Une nouvelle carte hydrogéologique pour mieux identifier les ressources en eau du territoire

Le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) vient de publier la nouvelle carte hydrogéologique de France, un outil qui permet de localiser l’ensemble des formations géologiques aquifères du territoire exploitées ou susceptibles de l’être pour l’alimentation en eau potable, l’irrigation et l’industrie.

Une carte hydrogéologique permet, entre autres possibilités, de localiser parmi l’ensemble des formations géologiques d’un territoire celles qui sont aquifères, c’est à dire qui sont exploitées ou susceptibles de l’être pour l’alimentation en eau potable, l’irrigation, l’industrie.

carte-hydrogeologique_brgmLa première carte hydrogéologique à l’échelle de la France date de 1978. Le BRGM a donc lancé en 2014 la création d’une deuxième version. Cette nouvelle carte gagnera en résolution : carte au 1/1 000 000e (1 cm = 10 km) alors que la précédente est au 1/1 500 000e (1 cm = 15 km). Elle sera aussi plus précise, s’appuyant sur le nouveau référentiel hydrogéologique français BD Lisa, élaboré entre 2006 et 2011 et diffusé en 2012.

Ce référentiel fournit un découpage du territoire en unités hydrogéologiques, définies par leur appartenance à un type de formation géologique (alluviale, sédimentaire, de socle, volcanique, intensément plissée de montagne) et caractérisées par leur lithologie (sables, calcaires, grès…), leur perméabilité (c’est à dire leur plus ou moins grande capacité à fournir de l’eau) et leur type de porosité.

Les aquifères sont aussi caractérisés par le type d’écoulement des nappes qu’ils contiennent. L’écoulement peut être continu, comme dans les bassins sédimentaires (Bassin parisien, Bassin aquitain) où la nappe s’écoule dans toute la formation. Il peut être discontinu, comme dans les formations dites de socle (Massif armoricain, Massif central), où l’écoulement se fait dans les fissures de la roche, plus ou moins interconnectées. Une zonation climatique, établie d’après des données fournies par Météo-France, permet d’avoir une indication sur la recharge des aquifères, c’est à dire sur la part des précipitations qui réalimente les nappes.

Cette nouvelle carte sera présentée lors du colloque international sur les aquifères dits de « socle » qui aura lieu à la Roche-sur-Yon (Vendée) du 11 au 13 juin prochain. Les avancées scientifiques sur la connaissance de la structure et le fonctionnement de ces aquifères ont en effet des applications pratiques sur la protection contre les pollutions ou encore sur l’installation des forages d’eau.

Pour en savoir plus :

Share Button

Publié par

Patrice-Louis Laya

Avec plus de 35 ans d'expérience dont 10 ans dans le Groupe BASF, 20 ans dans la sphère IBM (Business Partner, Agent, Architecte solution sécurité), et la création en 2005 d'un Pôle dédié à l'infomédiation sur les problématiques du risque majeur et l'architecture des TIC appliquées aux risques majeurs, Patrice-Louis LAYA a été appelé par le HCFDC pour créer et animer ce blog sur la Résilience et la Sauvegarde des territoires au travers de sa structure dédiée au community management et à la communication digitale e-relation Territoriale. Depuis janvier 2012, Patrice LAYA est auditeur de la Session Nationale Résilience et Sécurité Sociétales. Il a par ailleurs, une formation initiale en agronomie, complétée par une maîtrise d'informatique appliquée à la gestion et un DESS en ingénierie de l'innovation. Dialoguer sur Twitter : @iTerritorial - sur Facebook : http://www.facebook.com/Plan.Communal.Sauvegarde Par mail : espace.territorial@online.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*