place une cellule de crise à la Mairie et envoyé sur place le correspondant tempête. Un centre d’organisation regroupant ERDF, France Télécom et l’Association des Maires de Gironde, est mis en place au foyer municipal,

Objectifs : tester le dispositif « correspondants tempête » et mesurer la capacité des différents acteurs à échanger des informations

L’objectif de ce jeu de rôle grandeur nature était de tester un ensemble de dispositifs de crise communs. En premier lieu, il s’agit de mesurer l’efficacité des correspondants tempête dans lequel sont impliqués à la fois l’AM33, ERDF et France Télécom. Créés dès 2007 en Gironde, ces correspondants tempêtes sont des élus formés au fonctionnement des réseaux électriques et téléphoniques, capables de poser un premier diagnostic des dégâts. Autant dire que ces correspondants tempêtes permettent un gain de temps essentiel sur les interventions. Grâce à des formations régulières ils sont désormais « indispensables et opérationnels » souligne Gérard César, le Président de l’AMG. Second objectif de cet exercice de crise : mesurer la capacité des différents acteurs à travailler ensemble et à échanger des informations. Un besoin exprimé tant par ERDF, que par France Télécom et l’AMG. Selon Sophie Ribeton, de l’AMG « il faut être en capacité de transmettre une information à France Télécom ou à ERDF sur les besoins de la population, mais aussi avoir de leur part une information descendante à transmettre aux habitants et ne pas les laisser dans l’incertitude. »

Cet exercice grandeur nature fut aussi l’occasion pour chaque acteur de faire ses propres tests de mise en situation. Ainsi, ERDF Gironde a pu tester le dispositif des « réseaux auto-cicatrisants », qui par un système d’appareils télécommandés permettent de réduire considérablement la poche d’incident, et donc de clients pénalisés. Du côté de France Télécom, l’exercice de Faleyras, est non seulement l’occasion d’avoir une première expérience terrain avec les correspondants tempête mais aussi de tester son système « NordNet » qui permet d’établir une liaison téléphone et internet par satellite. Un moyen pour sécuriser les communications pour au moins un lieu de vie dans les communes ayant choisi de s’abonner à cette offre.

Le bilan de l’exercice n’est pour l’instant pas connu. Pour l’Association des maires de la Gironde l’impression générale est plutôt bonne, avec un bémol tout de même, la gestion de la presse et des journalistes qui semblent avoir beaucoup perturbé cette machinerie peut-être trop structurée et enfermée dans sa bulle.

Share Button